Eclats de jeux - commentaires Eclats de jeux 2015-02-26T23:45:17Z http://merlanfrit.net/Eclats-de-jeux#comment5376 2015-02-26T23:45:17Z <p>Oui, le cerveau à ces influences que la raison ignore. J'ai beaucoup aimé ton chapitre "croire" car en effet, j'imaginais souvent des choses, des actions impossibles à réaliser, des lieux qu'il n'était pas prévu de visiter mais c'est fort de ces certitudes et de mon imagination débordante de gosse que je retournais fréquemment sur la même poignée de jeu avec cette envie de croire...</p> Eclats de jeux 2014-05-09T13:46:45Z http://merlanfrit.net/Eclats-de-jeux#comment4172 2014-05-09T13:46:45Z <p>"Croire"</p> <p>Je crois que c'est ce qui marque au fer rouge, ce qui amène à s'intéresser au JV comme quelque chose qui dépasse le simple divertissement, ce qui donne envie de réfléchir, d'explorer, d'améliorer, de faire. C'est un élément important de l'attente spectatorielle, savoir que dans ce médium encore jeune l'étendue des possibles est gigantesque. <br />Je ne suis jamais arrivé au bout d'un jeu Black Isle par exemple mais les possibilités entrevues ont plus tard forgé mon fanboyisme de Troïka qui assouvissait certains de mes fantasmes de joueur (accentuer l'importance du social plutôt que d'enchaîner les combats, redéfinir ses allégeances et en affronter les conséquences, etc.) , ou au contraire ma déception devant un Dragon Age dirigiste.</p> <p>Et c'est ce qui me donne envie, encore à bientôt 28 ans et précaire comme pas deux, d'acquérir les compétences nécessaires à la création de mes propres jeux.</p> <p>@BlackLabel : Merci, tu viens de me donner les clés de compréhension qui me manquaient pour mieux comprendre ta posture analytique ;)</p> Eclats de jeux 2014-05-08T12:31:18Z http://merlanfrit.net/Eclats-de-jeux#comment4160 2014-05-08T12:31:18Z <p>Arti : Eh ! Merci, ça fait plaisir de revoir à quoi ça ressemblait ^^</p> <p>Sinon au niveau de l'article j'ai pensé aussi à une autre dimension. Les deux vieux jeux dont j'ai parlé n'ont clairement rien pour eux niveau ambiance, c'est vraiment du pur gameplay. Par contre ce sont des jeux qui se jouent à deux. Dans l'article on parle d'un gameplay qui deviendrait secondaire, car on est happé par la force du récit, évidemment c'est du solo. Pour ma part, dans la même idée, je trouve que lorsqu'on est en bonne compagnie, c'est le contraire qui peut se produire. On oublie l'emballage souvent craignos d'un jeu comme Gorillas. On peut même en oublier le gameplay fourni pour créer ses propres règles de jeu, délimiter le terrain si les possibilités offertes nous semblent inadéquates (exemple quasi-universel ; qui n'a pas abandonné les tortues rouges dans Super Mario Kart, car trop abusées ?). En somme l'ambiance d'un Gorillas ne venait pas du jeu, mais du plaisir entre joueurs.</p> <p>J'ai longtemps joué multijoueurs sur console (frères, amis) avec le solo seulement en renfort, tandis qu'aujourd'hui je joue exclusivement solo. Je ne sais pas si c'est personnel, mais je préférais l'époque du multi, quand le jeu n'était qu'un support. Ce n'était pas, comme on le dit aujourd'hui pour le solo, des questions "d'expérience", d'émotions, de poésie, d'immersion. C'était de la compétition, du jeu, du plaisir, avec quelques rares compagnons, mais précieux, qui comme moi voulaient jouer fair-play, et faisaient preuve de créativité, on redéfinissait les règles du jeu si celles proposées ne nous plaisaient pas. En somme on <i>corrigeait</i> le jeu, et on faisait très facilement abstraction de ce qui ne nous convenait pas, voire on s'en amusait (direction artistique ridicule par exemple).</p> <p>En solo ça me semble beaucoup plus difficile, je n'ai pas de compagnon pour me booster, je fais face, seul, à une proposition de jeu (qui me déçoit très souvent personnellement). Si les règles ne me plaisent pas, je n'ai pas envie de corriger quoi que ce soit, de faire le boulot des devs à leur place. Si la direction artistique est ridicule, seul ça ne me fait pas rire.</p> <p>Si bien que mes souvenirs sont souvent ceux des vieux jeux multis peu importe la qualité du produit, tandis que pour les jeux solos j'en ai beaucoup moins, mais sur des jeux qui me semblent exceptionnels.</p> Eclats de jeux 2014-05-07T11:47:49Z http://merlanfrit.net/Eclats-de-jeux#comment4159 2014-05-07T11:47:49Z <p>Le lancer de bananes, c'était <a href="http://en.wikipedia.org/wiki/Gorillas_%28computer_game%29" class="spip_out" rel="external">Gorillas</a>. Wah, pour un bête programme de démo de QBasic (sous MSDos effectivement), j'en ai un très bon souvenir aussi.</p> Eclats de jeux 2014-05-06T09:50:51Z http://merlanfrit.net/Eclats-de-jeux#comment4158 2014-05-06T09:50:51Z <p>Jérôme Izard :"C'est aussi quelque chose le premier jeu auquel on s'accroche, on peut y voir déjà par certains aspects le reflet des jeux qu'on aimera à l'avenir. C'est à la fois une porte et une graine."</p> <p>Je dirai même qu'à l'époque je n'avais pas conscience d'avoir accroché tant que ça, c'est plutôt la sensation de ne pas avoir retrouvé ça ailleurs qui fait que j'en garde des souvenirs précis.</p> Eclats de jeux 2014-05-06T06:57:55Z http://merlanfrit.net/Eclats-de-jeux#comment4157 2014-05-06T06:57:55Z <p>C'est marrant le vieux jeu dont tu parles ça me fait penser à <strong>Rescue Raiders</strong> (1984), le premier jeu auquel j'ai joué (le seul sur Apple) et dont j'ai été immédiatement amoureux. Là aussi c'était vraiment une pure question d'excellence de gameplay, ce truc était absolument fascinant. <br />C'est aussi quelque chose le premier jeu auquel on s'accroche, on peut y voir déjà par certains aspects le reflet des jeux qu'on aimera à l'avenir. C'est à la fois une porte et une graine.</p> Eclats de jeux 2014-05-05T16:13:05Z http://merlanfrit.net/Eclats-de-jeux#comment4156 2014-05-05T16:13:05Z <p>Jérôme Izard :"<i>force est de constater que les jeux ne laissent pas un souvenir obligatoirement proportionnel à leur qualité globale</i>"</p> <p>Oui mais ça peut tenir du mauvais souvenir. Y'a deux ou trois jeux qui m'ont laissé des souvenirs impérissables, deux multijoueurs pas du tout connus ni même sur le marché (un d'eux fait avec le Net Yaroze), et ça m'avait scotché pour la précision réclamée et le plaisir que ça engendrait.</p> <p>Celui dont je me souviens le mieux, qui est d'ailleurs le plus facile à expliquer, c'est un vieux vieux jeu sous DOS (je crois, j'y connais rien en informatique). 3, 4 couleurs maximum, des graphismes type Atari 2600, des immeubles destructibles générés aléatoirement, deux gorilles aux deux bords de l'écran qui se lancent des bananes à tour de rôle, le but étant d'entrer des coordonnées de force et d'angle de tir pour parvenir à toucher et donc tuer le gorille adversaire.</p> <p>Ultrabasique, et passionnant. Un peu comme touché-coulé dans un autre genre, on corrige, on ajuste, on veut surtout pas que l'adversaire y parvienne avant nous. Parfois ça passe à un poil et on se maudit. J'ai jamais connu ça sur des jeux plus sophistiqués et plus "avancés". Y'avait un principe dans ce jeu qui dépassait la technologie, le hardware ; la précision chirurgicale, le fait que tu pouvais pas en vouloir aux contrôles, aux scripts, à n'importe quoi si tu ratais ton coup.</p> <p>Le jeu sur Net Yaroze avait un principe aussi exigeant dans sa précision, un jeu de vaisseau avec une poussée uniquement à l'arrière, et quand tu tournais le vaisseau continuait sur sa lancée un petit moment avant de partir dans une nouvelle direction. Il fallait encore une fois tirer sur l'adversaire en contrôlant avec doigté notre appareil, jaugeant les distances, relâchant l'accélération pour perdre un peu de vitesse afin de ne pas se planter, évitant les éléments de décors.</p> <p>Par contre dans l'optique de ton article, personnellement les "bons" souvenirs que j'ai d'un jeu que je n'ai pas aimé ont tendance à disparaître. Par exemple quand tu parles d'ambiance, pour moi dès que je me rends compte que le gameplay est bidon y'a plus d'ambiance, parce que je ne suis plus <i>dedans</i>.</p>