2012 : L'annĂ©e du Backlash - commentaires 2012 : L'année du Backlash 2014-11-08T18:10:53Z http://merlanfrit.net/2012-L-annee-du-Backlash#comment5185 2014-11-08T18:10:53Z <p>Salut.</p> <p>Merci pour ces articles assez sympas. Je ne suis clairement pas d'accord avec tout ce qui y est dit, mais le ton est modéré et les arguments intéressants. C'est assez rare pour mériter d'être souligné.</p> <p>Autant le dire tout de suite : je ne sais pas où me situer dans ce débat qui me paraît absolument ridicule. Il est clair, comme le montrent tes papiers, qu'un certain nombre de joueurs a un grave problème avec les gonzesses. Je n'aurai pas la prétention de vouloir expliquer pourquoi, même si je penche à titre personnel, pour une certaine anomie couplée à de la frustration sexuelle. <br />L'argument sur la corruption des journaleux du JV ? Ridicule, quand on sait que le #gamergate vise principalement des sites et rédacteurs au comportement plutôt irréprochable. <br />Les menaces de viol et de meurtre, les échanges d'insultes, les identités de tel ou tel twittos révélées au grand jour à grand renfort de photo du genre "regardez ce loser"... Je ne sais pas quoi dire à tel point je trouve tout cela confondant de bêtise.</p> <p>Mais en parallèle, je dois dire que cela faisait un baille que le côté SJW (puisqu'il faut bien l'appeler comme ça) de ces sites (Kotaku, RPS) me cassait de plus en plus les couilles. Quelle tristesse, quand un rédacteur de RPS saborde un ITW avec un développeur de Heroes of the Storm pour le harceler sur la taille des nibards de Kerrigan (oubliant au passage que Raynor possède lui un cou large comme mes deux cuisses et des poings gros comme ma tête). Quelle pitié de voir une pseudo polémique sur l'absence de perso féminin dans le multi de AC : Unity (un multi qui sera mort trois semaines après la sortie du jeu) faire passer à la trappe toutes les critiques qui pourraient exister contre une série dont le gameplay n'avance plus depuis 2009. Quel pathétique spectacle de voir un plumitif de RPS s'insurger contre l'interdiction sur Diablo III de guildes dont le nom implique que ses membres sont trans.</p> <p>Ayant étudié en Amérique du Nord, je ne suis pas surpris par cette évolution : voilà des années que là bas, chaque science sociale est systématiquement passée à la loupe du féminisme. Même quand le résultat ne veut rien dire, enfonce des portes ouvertes ou se révèle totalement artificiel. L'étude féministe du nationalisme. Des relations internationales. Des médias. De ceci, de cela. Avec, à chaque fois, une dizaine de buzzwords à ressortir obligatoirement : patriarchy, domination, capitalism (tant qu'à y être...) <br />Comme le dit CPC dans un de ces derniers numéros, c'est devenu l'équivalent du marxisme il y a trente ou vingt an : un refuge pour pseudo-penseurs persuadés d'inventer la roue en répétant à longueur de journées des constats d'une banalité affligeante.</p> <p>Pour moi, ce n'est qu'un effet de mode, aucunement motivé par des problèmes réels - mais peut-être motivé par le pognon : le nombre de coms (et donc de clics) explose sur RPS à chaque fois qu'ils parlent de sexisme -. Les "haters" de Hepler ne sont qu'une poignée d'emmerdeurs infectes, tout comme les docteurs ès social justice, qui à défaut d'être aussi primairement gerbants, me semblent tout aussi dogmatiques et idiots que leurs opposants.</p> <p>Et quand je vois le temps que perdent des gens comme InternetAristocrat d'un côté ou Mar_Lard de l'autre, quand je suis confronté à leur mauvaise foi réciproque, à leur intolérance, à leur conviction ridicule de détenir la Vérité, et surtout, surtout, à leur incapacité à imaginer que l'immense majorité des joueuses et joueurs n'a rien à foutre de leur gueguerre minable, je n'ai d'autre choix que d'écraser une larme au coin de mes yeux de biche.</p> 2012 : L'année du Backlash 2014-10-30T01:19:20Z http://merlanfrit.net/2012-L-annee-du-Backlash#comment5169 2014-10-30T01:19:20Z <p>Merci à Shane_ pour cette série d'articles fort intéressants. Celui ci est particulièrement éclairant.</p> <p> Finalement, j'ai l'impression que tout de beurdel de #gamergate aura eu au moins ça de bon, ça interpelle, forcement. <br />Curieusement, alors que je me revendique volontiers g33k, et que je joue depuis fort longtemps, j'ai toujours eu le plus grand mal à me considérer comme un "gamer". Un joueur, ça oui, mais certainement pas de cette espèce. C'est marrant, je me rends compte seulement maintenant à quel point ma perception des choses pouvait être marginale, mais pour moi, le profil du "gamer" était plutôt opposé à celui du geek. <br />La culture Geek, c'est une culture de l'underground, ou du moins quelque chose qui à trait à une culture alternative. De là, des individus qui, au contraire, se revendiquent de tout ce qu'il y a de plus mainstream, de plus conforme à l'idéologie dominante, je ne suis jamais parvenu à me faire à l'idée que nous puissions appartenir à un même groupe. (d'ailleurs je me suis toujours dit que merlanfrit ou gamingsince n'étaient pas des lieux pour gamers...) <br />A une époque ou un individu sur deux joue, je ne pense pas que le simple fait de jouer à un jeu vidéo puisse nous donner une consistance en commun. Même si j'arrive, parfois, à apprécier un bon gros jeu mainstream estampillé gamer, cela ne veux pas dire que je me sente plus d'affinité que cela avec les dizaines de millions de personnes qui auront apprécier (probablement pour des raisons différentes) le même jeu. <br />Bref, pour moi, les "gamers" ne sont absolument pas une composante de la culture geek, bien au contraire. Et de dire ça, j'ai l'impression que c'est aussi banal que de dire que les fans de Kyo ne sont pas vraiment des Punks.</p> <p> Mais à la limite, peu importe. Visiblement, pas mal de monde arrive à se sentir Geek et Gamer à la fois. Après tout, ce n'est qu'une histoire de représentation. Mes critères sont subjectifs et douteux. Finalement ça n'a que peu d'importance.</p> <p> J'aurais voulu parler, je crois, des messages idéologiques dont beaucoup de jeux mainstreams se font vecteurs, mais cela risque d'être trop hors sujet. Alors autant se concentrer sur le sexisme. <br />En tant que male-hetero, je m'avoue fatigué par l'omniprésence des boobs dans les jeux vidéos. Plus globalement, l'objectalisation du corps féminin, dans ce qu'il a de plus systématique et stéréotypé, me dérange, non pas parceque cela peut être offensant pour mes copines, ou dans ce que cela peut avoir de niant au regard d'autres type de sexualité. Pas que je m'en foute, mais je préfère laisser les interessé-e-s s'en préoccuper sans moi. <br />Non, c'est en tant que male hétéro que je vis cela comme une agression. Une agression sur mes représentations érotiques, sur mon propre désir. Cela cherche à induire un formatage des mes fantasmes dont je ne veux pas. Je conçois parfaitement que cela ne dérange pas tout le monde de recevoir des injonctions sur ce que doit être notre intimité. Mais moi ça me fait chier. Et ça n'a rien à voir avec du féminisme ou le combat pour la justice sociale. J'ai juste envie qu'on laisse ma testostérone tranquille le temps de pouvoir apprécier un jeu vidéo.</p> <p> Ce qui peut paraître paradoxal, mais qui à mon avis ne l'est absolument pas, c'est que l'on trouve finalement si peu d'érotisme dans les jeux vidéos. Je veux dire, on vois beaucoup de filles dénudées à la plastique aussi improbable que formatée, on vois même, de plus en plus souvent, des scènes "hawt" aussi classes qu'imaginatives, mais franchement, avant d'avoir ne serait ce que l'ombre d'une demi mole devant un jeu... En fait, le sexe est suggéré partout, jusqu'à la nausée si il le faut, mais ça s'arrête là.</p> <p>Peut-être parcequ'il ya une fonction à ces représentations. Bien sur, elles se fondent très bien dans l'idéologie patriarcale assez dominante dans notre culture (et il s'avère que les jeux vidéos mainstreams ont une certaines tendance à exalter les valeurs dominantes), mais je pense que ce n'est pas l'idée première. <br />Les représentations stéréotypés des corps féminin dénudés sont, il me semble, et à l'image de ce que l'on vois dans la publicité, un bon moyen d'entretenir la frustration du joueur. Soit qu'il désire, plus ou moins consciemment, posséder cet objet, soit qu'il désire lui ressembler. Dans les deux cas, le désir est refoulé, car il est normativement intégré comme étant inaccessible. Cela provoque une frustration qu'il va falloir évacuer, pourquoi pas, par un acte consommatoire.</p> <p>Je crois, mais je ne vais pas développer plus ici, que l'économie du jeu vidéo repose en partie sur la frustration, et que celle ci est entretenue par les jeux eux mêmes. Et dans cette optique, je ne peux que considérer que le problème spécifique du sexisme dans le jeu vidéo a à voir avec cette idée de la frustration comme moteur consommatoire.</p> 2012 : L'année du Backlash 2014-10-27T13:28:35Z http://merlanfrit.net/2012-L-annee-du-Backlash#comment5148 2014-10-27T13:28:35Z <p>C'est effectivement plus un problème de la "culture" geek dans son ensemble que des jeux vidéos, mais on ne voit pas forcément un tel déchainement de violence dans les autres secteurs.</p> <p>En même temps dans la bd, les comics, la "littérature" de science fiction, le manga et le cinéma, ces débats sont pour l'instant quasiment totalement inexistants, il est vraisemblable que le jour où ils arriveront on verra le même genre de réaction.</p> 2012 : L'année du Backlash 2014-10-25T23:18:02Z http://merlanfrit.net/2012-L-annee-du-Backlash#comment5147 2014-10-25T23:18:02Z <p>J'en venais presque à me croire seul au monde à voir "the big picture" de la merde miso chez les geeks. Ce blog et tous ses contributeurs font le boulot du Seigneur.</p> 2012 : L'année du Backlash 2014-10-24T16:38:24Z http://merlanfrit.net/2012-L-annee-du-Backlash#comment5144 2014-10-24T16:38:24Z <p>Ca fait plaisir de voir des articles fournis avec beaucoup de recherche et de réflexion (ça me change du journal du gamer >.>). <br />Je traîne sur Internet pour lire des articles sur les jeux-vidéos depuis assez peu de temps, j'étais passé outre les crtiques de Jade Empire et Jennifer Hepler. Là j'avoue que les critiques sur Jade Empire, je les trouve stupides, ce jeu était une pépite, j'ai adoré le gameplay, l'histoire, le cadre différent, les personnages, j'ai toujours regretté qu'il n'ait pas très bien marché et qu'on ait toujours pas vu de suite :( <br />Pour Hepler, j'avoue que quand j'ai découvert la polémique, la première chose que je me suis dit c'est (j'laisse un peu les insultes, réactions du moment), c'est qui cette con*****e qui aime pas les jeux, qui veut en supprimer les phases d'actions et qui nous a chié Dragon Age 2 et Mass Effect 3. <br />Et je pense que c'est là le plus gros problème, je pense que comme beaucoup dont le jeu-vidéo est une passion, j'y suis très émotionnellement attaché, et quand je vois quelque chose qui ne me plaît pas je m'emporte à fond dessus sans même aller vérifier les faits. Du coup il suffit qu'un glandu lambda vienne rager sur quelque chose en lançant quelques énormités en tant que faits, et tout explose, et une fois que c'est parti, c'est très difficile de faire avouer à quelqu'un qu'il s'est planté et qu'il aurait pas dû réagir comme ça. Mais voilà, j'ai suivi plus en détail l'affaire Hepler et je me suis senti très con après. <br />J'ai effectivement trouvé que Dragon Age 2 faisait honte à la licence, mais Hepler n'y était pas pour grand chose, le plus gros reproche que j'avais sur l'histoire c'était principalement le manque d'impacts des choix, au final tout se passait mal (bon et aussi les compagnons que j'ai trouvé creux à part le nain). c'est surtout tout le reste du jeu qui était mauvais, gameplay brouillon, décors répétitifs et peu intéressants, inventaire inexistant. Et surtout ce qui a fait que j'ai haï ce jeu c'est que le premier était tellement bon. Pour ME3, en fait j'ai adoré le jeu, j'ai juste été tellement déçu par la dernière partie, par le potentiel gâché (à mes yeux) que ça m'avait transformé en gros rageux. Mais quand je lis dans l'article que des gens ont critiqué sont travail sur Orzammar, et ben ça me troue le cul, je vois pas comment on peut critiquer cette partie de l'histoire sans avoir honte. Ce fut pour moi le point culminant entre les différentes factions, c'était simplement brillant, c'est à ce moment que le jeu m'a laissé littéralement sur le cul (oui ça fait beaucoup de culs tout ça). Pour moi elle a fait passer ce jeu à une dimension supérieure. <br />Et enfin, après un minimum de réflexion sur son idée d'avoir un bouton pour passer l'action, j'ai vite changé d'avis pour me dire que non seulement elle ne pouvait pas être critiqué pour ça mais que c'était plutôt une bonne idée. C'est à peu près à cette période que j'ai réalisé que c'était stupide de se plaindre que le mode normal d'un jeu était trop simple ou qu'il y avait des boutons pour passer une énigme ou autre dans un jeu. Au final chacun fait ce qu'il veut en son âme et conscience une fois face à l'écran, si tu trouves le jeu trop simple en normal, passe en difficile, si tu trouves ça débile de passer du contenu, ben ne le passe pas ! Son idée est brillante dans le sens où c'est un moyen d'élargir le public auquel diffuser le média. Au final n'est-ce pas ce que nous souhaitons tous quand quelque chose nous tiens à coeur, le faire partager au plus de monde possible ? <br />C'est triste de voir que des gens en viennent à de telles extrémités (j'avoue qu'à une époque, sans aller menacer de mort les cibles directement, j'avais tendance à penser des choses similaires, puis par miracle je me suis mis à réfléchir) <br />Pour ce qui est du domaine de la BD j'ai un peu moins d'avis, j'en suis moins connaisseur, mais quand même, ayant pas mal de comics et BD à mon actif, et c'est vrai que je trouve régulièrement les rôles des persos féminins assez désolant. Alors bon j'aime bien de temps en temps me faire plaisir aux yeux et me taper une série comme Vampirella ou Witchblade. <br />Et par contre j'ai un peu d'espoir dans les comics avec Wonder Woman (enfin dans ses aventures solo de DC renaissance, dès que Superman est dans le coin elle reprend un peu son rôle de faire valoir). Dans les nouvelles séries ça fait du bien de la voir au centre de l'histoire, elle prend ses décisions, elle fracasse les méchant tout en ayant cette touche de compassion qui a fait d'elle l'amabassadrice des amazones, elle met même au point des plans pour embrouiller plusieurs dieux d'un seul coup :D <br />Et la nouvelle Batwoman est aussi pas mal, mais même là, à côté t'as Batman qui a toujours 15 coups d'avance, et Batwoman en comparaison elle a plutôt 15 coups de retard, se fait pas mal éclater et fini par y arriver de justesse mais le personnage est très intéressant. <br />Enfin bref mon message était un peu bordélique mais voilà, merci pour l'article^^</p> 2012 : L'année du Backlash 2014-10-24T15:57:32Z http://merlanfrit.net/2012-L-annee-du-Backlash#comment5143 2014-10-24T15:57:32Z <p>C'est de loin l'article qui m'a le plus plu dans la série :)</p> <p>Mon passage préféré est la citation de Hepler, d'une grande justesse. Par contre, est ce que ce serait possible d'avoir une explicitation du problème sexiste "spécifique" au monde du jeu vidéo ? Parce qu'en l'état, l'article tend à montrer l'inverse — le sexisme est partout dans la société — en pointant des similitudes de traitement des femmes dans le monde de la BD et celui des JV. Effectivement, on entend plus ce qui concerne le JV que ce qui concerne la BD, les réactions sont plus extrêmes, mais j'aurai tendance à penser que cela vient de la différence d'audience. C'est-à-dire que le problème vient de la quantité plutôt que de la qualité des personnes prenant la parole dans le secteur des JV.</p> <p>En soi ce n'est même pas le problème, mais plutôt un autre symptôme ; la pathologie résidant dans la dominance sexiste de nos sociétés au cours de l'Histoire, et de l'imaginaire en découlant qui perdure aujourd'hui.</p> <p>Pour répondre à @cKei :</p> <p>Dans Matrix premier du nom, une des nombreuses scènes marquantes est le moment où Morpheus donne des éléments de réponse à Neo sur la nature de la Matrice. Après avoir tourné du pot pendant un moment pour d'évidentes raisons de narration, et de suspense en particulier, il lui laisse le choix entre deux pilules.</p> <p>La bleue fait s'arrêter la rencontre : Neo retourne à sa vie tranquille et n'aura plus de contact avec Morpheus, il vit sa vie en oubliant ses questions, sans se soucier du reste et de la possible vérité qu'il est prêt de toucher du doigt. La pilule rouge, à l'inverse, est le passage à l'acte, la prise de décision de se consacrer à la vérité.</p> <p>La scène en question est visible ici : <a href="https://www.youtube.com/watch?v=TgfLNObfwLg" class="spip_url spip_out" rel="nofollow external">https://www.youtube.com/watch?v=Tgf...</a> ;)</p> 2012 : L'année du Backlash 2014-10-24T15:20:26Z http://merlanfrit.net/2012-L-annee-du-Backlash#comment5142 2014-10-24T15:20:26Z <p>En fait j'ai l'impression que cette théorie "Kool-Aid" se retrouve dans à peu près n'importe quoi : dès que quelque chose a du succès, tu trouvera des détracteurs particulièrement virulents. Ça se vérifie pour les émissions et animateurs télé (Hanouna dernièrement), les films, et tout plein de trucs dont... les jeux vidéo (COD notamment, mais pas que). <br />Là ce qui est notable c'est surtout la violence disproportionnée des réactions.</p> <p>Sur la réaction de Chantal Montellier, j'avoue que ça me parait hallucinant de voir ce genre de réflexions de la part d'éditeurs, même pour l'époque : depuis que je suis môme <strong>Claire Bretecher</strong> est l'une de mes dessinatrices préférées juste après Gotlib, et j'ai jamais eu l'impression qu'il y avait une quelconque différence ni de talent ni de succès <i>parce qu'elle est une femme</i>. Ni, d'ailleurs, qu'elle s'interdisait de traiter d'un quelconque sujet y compris caricatural à l'égard des femmes, ou qu'elle les déshabille (sans qu'il n'y ai grand chose de sexuel là dedans). Après les dessinatrices, je n'en connais pas des masses non plus. Pour le reste, je ne suis pas forcément d'accord avec tout ce que Mme Montellier semble défendre sur la place de la femme dans la BD, mais j'avoue que j'ai pas encore lu toutes les sources donc je ne commenterai pas plus. <br /><strong>(ah ben tiens, en continuant la lecture je vois qu'elle cite Bretecher comme exception qui confirme la règle.) </strong></p> <p>Sinon je trouve cette série d'article bien écrit et très bien sourcée. N'étant pas un fan de matrix, je ne saisis pas forcément bien l'expression "Pilule rouge". Est-ce une façon de dire que l'on fait l'autruche ? Parce que personnellement je ne pense pas qu'il ai un problème de sexisme spécifique au JV, mais que c'est plus généralement notre société entière qui a parfois des réactions ou pratiques effectivement pas toujours très à la pointe, ou carrément dégueulasses. Sauf que je ne me voile pas la face, je suis juste désabusé.</p>