Le d├ębutant - commentaires Le débutant 2015-10-14T13:46:02Z http://merlanfrit.net/Le-debutant#comment5822 2015-10-14T13:46:02Z <p>Discussions liées fort intéressantes.</p> <blockquote class="spip"> <p>On a l'impression que Wreden change les règles quand ça l'arrange, sans que cela ne serve réellement à éclairer son propos...</p> </blockquote> <p> Je pense à David Lynch : son travail est une boucle sur une oeuvre qui ne s'achèvera peut-être jamais, elle se peaufine avec le temps. <br />Peut-être que Davey Wreden change les règles justement parce-qu'il ne sait pas à qui profitera cette oeuvre ? Ou alors, ce que je comprendrais trop bien, il dessine des esquisses, des bases de réflexion afin de pouvoir faire évoluer le débat (à la Miro). Il y a quelque chose d'intéressant dans toutes les voies qu'il esquisse, emprunte ou montre du doigt : j'ai le sentiment qu'il pousse les limites un petit peu plus loin de manière très désinvolte et non désirée (je vois surtout une critique des dilemmes, qui anéantissent à chaque fois toute possibilité d'utopie et d'idéal créatif). Tous les arts appliqués ne sont pas concernés, mais le jeu vidéo est forcément le plus naif et innocemment consumériste de tous.</p> Le débutant 2015-10-14T08:44:41Z http://merlanfrit.net/Le-debutant#comment5821 2015-10-14T08:44:41Z <p>@Anthony : je trouve bien qu'il y a ce côté "héros de la dépression" dans l'oeuvre de Wallace comme dans la manière dont on le lit. Mais la différence c'est que contrairement à Wreden, il ne se contentait pas de ça, il utilisait sa sensibilité dépressive pour regarder le monde. Après comme je le dis dans le papier, Wreden est jeune, il a le temps de dépasser le côté brillant et égotiste qui le caractérise.</p> <p>@Florent : j'aurais sans doute pu un peu plus insister sur cet aspect. Mais à vrai dire je ne trouve pas le discours que Wreden tient sur la réception fort intéressant. Oui, le récepteur s'approprie l'oeuvre, oui il peut parfois la déformer, et alors ? Comparer ça à un viol, c'est tout de même un peu fort de café, non ? Remettons les choses en perspective ! Par ailleurs, la manière dont cet aspect amené par le jeu ne tient pas la route, c'est un tour de passe-passe assez grossier.</p> <p>Spoilers : le jeu nous montre une série de niveaux tous plus dépressifs les uns que les autres, qui ont été créés pour nous faire croire que le créateur est dépressif, et paf, deus ex machina en fait non, c'est juste le narrateur qui nous aurait manipulé, et Coda "aime juste faire des jeux avec des prisons". Ca ne tient pas, pas plus que ne tient quand on y réfléchit l'évolution du narrateur qui pète un câble en cours de jeu, comme si à mesure qu'il découvrait des jeux qu'il connaît déjà il prenait conscience de ce qu'il a fait... On a l'impression que Wreden change les règles quand ça l'arrange, sans que cela ne serve réellement à éclairer son propos...</p> Le débutant 2015-10-14T08:14:37Z http://merlanfrit.net/Le-debutant#comment5820 2015-10-14T08:14:37Z <p>Merci pour ce super article, qui met le doigt sur pas mal de choses qu'on ressent de manière diffuse en jouant. <br />Cependant, tu ne parles quasiment pas d'un aspect qui me semble pourtant au cœur du propos de Wreden avec ce jeu, qui est la question de la projection. <br />Bien sûr, A Beginner's Guide est un essai sur le difficile processus créatif, mais c'est aussi une réflexion sur le rapport que le public peut avoir à l'oeuvre d'un créateur. Personnellement, c'est ce côté "Misery du jeu vidéo" qui m'a le plus intéressé. <br />Par exemple, *ATTENTION SPOILER*, quand on apprend, à la toute fin du jeu, que le narrateur a en fait modifié les jeux de Coda, quitte à rajouter des éléments aussi importants que les lampadaires - qu'il présente lui-même comme des objets à la portée symbolique cruciale -, pour que l'oeuvre de Coda colle à l'interprétation qu'il en fait, il me semble qu'on touche à autre chose qu'à la simple angoisse créatrice. On parle plutôt, ici, de l'angoisse du créateur, de la peur qu'on peut ressentir quand des inconnus s'emparent de l'oeuvre qu'on a produite, dans laquelle on a investi de son intimité, pour y superposer la leur. <br />On est proche de quelque chose qui rappelle un viol, ici, et c'est peut-être cette violence-là dont Wreden veut vraiment parler. C'est peut-être pour ça que les jeux de Coda sont si froids et impersonnels : pour travailler l'effet de contraste entre les bidouilles expérimentales innocentes d'un créateur qui travaille dans son coin (ses messages, à la fin, révèlent un personnage pas du tout déprimé, ne semblant pas vivre les affres de la narration décrits par le narrateur), et la passion envahissante d'un spectateur, plus proche du stalker que du joueur lambda, qui rentre de manière irrationnelle en résonance émotionnelle avec l'oeuvre et instaure sans demander aucune permission une relation intime. <br />Je trouve cette dimension-là extrêmement intéressante, ne serait-ce que parce que je l'ai rarement vue évoquée dans des œuvres de fiction, tout média confondu.</p> Le débutant 2015-10-14T08:07:40Z http://merlanfrit.net/Le-debutant#comment5819 2015-10-14T08:07:40Z <p>Je comprends, mais ne partage pas ton avis. Cela dit je trouve assez amusant que tu cites David Foster Wallace, la véritable "star de la dépression" dont l'œuvre n'est plus disséquée que par rapport à son auteur et à son ensemble, comme s'il était devenu lui-même méta. Ce que tu reproches à The Beginner's Guide...</p>