J'ai passé une journée de merde

Et sa fameuse odeur de poisson pourri et de discussions avariées.

Re: J'ai passé une journée de merde

Messagepar laurentb » 01 Juil 2020, 12:58

La situation n'a pas l'air folichonne mais on peut essayer de voir le bon côté des choses. Les grosses structures, ça fait une administration bien relou (j'en sais quelque chose), mais à peu près carrée tant qu'il y a des gens qui connaissent leur métier. Les chefs aux commandes, peut-être qu'ils vous regardent de haut, mais ça tourne assez régulièrement. Et surtout dans l'université c'est plus facile d'avoir accès à des syndicats qui vont vraiment avoir un impact dans les conseils, pour aller vers un statut équivalent aux enseignants de l'autre bord.
Avatar de l’utilisateur
laurentb
 
Messages: 2625
Inscrit le: 29 Mar 2012, 13:11

Re: J'ai passé une journée de merde

Messagepar cKei » 01 Juil 2020, 13:35

Pour travailler au contact direct de l'administration de l'université (ou du CNRS, c'est un peu pareil), j'entends bien les craintes de Shane. En théorie c'est censé permettre à tous de travailler dans de bonnes conditions, avec des protocoles homogénéisés, carrés... En pratique c'est le bordel, les formulaires changent toutes les deux semaines, c'est imbitable, et globalement ça me prend un temps fou de satisfaire aux conditions demandées là où avant tout ça était pris en charge par un.e professionnel.le dont c'était le métier. Aujourd'hui c'est pour la pomme des personnels techniques, et je fais aussi la plomberie.

Non mais genre pour les missions terrain, avant on avait un état de frais à remplir et on nous remboursait une somme forfaitaire. En début d'année ça a changé, pas grand chose mais assez pour casser les couilles : la somme forfaitaire est passée à 17€ (pourquoi, ça sort d'où ?) soit beaucoup plus qu'un repas classique (en général un sandwich et crudités) par contre faut fournir les originaux des factures avec le solde du paiement et tout un tas de merdes... Du coup une fois sur deux je ne suis plus remboursé.

Mais le pire, c'est que le personnel administratif ne comprend pas leur mission, qu'ils ne sont pas là pour "rentrer des actes" dans leur ordi mais pour nous permettre de faire notre boulot dans de bonnes conditions, de façon à ce qu'on puisse soutenir les chercheurs, qui œuvrent à leur tour à faire avancer le grand schmilblick de la recherche. On est tous dans le même panier mais on a tellement sorti le volet administratif du truc qu'eux-mêmes ont perdu cette vision, du coup leurs protocoles ne sont plus adaptés à accompagner de façon sereine ; comprendre que le milieu naturel t'oblige à parfois partir en mission d'un jour à l'autre, et que l'ordre de mission doit par conséquent être un processus flexible sinon ça ne sert à rien.

Fin bref. Ceci étant je me plie à la plupart de ces exigences sans trop de soucis, déjà parce que je me sens pas l'âme d'un Don Quichotte et ensuite parce que je fais un boulot que j'aime bien et qui pourrait largement être pire.

Donc wait and see ;)
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 2078
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: J'ai passé une journée de merde

Messagepar MrDekoninck » 08 Aoû 2020, 13:13

Faire un film, Saison 2 :
Il y a un an tout pile, je vous racontais que j'allais devoir décaler le tournage du court métrage que je préparais par manque de financements. C'était une bonne période de merde tiens.

Un an plus tard, on a assez d'argent pour faire le film (enfin, le budget craque de partout, mais on a quand même 70 000€). Le COVID est passé par là, mais Inch’Allah on devrait pouvoir glisser le tournage avant la deuxième vague : celui-ci est prévu pour dans deux semaines, 9 jours sur la Dordogne, à la frontière entre le Cantal et la Corrèze.

Le film doit s'ouvrir sur une scène qui se déroule sur un barrage. Ça fait deux ans qu'on est en contact avec EDF, et qu'on s'est mis d'accord pour tourner sur le barrage de l'aigle, qui est un édifice magnifique. On a fait plusieurs sessions de repérages, prévu le découpage en fonction, bref on était prêts.
Et puis hier, un type de la communication d'EDF se réveille, et décide qu'on peut pas tourner sur leur barrage parce que le film est assez noir, et qu'ils veulent pas que leur image soit associée à ça. Ce qui fait que notre autorisation saute, pour ce barrage, mais aussi pour tous ceux qui appartiennent à EDF, c.a.d 95% des grands édifices en France. Donc on est baisés, y'aura pas de barrage dans le film.
Qu'EDF ait pas envie de faire n'importe quoi avec leur image c'est leur droit. Mais ce qui me rend fou c'est qu'on leur a envoyés le scénario il y a huit mois et qu'ils se réveillent DEUX PUTAINS DE SEMAINES avant le tournage. C'est à dire bien trop tard pour qu'on puisse se retourner correctement.

Bref, c'était une journée de merde. Mais bon, après tout ça ne reste que du cinéma, et on va s'adapter en modifiant le film, peut-être pour le mieux. La production de films est remplie d'histoires comme celle-ci. Mais bon, là tout de suite j'ai quand même envie d'aller cramer la bagnole du type qui a fait ça.
Avatar de l’utilisateur
MrDekoninck
 
Messages: 785
Inscrit le: 21 Sep 2015, 23:04

Re: J'ai passé une journée de merde

Messagepar Shane_Fenton » 09 Aoû 2020, 12:24

C'est vraiment pas de bol. Et j'ai pas de mots pour décrire ce que je pense de ces types qui donnent une autorisation pour retourner leur veste ensuite, juste avant que ça commence. Courage à toi.
Gaming Since 198X : http://gamingsince198x.fr/
Par des vieux cons, pour des vieux cons...
Avatar de l’utilisateur
Shane_Fenton
 
Messages: 4543
Inscrit le: 25 Aoû 2010, 15:59

Re: J'ai passé une journée de merde

Messagepar Alexis » 10 Aoû 2020, 10:01

Je travaille dans une institution publique et ce type de réaction ne m'étonne guère. Les gars se couvrent au maximum, car la culture c'est d'éviter tout ce qu'on pourrait te reprocher par la suite. Du coup j'ai des chefs et manager qui n'ont qu'une seule obsession : ne pas être pris en train de prendre une mauvaise décision. Résultat : aucun courage, tout est verrouillé, les circuits de validations deviennent de plus en plus long (pour bien s'assurer que tout le monde est courant et qu'on vienne pas dire que c'était une initiative personnelle). Ce qui est marrant, c'est que ces chefs et manager, quand tu les écoutes, ils t'expliquent qu'ils n'ont pas peur d'aller au clash, qu'ils sont des requins etc. Mais ils flippent à la première décision qu'ils doivent prendre seuls.
Avatar de l’utilisateur
Alexis
 
Messages: 2433
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 20:32
Localisation: Parisse

Précédent

Retour vers Le bistro

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité