Coincer la bulle (la BD)

Et sa fameuse odeur de poisson pourri et de discussions avariées.

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Thufir » 06 Avr 2013, 12:26

Marrant, ça m'a jamais intéressé Fred, en fait. Je sens que c'est bien, je suis écclectique en BD et pourtant, Fred ça m'ennuie.
Avatar de l’utilisateur
Thufir
 
Messages: 2529
Inscrit le: 23 Sep 2010, 11:10

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Rudolf » 30 Juin 2013, 22:37

Bien, j'ai terminé récemment le tome 5 de Fables (après avoir lu les précédents bien sûr): je suis de plus en plus emballé, c'est vraiment chouette... et très original, ce concept des héros des contes chassés de leur royaume par un Adversaire et ayant trouvé refuge dans notre monde en fondant leur communauté Fableville au sein de New York. Ca me fait bizarre quand même de voir des Américains parler de contes européens dans un comics, je ne suis vraiment pas habitué (non mais franchement, voir par exemple le goupil des Romans de Renart, ou le grand méchant loup et le petit chaperon rouge, ou encore les Trois Petits Cochons, ce n'est pas commun).

Mais surtout ce qui est chouette, c'est de reprendre tous ces mythes et de les mélanger, de voir un peu les relations qui se créent entre tous ces personnages, leur psychologie plus approfondie (ou détournée comme le Prince Charmant qui est un coureur de jupons incapable de vivre en couple après avoir divorcé successivement de Blanche Neige, la Belle aux Bois Dormants et Cendrillon). Parmi tous les personnages, ceux qui se détachent le plus sont évidemment Blanche Neige et le Grand Méchant Loup (qui s'est rangé et est devenu détective privé) dont les relations évoluent entre attirance et répulsion, mais les autres ne déméritent pas non plus: un Barbe Bleue particulièrement inquiétant, la soeur Rose Rouge de Blanche Neige, Boy Blue qui prend plus d'importance dans les derniers tomes que j'ai lus, le Prince Charmant assez tordant et se dégageant de l'image lisse qu'on a de lui dans les contes, Pinocchio qui commence à faire l'objet de certaines attentions en lien avec son père Geppetto disparu (mort ou pas mort?), ou bien Boucle d'Or devenue révolutionnaire et tireuse d'élite.

Finalement, dans la grande histoire, il y a plein de petites histoires qui approfondissent les liens entre les personnages et c'est un aspect sur lequel cette série brille.

Les deux derniers tomes que j'ai lus sont vraiment les meilleurs pour l'instant, avec d'une part le flashback sur la bataille dans une forteresse contre l'Adversaire pour protéger les derniers réfugiés vers Fableville, et les événements qui se passent juste après avec le petit chaperon rouge et ces étranges bonshommes en costume noir.

En tout cas, ça change des super héros dans les comics, je suis content de pouvoir lire autre chose, et j'ai hâte de lire la suite!
Avatar de l’utilisateur
Rudolf
 
Messages: 1202
Inscrit le: 10 Avr 2011, 14:16
Localisation: Strasbourg

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Rudolf » 17 Juil 2013, 13:12

Image Image

Bon, bah Fables, franchement, c'est une tuerie! J'ai lu les 10 premiers tomes, et ça a pris une ampleur incroyable depuis les débuts. Cette façon de se réapproprier tous les contes européens classiques, de les mélanger, de raconter la vie de tous ces héros avant et après leurs histoires qu'on connaît tous.
Et puis, l'identité de l'Adversaire (attention, énorme spoil):

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Et en dehors de la grande histoire, ce qui est excellent, ce sont toutes les petites histoires racontées, les différentes légendes contées qui se passent dans notre monde ou bien dans les anciens royaumes des Fables, ainsi que les relations entre les personnages qui évoluent.

J'ai lu aussi le tome Les 1001 Nuits de Blanche, qui met Blanche Neige à la place de Schérahzade, prisonnière d'un sultan mais lui racontant chaque nuit des contes (européens cette fois) pour échapper à la mort et repousser à chaque fois sa mort d'une nuit.

Non, vraiment, je suis étonné que cette série Fables, fascinante, ne soit pas plus connue que ça, alors que maintenant ça fait partie de ce que j'ai lu de meilleurs dans les comics américains!

Image
Avatar de l’utilisateur
Rudolf
 
Messages: 1202
Inscrit le: 10 Avr 2011, 14:16
Localisation: Strasbourg

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar flodec » 01 Aoû 2013, 10:56

J'ai été jusqu'au tome 12 environ, j'attends qu'ils rattrapent la réédition pour pouvoir continuer.
(Ouais, en fait ça a changé d'éditeur en cours de route et ils ont direct pris la suite, et moi il me manque les tomes intermédiaires. Ils en ressortent deux anciens pour un nouveau, donc j'dois attendre le 13 à peu près).

C'est super, mais les tomes sont vachement inégaux. Il y a des trucs géniaux et des chapitres entiers qui sont pas top, et parfois même pas très jolis... Je me souviens d'un tome entier absolument inutile, mais je crois que c'était un spécial Noël. Mais vu le dernier tome que j'ai lu, j'imagine bien que la suite doit être à la hauteur de mes espérances :). Et je confirme ce que t'écris sinon, d'ailleurs c'est également un bon passage aux comics, c'est par celui-ci que ma copine avait commencé et ça lui a permis d'apprécier des univers vers lesquels elle avait pas forcément envie d'aller avant.
Avatar de l’utilisateur
flodec
 
Messages: 145
Inscrit le: 29 Avr 2013, 14:49

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Shane_Fenton » 04 Sep 2013, 15:33

Un créateur de comics vomit sa bile contre les cosplayeuses, ce qui relance le débat sur le sexisme de certains geeks :
http://www.newstatesman.com/culture/201 ... men-please
http://www.newstatesman.com/culture/201 ... f-loathing
Gaming Since 198X : http://gamingsince198x.fr/
Par des vieux cons, pour des vieux cons...
Avatar de l’utilisateur
Shane_Fenton
 
Messages: 4092
Inscrit le: 25 Aoû 2010, 15:59
Localisation: Cergy

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Zali L. Falcam » 04 Sep 2013, 15:42

Tiens en cliquant je me suis dit "mais j'ai l'impression d'avoir déjà..." et effectivement, ce truc a près d'un an. Ce gros con réussit à faire parler de sa prose haineuse quasiment un an après, quoi... Le point de vue de la nana du deuxième article est intéressant, et je suis assez d'accord. Ceux qui trouvent assez de temps et d'énergie pour juger le taux de validité de "geek" des autres ont a mon avis un sacré problème sur la perception qu'ils ont d'eux-même.

Enfin bon rien de neuf.
Avatar de l’utilisateur
Zali L. Falcam
 
Messages: 1241
Inscrit le: 09 Mar 2013, 17:11

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Shane_Fenton » 04 Sep 2013, 15:49

'tain, j'avais pas vu que ça datait d'un an ! Honte à moi. :oops:
Gaming Since 198X : http://gamingsince198x.fr/
Par des vieux cons, pour des vieux cons...
Avatar de l’utilisateur
Shane_Fenton
 
Messages: 4092
Inscrit le: 25 Aoû 2010, 15:59
Localisation: Cergy

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Zali L. Falcam » 04 Sep 2013, 18:06

Bah le deuxième article est récent, et intéressant.
Avatar de l’utilisateur
Zali L. Falcam
 
Messages: 1241
Inscrit le: 09 Mar 2013, 17:11

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Le Chevalier Masqué » 10 Sep 2013, 07:57

Rudolf a écrit:
Non, vraiment, je suis étonné que cette série Fables, fascinante, ne soit pas plus connue que ça, alors que maintenant ça fait partie de ce que j'ai lu de meilleurs dans les comics américains!


Pour beaucoup de gens, comics=mecs en collants qui lattent des vilains méchants, tout comme manga=ados surexcité qui lattent des vilains méchants, alors que c'est tellement plus riche que ça. Mais les clichés ont la peau dure et beaucoup de nouveaux lecteurs se contentent de l'imagerie qui se dégage du gros de l'industrie. En tout cas, content de voir qu'il y en a qui apprécient cette excellente série.

Dans le genre série géniale mais hélas remisée par le lectorat, je te recommande Y,10 petits tomes sortis il y a maintenant quelque temps, à la fois intelligente et accrocheuse. Il me semble qu'il existe des simili Deluxe, genre trois tomes par album, avec en complément divers artworks et couvertures.

Et toujours sur la thématique mélange de littérature fantastique et réalité au premier degré, je te conseille Arrowsmith. Seulement deux tomes en durs édités en VF il y a dix ans ou pas loin, donc dispo pour deux cacahuètes. En bref, ça raconte l'engagement d'un gamin américain du fin fond de la cambrousse dans les tranchées de la première guerre mondiale, et comment son rêve de voler part en lambeaux devant l’atrocité du conflit.
Z
Avatar de l’utilisateur
Le Chevalier Masqué
 
Messages: 65
Inscrit le: 27 Nov 2010, 17:23
Localisation: Plessis-Robinson

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Zali L. Falcam » 10 Sep 2013, 08:01

Pour beaucoup de gens, comics=mecs en collants qui lattent des vilains méchants, tout comme manga=ados surexcité qui lattent des vilains méchants, alors que c'est tellement plus riche que ça. Mais les clichés ont la peau dure et beaucoup de nouveaux lecteurs se contentent de l'imagerie qui se dégage du gros de l'industrie. En tout cas, content de voir qu'il y en a qui apprécient cette excellente série.


Quoi qu'on pense de la série, TWD et sa présence permanente dans le top20 des meilleures ventes de bouquins depuis quelques temps contribue un peu à changer ça.
Avatar de l’utilisateur
Zali L. Falcam
 
Messages: 1241
Inscrit le: 09 Mar 2013, 17:11

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Rudolf » 10 Sep 2013, 08:33

Le Chevalier Masqué a écrit:
Rudolf a écrit:
Non, vraiment, je suis étonné que cette série Fables, fascinante, ne soit pas plus connue que ça, alors que maintenant ça fait partie de ce que j'ai lu de meilleurs dans les comics américains!


Pour beaucoup de gens, comics=mecs en collants qui lattent des vilains méchants, tout comme manga=ados surexcité qui lattent des vilains méchants, alors que c'est tellement plus riche que ça. Mais les clichés ont la peau dure et beaucoup de nouveaux lecteurs se contentent de l'imagerie qui se dégage du gros de l'industrie. En tout cas, content de voir qu'il y en a qui apprécient cette excellente série.

Dans le genre série géniale mais hélas remisée par le lectorat, je te recommande Y,10 petits tomes sortis il y a maintenant quelque temps, à la fois intelligente et accrocheuse. Il me semble qu'il existe des simili Deluxe, genre trois tomes par album, avec en complément divers artworks et couvertures.

Et toujours sur la thématique mélange de littérature fantastique et réalité au premier degré, je te conseille Arrowsmith. Seulement deux tomes en durs édités en VF il y a dix ans ou pas loin, donc dispo pour deux cacahuètes. En bref, ça raconte l'engagement d'un gamin américain du fin fond de la cambrousse dans les tranchées de la première guerre mondiale, et comment son rêve de voler part en lambeaux devant l’atrocité du conflit.


Tout à fait. Personnellement, ça me fait du bien de lire autre chose que les super héros (même si j'aime bien, il y a des trucs géniaux, mais je sature vite à force) dans les comics.
Après, par le passé, il y a eu aussi de bons succès comics hors super héros, en cherchant dans le registre comique, avec entre autres la géniale série des Calvin et Hobbes. Et sans parler de tous les Picsou bien sûr (avec récemment une reconnaissance des oeuvres de Carl Barks et Don Rosa par la sortie d'intégrales).

Y, le Dernier Homme, c'est aussi une série qui est dans mon collimateur depuis un petit moment, je suis en train de voir si je peux l'emprunter facilement dans mes médiathèques.
Quant à Arrowsmith, je ne connaissais pas du tout, je viens de regarder vite fait ce que ça raconte: ça m'a l'air original, pourquoi pas aussi à l'occasion. Merci!

Sinon, les Walking Dead, bon, faudrait que je réessaie, je n'avais lu que les deux premiers tomes: ce n'était pas déplaisant à lire, sans que ça m'emballe non plus jusqu'à présent.

Par contre, j'ai cru comprendre que le studio Tell Tale est en train de préparer une adaptation en jeu d'aventure de Fables (que je suis en train de lire toujours, me manque plus que deux ou trois albums pour finir l'arc de l'Adversaire), c'est ça? Dans ce cas, j'attends ça au tournant, vu qu'en plus j'ai adoré ce qu'ils ont fait avec Sam & Max (qui était aussi un comic à la base je crois, avant le jeu de Lucas Arts?). Décidément, avec en plus leur Walking Dead, ils se sont vraiment spécialisés dans l'adaptation de comics en jeux d'aventure!

Sinon, à propos de Fables, ça vaut quoi aussi, la sous-série Jack of Fables?
Avatar de l’utilisateur
Rudolf
 
Messages: 1202
Inscrit le: 10 Avr 2011, 14:16
Localisation: Strasbourg

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Le Yéti » 10 Sep 2013, 09:19

Rudolf a écrit:Sinon, à propos de Fables, ça vaut quoi aussi, la sous-série Jack of Fables?

J'ai pas lu mais un ami fan de Fables (qui m'a fait découvrir et rendu accro) me dit que c'est bien sans toutefois valoir la série originale :)
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8622
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Zali L. Falcam » 10 Sep 2013, 09:30

Le Yéti a écrit:
Rudolf a écrit:Sinon, à propos de Fables, ça vaut quoi aussi, la sous-série Jack of Fables?

J'ai pas lu mais un ami fan de Fables (qui m'a fait découvrir et rendu accro) me dit que c'est bien sans toutefois valoir la série originale :)


C'est exactement ça. Une cacahuète bien savoureuse en complément du plat principal.
Avatar de l’utilisateur
Zali L. Falcam
 
Messages: 1241
Inscrit le: 09 Mar 2013, 17:11

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Rudolf » 30 Nov 2013, 14:57

Depuis le temps, j'ai fini tout l'arc de l'Adversaire (jusqu'au tome 14 donc), hormis le tome 12 que je n'ai toujours pas trouvé à la médiathèque (celui qui se passe juste avant le tome 13 relatant la croisade de Gobe Mouche). J'ai entamé le nouvel arc qui met en scène un certain Mr Dark bien terrifiant et puissant. J'accroche toujours autant à la série.

Je suis en train de lire le tome 16 de Fables, intitulé La Grande Alliance. Et bien je me rends compte que pour une fois ils font un pont avec la série dérivée Jack of Fables (déjà, on revoit Jack Horner qui est au premier plan de l'histoire), je ne m'y attendais pas. Du coup, je n'avais pas tous les éléments en main pour tout comprendre, car je n'ai lu que les deux premiers tomes de Jack of Fables (donc juste ce qu'il faut pour avoir déjà vu les trois soeurs Page, Mr Revise, Gary le comparse de Jack, et aussi lu l'aventure que Jack avait eu avec la Reine des Neiges et sa période Jack Frost, plus le fait qu'il a eu un fils sans le savoir avec elle). Par contre, tout ce qui concerne les "Littéraux" et Kevin Horne qui a mis la main sur une plume magique qui lui permet de réécrire l'histoire du monde et des personnages en écrivant avec sur un livre (ainsi que tous les personnages qu'il invoque à un moment donné), ça ne me dit rien.

Du coup, il va peut-être que je m'avance un petit peu dans la série dérivée Jack of Fables.


Sinon, j'ai lu des tas de BD (surtout des BD de SF franco-belges, vieilles ou récentes), j'en reparlerai à l'occasion.
Avatar de l’utilisateur
Rudolf
 
Messages: 1202
Inscrit le: 10 Avr 2011, 14:16
Localisation: Strasbourg

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Rudolf » 03 Jan 2014, 02:24

Alors, le tome 16 était finalement assez faiblard (le plus faible de la série), un peu trop délirant et hors sujet, trop basé sur Jack of Fables. Par contre, les suivants, du tome 17 jusqu'au tome 19 qui conclue l'arc sur Mr Dark sont franchement excellents, avec l'histoire numéro 100 qui est dans le tome 18 mettant en scène Frau Totenkinder et Mr Dark. Tout cet arc confirme que Frau Totenkinder est l'un des tout meilleurs personnages de la série, l'un des plus fascinants et ambigus (avec son passé très sordide à l'image de ce qu'elle a fait dans le conte Hänsel et Gretel, le nom Totenkinder signifiant "Enfants Morts" et ses actions parfois étranges où on doute toujours si elle est vraiment du côté des Fables).

J'ai particulièrement aimé aussi toute l'histoire dans le tome 18 relatant et enrichissant le conte Blanche-Neige et Rose-Rouge, en imaginant la suite du récit et le fusionnant avec l'autre conte Blanche Neige et les Sept Nains (oui, j'ignorais qu'il existait deux contes Blanche-Neige différents repris par les frères Grimm et mettant en scène deux héroïnes complètement différentes mais portant le même nom, et moi qui me demandais d'où sortait la soeur Rose Rouge de Blanche Neige et croyais qu'elle avait été inventée pour le comic, j'aurais appris des choses!).

Le tome 17 met aussi en vedette le singe ailé Bufkin (sorti du Magicien d'Oz) contre un Djinn et la sorcière Baba-Yaga, où il utilise le fait d'avoir lu presque tous les livres de la bibliothèque pour s'en sortir.
Le tome 19 est assez marrant aussi en se moquant pas mal des super héros, et en particulier de l'âge moderne des super héros où Pinocchio (en fauteuil roulant avec une fausse pipe crachant des bulles pour imiter le Professeur Xavier pour former une équipe de super héros Fables pour défaire Mr Dark) dit qu'on est passé de super héros cool et positifs à des antihéros sombres.

Bref, c'est toujours aussi magistral, comme série, on sent aussi qu'il y a une vraie vision sur le long terme, car finalement on commence enfin à expliquer des choses qui avaient lieu très longtemps avant (comme cette histoire de la tête de cochon empalée qui vient rendre visite à Blanche Neige, puis à Rose Rouge, pour prévenir d'événements funestes à venir). De plus, j'ai été content d'apprendre que la série va vraiment avoir une fin, que l'an prochain aux USA l'auteur Willingham va boucler la série au tome 150 (ils doivent en être autour du tome 130, la série doit avoir dix ans maintenant).

Maintenant, je passe à la série Sandman dont j'ai lu les quatre premiers tomes. Voici ce que j'en pense.

- Préludes Nocturnes: Je l'avais lu il y a quatre ans, j'avais eu un peu de mal, mais cette fois la lecture est beaucoup mieux passée car je connaissais déjà un peu l'histoire pour mieux me sentir en terrain connu. J'ai globalement bien apprécié ce premier tome, avec ce point de départ original de Sandman emprisonné pendant des décennies et les conséquences qui s'en suivent: le royaume des airs altéré, les gens qui ne font plus que dormir et ne rêvent pas, etc. Ce premier tome nous prépare à ce qui nous attend dans la série, qui regorge de contenu, de références littéraires, religieuses, mythologiques, souvent européennes également, et parfois à l'univers DC (des caméos amusants comme l'apparition du martien J'onn ou de Arkham Asylum). J'ai particulièrement aimé tout le chapitre se passant en enfer qui est très riche au niveau références et ayant des planches magnifiques (genre la double planche où on voit tous les démons!!!).

Ce premier tome nous montre aussi ce qui nous attend au niveau du ton: tantôt c'est onirique, tantôt ça l'est beaucoup moins (à l'image de tout le chapitre du bar qui est super glauque!). Bref, pas forcément facile de rentrer dedans la première fois qu'on s'y met, surtout que le lecteur est complètement dans l'inconnu et perdu dans cet univers foisonnant qu'il découvre et le fait passer d'ambiances et de lieux très différentes d'un chapitre à un autre, donc je comprends qu'on puisse dire qu'il faut au moins deux lectures ou bien qu'il faut avoir lu un autre tome (genre le tome 4 La Saison des Brumes) pour vraiment se sentir familier avec cet univers.

- La Maison Poupée: Alors lui par contre, je l'ai beaucoup moins aimé, c'est pour moi le plus faible des quatre premiers tomes que j'ai lus, et celui que j'ai mis le plus de temps à lire (une semaine, j'avais du mal à lire plus d'un chapitre par jour), alors que je lisais bien plus facilement les autres tomes en un ou deux jours. S'il est appréciable que ce tome revienne sur l'histoire de la femme Unity Kinkaid qui a passé toute sa vie à dormir, qui n'a pas véritablement connu l'âge adulte mais qui a été violée dans son sommeil pour donner naissance à une fille (qui ensuite donne naissance à une autre fille appelée Rose Walker qui est le personnage autour duquel l'histoire tourne), je n'ai pas trouvé l'histoire très intéressante, avec beaucoup moins de références (il y a juste la fin de l'histoire qui est sympa).

Par contre, ce qui sauve un peu le tome, ce sont les histoires annexes qui n'ont rien à voir avec ce fil rouge: il y a celle de l'homme qui ne meurt pas mais revoit Sandman tous les 100 ans, mais surtout le prologue qui est magnifique, se passant dans une tribu du désert et relatant une légende autour d'une ancienne reine appelée Nada qui avait eu une aventure avec Sandman. Cette dernière histoire se révèle importante pour la suite car c'est elle qui prépare à l'histoire du tome 4 "La Saison des Brumes".

- Domaine du Rêve: Alors, ce tome 3 est particulier, car il peut se lire de manière complètement indépendante des autres tomes, dans la mesure où il est composé de quatre petites histoires qui n'ont rien à voir avec le fil rouge du récit, mettant en scène Sandman à travers plusieurs identités (genre, le seigneur des chats qui rêvent aussi) et plusieurs espaces-temps (l'histoire avec William Shakespeare), et il y a même une histoire sans Sandman qui met uniquement en scène sa soeur Death. J'ai globalement beaucoup apprécié ces histoires, que ce soit la première avec l'écrivain en perte d'inspiration qui se met à séquestrer la muse Calliope (tout en la violant d'ailleurs) pour devenir un auteur à succès, et on est en pleine référence à la mythologie grecque. Une autre histoire met en scène l'auteur William Shakespeare qui met en scène pour la première fois sa pièce Songe d'Une Nuit d'Eté, pour le compte de Sandman, qui a amené avec lui des spectateurs particuliers: des elfes (la reine Obéron), lutins (Puck), des fées (la reine Titania) et des Sylphes dont est question la pièce justement et qui assistent à leurs propres rôles joués par les acteurs. Une histoire assez originale et très référentielle encore une fois, jouissive pour qui connaît un peu la pièce de Shakespeare.

L'histoire avec le chat est sympa aussi, avec ces chats qui relatent une époque où ils dominaient le monde sur les humains et où ils rêvent de reprendre à nouveau la place de dominants. Enfin, la dernière avec la femme qui n'arrive pas à mourir est assez particulière et triste, mais également touchante sur la fin. Bref, ce tome me fait dire que Sandman, c'est un peu comme pour la série Fables: toutes les histoires "annexes" qui sont en-dehors du fil rouge sont passionnantes et enrichissent l'univers de la série.

- La Saison des Brumes: Alors, c'est le fameux tome 4 dont on m'a pas mal parlé. La préface donne le ton: ce serait à la fois l'un des tomes majeurs de la série Sandman, et peut même carrément servir de tome introductif à la série pour mieux rentrer dedans. Qu'en est-il exactement? Effectivement, ce tome peut faire office d'introduction à la série, même s'il faut savoir qu'il fait vraiment suite aux événements du tome 1 Préludes Nocturnes. Cependant, ce tome 4 explique toujours ce qui s'est passé dans le tome 1 pour comprendre les événements du tome 1, et il résume aussi ce qui s'est passé dans le prologue du tome 2 au sujet de la fille Nada. Déjà, le tome 4 s'ouvre sur la réunion de tous les Eternels: Death, Dream, Destiny, Delirium, Desire, Despair. Alors que dans le tome 1 on ne voit que Dream et Death (à la fin pour elle) et qu'on est un peu largué, ici on découvre vraiment toute la famille des "6D". Le principal enjeu de cette histoire, c'est l'ex-amante Nada de Dream/Sandman que ce dernier avait condamnée et envoyée à l'Enfer pendant 10 000 ans. Au cours de cette réunion déclenchée par Destiny, on fait prendre conscience à Dream qu'il a mal agi, donc il décide de partir en Enfer pour délivrer Nada. Cependant, suite à ce qui s'est passé dans le tome 1 avec le chapitre de l'Enfer, Lucifer (le "porteur de lumière") a juré de se venger contre Dream.

Mais les événements ne vont pas se dérouler comme prévu et vont prendre une tournure complètement inattendue (que je ne vais pas dévoiler pour laisser la surprise). S'ensuit alors une situation assez délirante, bourrée de références religieuses et mythologiques, mais avec un fil narratif toujours clair pour ne pas perdre le lecteur. A noter aussi un chapitre un peu annexe, se passant dans une école, mais qui tient compte des événements qui se sont déroulés en Enfer: un chapitre à la fois glauque mais touchant sur la fin que j'ai bien aimé. Quant à la conclusion, elle est assez particulière et ambigüe, nous faisant voir le Paradis et les Anges sous un oeil pas bien glorieux. Globalement, c'est vraiment un tome excellent qui peut faire office d'introduction à l'univers de Sandman, relatant une histoire avec un début et une fin, un tome qui se lit finalement assez facilement en enchaînant les chapitres.


Voilà mon avis sur les quatre tomes de la série Sandman. Maintenant, il va falloir que je trouve les autres pour les emprunter à la médiathèque!
Avatar de l’utilisateur
Rudolf
 
Messages: 1202
Inscrit le: 10 Avr 2011, 14:16
Localisation: Strasbourg

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar Rudolf » 21 Jan 2014, 23:33

Sandman tome 6: Fables et Réflexions. Ce tome marque une parenthèse dans le fil rouge de la série et se constitue de plusieurs récits indépendant, dont certains auront des incidences sur la suite de la série. Je ne vais pas citer tous les récits qu'il y a, juste parler de ceux qui m'ont le plus marqué. Tout d'abord, le récit Thermidor, qui se passe pendant la Révolution Française en pleine Terreur, où on voit Robespierre entre autre, et où il est question d'une mission confiée par Dream à Lady Johanna Constantine pour récupérer Orphée (ou ce qu'il en reste: sa tête), avec une petite réflexion sympa sur les dictatures et le pouvoir par la force et la terreur. Ensuite, il y a aussi une histoire mettant en scène Auguste, qui décide pour une raison d'abord mystérieuse de vivre une journée par an comme un mendiant à Rome, en étant confronté à ses rêves troublés par le souvenir de son oncle à la fois vénéré et craint: Jules César. Le tome se termine par une histoire dans une ambiance 1001 Nuits, mettant en scène le calife Haroun al Rachid à Bagdad, qui a tout ce qu'il veut au monde mais a l'esprit troublé et décide de s'adresser à Dream pour lui demander quelque chose.

Mais le gros de ce tome, c'est bien l'histoire mettant en scène Orphée, le fils de Dream/Morphée, à travers la célèbre mythologie grecque tragique d'Orphée et d'Euridyce. Une histoire aussi poignante que dans sa mythologie d'origine, superbement dessinée (des planches magnifiques) avec les ajouts de la mythologie de la série Sandman, et surtout des incidences sur la suite de la série. Vraiment une très belle histoire à la base, sublimée dans Sandman. A noter que cette histoire se déroule avant le récit Thermidor qui met aussi en scène Orphée.

Bref, un tome transitoire, des histoires inégales, mais certaines sont vraiment réussies, j'ai bien aimé.

Sandman tome 7: Vies Brèves. Cette fois, on reprend le fil rouge du récit. Il fait un petit peu référence au tome 4 dont j'avais parlé, mais aussi un peu au tome 6 à cause d'Orphée (peut-être aussi au tome 5 que je n'ai pas encore pu emprunter). Ici, l'histoire principale va tourner autour de la recherche d'un des Eternels qui avait décidé de partir en abandonnant sa "fonction": Destruction.

La vedette de l'histoire n'est autre que Delirum, la benjamine des Eternels, qui a décidé de partir à la recherche de Destruction qui lui manque depuis 300 ans. On découvre réellement pour la première fois Delirium, qu'on ne faisait qu'apercevoir dans les autres tomes, et j'avoue que j'ai adoré ce personnage, tout en ambiguïté avec son naturel enfantin, voire infantile, son look "déglingué", qui cache des blessures profondes, s'exprime de manière souvent décousue, mais elle s'avère très attachante au final et on se prend au jeu de sa quête. Après les refus de ses frères et soeurs Desire et Despair pour l'aider dans ses recherches, c'est Dream qui accepte, mais d'abord pour une fausse raison: pour oublier sa dernière rupture l'ayant plongé, lui et son royaume, dans un état de dépression.

Mais cette quête va prendre des proportions incontrôlables, les choses vont un peu échapper à Dream (des anciennes connaissances de Destruction qui meurent mystérieusement quand Dream et Delirium essaie de les rencontrer pour retrouver leur frère disparu), au point que Dream va finalement faire appel aux talents d'oracle de son fils Orphée, déchiré par un vieux serment. La quête pour retrouver Destruction va être l'occasion de comprendre tous les impacts qu'a eus son départ et les blessures sur la famille des Eternels, leur existence liée aux croyances des êtres vivants, mais aussi à s'interroger sur le rôle des Eternels, leur place dans leur univers, et surtout le bienfondé de leurs actions sur les vies humaines.

Le tome finit en remettant Dream sur le devant de la scène, complètement transformée par ses blessures récentes et les derniers événements du récit, prenant finalement une décision vis-à-vis de son fils Orphée, qui aura sûrement d'énormes conséquences sur la suite de la série. Bref, un tome excellent, riche, et déterminant pour la suite de Sandman.

Maintenant, faut que je me trouve le tome 5. En attendant, je peux me concentrer sur les tomes 8, 9 et 10 que j'ai empruntés. Hâte de lire la suite car c'est vraiment passionnant, cette fois je suis vraiment complètement rentré dans cet univers foisonnant après un début difficile il y a quatre ans! :)
Avatar de l’utilisateur
Rudolf
 
Messages: 1202
Inscrit le: 10 Avr 2011, 14:16
Localisation: Strasbourg

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar roger » 02 Fév 2014, 12:00

Je ne sais pas si quelqu'un connaît Suehiro Maruo (certainement), je viens de lire un bref article dessus et a priori ça me donne très envie de lire ce que ça donne :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2 ... _3246.html
Avatar de l’utilisateur
roger
 
Messages: 2101
Inscrit le: 07 Mai 2011, 21:43

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar roger » 17 Fév 2014, 17:15

J'ai lu L'enfer en bouteille, donc, et c'est absolument excellent. Il va falloir que je lise tout ce qu'a fait ce type (Suehiro Maruo, pour ceux qui ne suivent pas), mais ça risque de me revenir un peu cher.
Avatar de l’utilisateur
roger
 
Messages: 2101
Inscrit le: 07 Mai 2011, 21:43

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar meduz' » 21 Avr 2014, 09:57

Je suis pas expert ès BD, mais j'en lis depuis l'été 89 et j'ai la chance d'avoir un ami qui peut me prêter à loisir tout le contenu de la librairie spé BD où il bosse. Ça permet de faire des découvertes (et de dépenser plus de sous que prévu).

Il était une fois en France (6 tomes, série terminée, ~2012) : l’histoire (inspirée de faits réels) d’un Juif de France avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Le gars bosse dans l'aciérie, son entreprise croît, il est tiraillé entre se faire du blé en collaborant avec les Schleus qui ont grand besoin de métal, et organiser la résistance. Sauver sa peau ou la risquer pour sauver celle des autres.

Mon avis : t’as raté ta vie de lecteur BD si tu passes à côté de cette série (et du Joe Bar Team, mais j'espère que vous connaissez déjà) . La narration et le scénario sont juste époustouflants de qualité. En plus, un coffret regroupe les six tomes (needàfond, les gars :cry:)

Image

Le Soufflevent (1 tome, nouvelle série, 2014) : je vous recommande vivement de parcourir le site et d’en lire les dix premières pages. Comme j'ai une mémoire un peu foireuse et que je l'ai lu à la sortie, j'ai oublié le gros de la chose, mais je sais que cette BD m'a offert du voyage et une grande sensation de liberté (et bordel, ça fait du bien), et m'a donné envie de savoir quand arrivait le deuxième. J'ai posé la question au dessinateur sur Twitter, sans réponse.

Image

Une prochaine fois, je vous parlerai probablement de Les Naufragés d’Ythaq, de Samurai, de Kogaratsu, d’Okko ou d’autres machins dont je me serai souvenu entre temps.
meduz'
 
Messages: 104
Inscrit le: 29 Déc 2012, 20:21
Localisation: Un peu trop au nord.

Re: Coincer la bulle (la BD)

Messagepar antoine » 22 Avr 2014, 08:23

flodec a écrit:J'ai été jusqu'au tome 12 environ, j'attends qu'ils rattrapent la réédition pour pouvoir continuer.
(Ouais, en fait ça a changé d'éditeur en cours de route et ils ont direct pris la suite, et moi il me manque les tomes intermédiaires. Ils en ressortent deux anciens pour un nouveau, donc j'dois attendre le 13 à peu près).

C'est super, mais les tomes sont vachement inégaux. Il y a des trucs géniaux et des chapitres entiers qui sont pas top, et parfois même pas très jolis... Je me souviens d'un tome entier absolument inutile, mais je crois que c'était un spécial Noël. Mais vu le dernier tome que j'ai lu, j'imagine bien que la suite doit être à la hauteur de mes espérances :). Et je confirme ce que t'écris sinon, d'ailleurs c'est également un bon passage aux comics, c'est par celui-ci que ma copine avait commencé et ça lui a permis d'apprécier des univers vers lesquels elle avait pas forcément envie d'aller avant.


J'ai lu tous les tomes de Fable sortis en France et même si je trouve ça globalement intéressant, j'ai quand même du mal à trouver ça exceptionnel
Mais surtout, j'ai quand même le sentiment d'avoir affaire à un comics exigeant-mais-pas-trop (un peu comme ce qu'on appelle l'indiewood dans le cinoche) avec des histoires qui finissent par se rapprocher du classique postulat heroic fantasy/bagarre/gros magiciens et des dialogues pas toujours très inspirés (mais j'ai souvent du mal avec les dialogues de BD, un art difficile à maitriser sans doute).
Je me demandais d'ailleurs si Fable était pas une récente incarnation d'un sous sous genre de comics apparus à la fin des années 80 avec Sandman (mais sans doute y a t il eu des antécédents) qui remplacent les types aux super pouvoirs par des personnages issus des mythologies/contes/allégories, comme Hellboy a aussi pu le faire.
D'ailleurs je conseille mille fois Sandman, bien mieux écrit que Fable et nettement plus intelligent, Hellboy c'est sympa et certaines histoires sont plutôt plaisantes mais ça reste très pan pan paf paf. Après, faut pouvoir passer outre les dessins parfois un peu vieillot de Sandman.
Avatar de l’utilisateur
antoine
 
Messages: 28
Inscrit le: 23 Aoû 2013, 12:50
Localisation: Clermont ferrand

PrécédentSuivant

Retour vers Le bistro

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité