Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Ca rend idiot mais c'est pas grave on l'est déjà.

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 12 Avr 2019, 23:33

Une question sur le NG+ : est ce que tous les items uniques qu'on a déjà récupérés (type perles) sont déjà dans notre inventaire où est-ce qu'il faut les récupérer ?
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 13 Avr 2019, 09:38

Les perles et colliers restent, et celles que tu as déjà récupérées sont remplacées par du fric en général. Ce qui explique qu'il y a un cap de vitalité/posture une fois que tu as récupéré les 10 colliers. Pour l'attaque c'est différent, les boss du NG+ continuent à donner des mémoires pour améliorer la puissance d'attaque et tu peux grinder avec les points de compétences.

Pour le reste, tu gardes tous les objets spéciaux type gourdes ou masque de dragon, les prothèses, les consommables mais tu perds les objets de quêtes et certains trucs liés au scénario. Un exemple : la technique utilisant la lame de la mort, celle qui permet de plonger.. C'est parfois un peu dommage d'ailleurs.
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1855
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Vinz » 13 Avr 2019, 09:53

Image

Alleluia.

Effectivement, une fois que tu as compris que son espèce de petit dérapage sur le crâne offre une énorme fenêtre pour le pilonner, c'est (un peu) plus facile.

Maintenant que je l'ai passé, je peux quand même râler sur la caméra aux fraises et le lock qui se barre dès que tu rases les murs sans passer pour un mauvais perdant. :mrgreen:

Petit bémol, en voulant faire une vidéo de cette éclatante victoire et la poster sur Facebook, je n'ai pas réalisé que je ne m'étais pas mis en pause le jeu continuait pendant l'opération et que ces gros sadiques de From Software te balancent 2-3 gardes juste après le boss, qui m'ont du coup buté, et fait perdre une bonne partie des XP durement gagnés :|

La vanité me perdra.
Avatar de l’utilisateur
Vinz
Site Admin
 
Messages: 2139
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:38

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 13 Avr 2019, 10:27

cKei a écrit:Les perles et colliers restent, et celles que tu as déjà récupérées sont remplacées par du fric en général. Ce qui explique qu'il y a un cap de vitalité/posture une fois que tu as récupéré les 10 colliers. Pour l'attaque c'est différent, les boss du NG+ continuent à donner des mémoires pour améliorer la puissance d'attaque et tu peux grinder avec les points de compétences.

Pour le reste, tu gardes tous les objets spéciaux type gourdes ou masque de dragon, les prothèses, les consommables mais tu perds les objets de quêtes et certains trucs liés au scénario. Un exemple : la technique utilisant la lame de la mort, celle qui permet de plonger.. C'est parfois un peu dommage d'ailleurs.


Merci. Entre temps, j'ai lancé un NG+ et c'est bien cool. :)
Gros plaisir que de me balader sur des niveaux que j'avais faits à pas de loup la première fois. Jai dû mettre une heure à aller jusqu'à Oniwa Gyoubu et le battre, sans jamais mourir. On a parlé des vertus d'apprentissage des jeux FS, mais on a peut-être pas dit que le mode easy existe déjà : c'est le NG+. En fait leurs jeux commencent en extrême, se prolongent en hard avant de passer en normal puis de finir en easy. C'est finalement beaucoup pour ça qu'on y joue.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 14 Avr 2019, 12:41

Je crois que je galère plus sur ce boss en NG+ qu'en NG... :?

Il n'est pas spécialement difficile à lire mais il a énormément de paramètres qui le rendent chaud, notamment d'énormes dégâts de posture et assez peu de temps morts.

Et si en plus la malchance me vise au moment où je combats super bien ben ça donne ce genre de trucs :mrgreen: :

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Remarquez comme ma lame passe à 5cm de son corps parce que le guidage a décidé de me troller alors que les ennemis sont en auto-homing :x J'en ris mais sur le moment ça m'a dégouté, le boss aurait dû mourir et au lieu de ça ça m'a déconcentré et j'ai fait n'importe quoi. Perdre son calme c'est vraiment la grosse variable de la difficulté dans Sekiro.
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1855
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Vinz » 16 Avr 2019, 15:35

Je ne sais pas où en est Martin qui a l'air d'avancer à un rythme assez proche du mien mais de mon côté, depuis mon dernier post, j'ai peu progressé.

J'ai terrassé le sumo bourré après avoir occis ses sbires. Je me suis fait aidé par le vieux samourai qui trainait dans le coin pour la dernière "boule" de la barre de vie du gros ivrogne, et je ne vais pas mentir, ça m'a été bien utile.
Comme j'ai découvert trop tôt le raccourci qui mène au château en feu je me suis retrouvé comme un idiot devant la porte de Lady Papillon de lumière, et il a fallu que je backtrack jusqu'au chemin prévu par le jeu pour récupérer la clef.

Bon, c'est de ma faute, ça m'apprendra à essayer de trouver des chemins de traverse. En me baladant dans Hirata j'ai trouvé une sorte de samourai bien relou qui m'a bien démonté. J'ai vu qu'il y avait un bidule à ouvrir juste à côté donc il faudra que j'y revienne plus tard.

Du côté d'Ashina j'ai bien pu me balader, découvrir un autre checkpoint, me battre contre des ninjas fous sur les toits et repérer un général en haut des escaliers... Je me suis arrêté là en ce qui concerne le niveau post-taureau.

Ce qui nous mène à... Lady Papillon. Pas de gros souci en ce qui concerne la première forme, une fois qu'on a pigé la rythmique, qu'on pense aux shurikens, et qu'on se mélange pas trop les pinceaux entre saut et esquive pour éviter ses plus grosses attaques.

Je me suis vite douté que le jeu n'allait pas me faire un cadeau pareil, évidemment la mamie ressuscite, et si ses patterns changent peu, il y a de nouveaux éléments (ouate mille fantômes, des papillons lumineux) qui viennent t'empêcher de lui bouffer sa barre de posture trop facilement.
Pour le moment je bloque sur cette deuxième forme et l'envie de continuer s'amenuise, d'autant que les ressources pour la battre plus facilement (shurikens, graines de bouterolle) diminuent très très rapidement. Je ne sais pas si j'ai envie de jouer à un jeu avec un tel système de progression à base de murs infranchissables placés les uns derrière les autres. Sûr, ça change des FS précédents, mais je ne suis pas sûr qu'on y gagne en terme d'équilibre...

Comme le jeu repose en très grande partie sur l'infiltration, l'apprentissage du système de combat ne se fait quasiment qu'avec les boss et mid-boss qui te pètent ta barre de vie à 90% à la moindre erreur. D'un point de vue conceptuel, c'est velu quand même. Le seul point positif c'est que jusqu'à présent les checkpoints sont placés assez proches des arènes de boss. Et qu'on peut assez facilement rusher sans se faire voir quand la distance est un peu plus importante. Mais n'étant pas fan des jeux basés sur des enfilades de boss, je ne suis pas très certain d'avoir la patience nécessaire pour en venir à bout :|
Avatar de l’utilisateur
Vinz
Site Admin
 
Messages: 2139
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:38

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 16 Avr 2019, 23:16

Mais n'étant pas fan des jeux basés sur des enfilades de boss

Je vois pas mal ce terme de boss-rush mais comme j'en discutais sur un autre forum j'ai pas du tout eu cette sensation. Déjà rien n'oblige à te faire tous les mid-boss au moment où tu les rencontres (j'ai fait le tireur de la vallée engloutie très tard alors que j'avais butté sur lui très tôt dans le jeu), et surtout il y a une grosse différence entre les vrais boss (duels) et les mini-boss (puzzle-game). Si c'est un aspect du jeu qui te rebute, rien ne t'oblige à l'aborder comme ça, en fait c'est très ouvert et j'ai pas du tout eu la même expérience. :)

Pour le moment je bloque sur cette deuxième forme et l'envie de continuer s'amenuise, d'autant que les ressources pour la battre plus facilement (shurikens, graines de bouterolle) s'amenuisent très très rapidement.

J'ai pas mal parlé de jeu de rythme, je sais pas si c'est une vision qui ira à tout le monde mais je vais continuer sur cette métaphore : je vois vraiment les boss comme des morceaux à répéter. Quand tu joues d'un instrument tu ne vas pas apprendre une partition d'un coup, tu fais le début, quand tu buttes un peu sur une mesure tu vas travailler spécifiquement cet enchainement de notes pour pouvoir les sortir tranquilles au milieu du reste et tu continues jusqu'à arriver à la fin sans lâcher de canard.

Ben Sekiro c'est pareil, perso je suis incapable de passer un boss du premier coup ni même du deuxième mais je vais bosser les patterns. J'y vais tranquille, sans utiliser d'items, c'est pas grave si je meurs (je farme un peu pour sécuriser l'xp au point de compétence supérieur). J'essaye d'identifier les schémas d'attaques, les timings de blocage, puis comment gérer chacun d'eux. Je tente même pas de les tuer, juste voir comment ils réagissent, une sorte de répétition générale avant le concert, et j'ai souvent été surpris de voir qu'après 4-5 essais j’étais en mesure de les tuer alors que je ne venais pas pour ça au départ. (pour les 2/3 du jeu tout du moins.)

C'est d'autant plus utile que les boss de fin de jeu sont clairement ultra balaises, tu vas pas y aller au feeling mais arrivé là tu sais comment gérer et composer avec ton propre défaitisme, mais en agissant comme ça tu ne te mets pas la pression. Après je reconnais que chacun a sa façon de réagir et sa limite nerveuse, mais pour moi ça marche bien. Typiquement les graines de bouterolle pour le papillon c'est cool mais t'as pas besoin de ça pour apprendre comment la gérer, et je ne crois pas qu'elle ait tant de différence que ça entre la première et la seconde phase, donc essaye de la combattre un peu sans (les illusions s'estompent après un moment et c'est facile de fuir) et tu verras qu'à un moment tu feras la première phase tranquille et que la seconde le sera tout autant en utilisant l'objet au moment opportun. ;)
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1855
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 17 Avr 2019, 22:20

J'y vais tranquille, sans utiliser d'items, c'est pas grave si je meurs (je farme un peu pour sécuriser l'xp au point de compétence supérieur). J'essaye d'identifier les schémas d'attaques, les timings de blocage, puis comment gérer chacun d'eux. Je tente même pas de les tuer, juste voir comment ils réagissent, une sorte de répétition générale avant le concert, et j'ai souvent été surpris de voir qu'après 4-5 essais j’étais en mesure de les tuer alors que je ne venais pas pour ça au départ.


D'ailleurs le boss de ce soir me permet d'illustrer ce concept (léger spoiler si tu es sensible à tout découvrir par toi même) :




C'est un boss avec un style de combat frontal et vraiment violent, surtout en NG+. Au premier essai je me suis fait démonter parce que ses attaques ne sont pas simples à voir, encore moins à éviter si tu ne sais pas comment faire. Du coup j'ai appris et après 4-5 essai je suis passé en 2ème phase hier soir. Ca reste à peu près la même chose mais avec une attaque en plus, très impressionnante. Elle illustre parfaitement le paradoxe du jeu : souvent tu meurs parce que les attaques sont "effrayantes", parce que tu ne les comprends pas et du coup tu paniques et tu fais n'importe quoi. Alors qu'en fait en général c'est ce moment le plus important pour blesser les boss. Là, il suffisait de comprendre qu'en sautant par dessus et en effectuant un mikiri au bon moment tu peux punir le boss, et une fois compris c'est acté, tu ne te fais presque plus avoir. C'est ce qui me fait passer en quelques minutes de "je me fais pourrir en boucle" (5:20) à "il ne me touche plus" (7:00) puis à "chaque attaque est une opportunité de dégats" (7:36).

Bon ça n'empêche pas les ratés ensuite vu la longueur du combat pendant laquelle maintenir ton attention (en NG ce serait plus court, t'en fais pas) mais perso j'en ressors non seulement très content de moi (hashtag élitisme) mais surtout avec une meilleure compréhension du jeu et de ce qu'il veut faire émerger chez le joueur. :)
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1855
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Vinz » 18 Avr 2019, 14:40

Nope.

Ça fait presque une semaine passée sur le même boss, et à vue de nez je dois cumuler plusieurs dizaines de tentatives... Certaines foirées à cause de la caméra baladeuse, le verrouillage qui te lâche en pleine bourrinade, et le bouton de garde qui un coup y marche, un coup y marche plus. Mais je vais pas me chercher d'excuses à la noix, y a un moment, c'est juste que je ne suis pas assez bon face au challenge imposé par les dév', et il faut bien finir par s'avouer vaincu... D'autant que nerveusement je suis arrivé à mes limites :mrgreen:

Ça m'attriste, déjà parce que j'aime beaucoup le jeu. Comme les autres FS il y a quelque chose d'incroyablement infectieux pour un jeu aussi radicalement opposé à ton épanouissement personnel (jamais je n'aurai donné autant de chances à un autre jeu aussi difficile)... J'ai même fini par apprécier le système de combat, c'est dire. Mais là je suis face à un mur en béton armé, et bon... ce n'est QUE le deuxième vrai boss du jeu.

Fuck you Lady Papillon. En plus je suis sûr que c'est une vieille bourgeoise de droite.
Avatar de l’utilisateur
Vinz
Site Admin
 
Messages: 2139
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:38

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 18 Avr 2019, 16:45

Mais encore une fois pourquoi te faire chier sur un boss optionnel alors que tu pourrais aller explorer le monde pour apprendre à jouer et y revenir plus tard ? Je comprends vraiment pas. :?

Lady Papillon quand je suis arrové devant elle m'a rendu mon cul en main propre (VF de "my ass handed to me") ben j'ai pas insisté 107 ans parce que j'ai compris que j'avais pas compris le système de combat. Donc je suis allé faire autre chose, j'ai suivi tous les chemins qui partent du château, je suis tombé sur des boss/mini-boss très pédagogiques et j'y suis revenu une dizaine d'heures après avec plein de gourdes et de la vitalité en plus. Ce dont je parlais au dessus c'est bien quand tu comprends comment réagir mais moi à ce moment là j'avais juste aucune idée de comment ce jeu se joue, j'étais encore en mode Souls.
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1855
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Vinz » 18 Avr 2019, 18:06

cKei a écrit:Mais encore une fois pourquoi te faire chier sur un boss optionnel alors que tu pourrais aller explorer le monde pour apprendre à jouer et y revenir plus tard ? Je comprends vraiment pas. :?


Biiiin, disons que j'ai atteint un tel niveau de maîtrise sur la première forme (j'arrive à la passer sans perdre de vie 75% du temps) que je crains de perdre mes acquis en abandonnant temporairement ce boss fight. Je pense que j'ai dépassé un point de non retour à force de m'acharner dessus.

Je n'ai pas l'impression qu'une gourde en plus ou en moins soit vraiment le problème mais je peux toujours chercher une compétence qui puisse m'aider.

Les échecs répétés ont aussi pas mal érodé ma motivation pour le jeu dans sa globalité.

Je ne sais pas trop, je vais essayer de ne pas trop zurifier ce topic en mode maniaco-dépressif, peut-être que j'aurais retrouvé l'envie de me balader si je laisse le jeu reposer.
Avatar de l’utilisateur
Vinz
Site Admin
 
Messages: 2139
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:38

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Martin » 18 Avr 2019, 18:37

J'ai finalement battu le taureau sans trop galérer une fois que j'ai compris qu'il fallait courir. La mamie m'a tatanné, mais je n'ai pas vraiment insisté. J'avoue que je suis moyen fan de la structure du jeu, trop centrée sur les boss... Ok certains sont facultatifs, mais pas évident de savoir lesquels. Je dois dire que si j'aime bien quand je joue, je suis moyen pressé de m'y remettre, peut-être parce que j'ai pas trop le temps / l'énergie de m'y consacrer. Mais disons que ça m'inspire moins que les Souls, l'ambiance ne me prend pas forcément autant, j'apprécie le renouveau du côté ninja mais tout de même c'est très boss rush, et il n'y a pas de raison de refaire les niveaux une fois qu'on les a vidés, du coup on n'apprend pas vraiment à les connaître petit à petit.

Je pense que c'est un très bon jeu, peut-être pas au niveau de Demon's / Dark, mais un jeu pas trop pour moi. Enfin on verra, la deuxième semaine des vacances j'aurai le temps de m'y consacrer.
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12893
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Zure » 18 Avr 2019, 19:12

Vinz a écrit:Je ne sais pas trop, je vais essayer de ne pas trop zurifier ce topic en mode maniaco-dépressif, peut-être que j'aurais retrouvé l'envie de me balader si je laisse le jeu reposer.


:lol:

Je l'ai un peu tâté Sekiro du coup sur Xbox. Bon j'y ai pas joué super longtemps mais ça m'a quand même gonflé. Je sais pas pourquoi j'étais parti du principe que c'était un truc à la Tenchu, il faut dire que j'avais pas lu grand-chose sur le jeu et en fait ça a zéro rapport avec Tenchu. :lol: si ce n'est un vague (mais super vague) contexte.

C'est quand même pas du tout ma came ce genre de jeu super orientés combat technique chiant et en fait dans le genre marave je préfère les trucs pépères à la Darksiders qui est en plus plus immersif dans le sens où tu peux plus te balader, chercher des trucs, etc. Je crois que j'ai vécu une grande rupture avec le JV japonais et désormais les seuls jeux nippons auxquels j'accroche c'est Resident Evil/Final Fantasy/Kingdom Hearts soit des séries auxquelles je suis sentimentalement hyper attaché mais Sekiro je sens bien que si j'insiste, je vais rentrer en mode rage assez rapidement.

J'ai vraiment du mal à percuter l'approche de From et surtout à comprendre pourquoi j'y suis à ce point hermétique. Ce n'est pas la difficulté exactement, c'est le côté restrictif et chiant de cette difficulté. Il y a d'autres jeux que je considère difficiles dans le sens où tu peux te faire défoncer en 2-2 super rapidement genre Halo en Légendaire, ça peut aller super vite. Mass Effect en Insanity aussi et pas mal d'autres mais ces jeux là sont moins restrictifs dans leur manière de gérer cette difficulté et puis je sais pas les jeux From ont cette surcouche RPG selon laquelle tu te dis que tu vas devenir un mastard à un moment du jeu qui n'arrive jamais, je trouve ça aussi super déstabilisant et je crois que c'est ça qui me gave. Dans ME en Insanity ou n'importe quel RPG en réalité, tu sais que tu vas en chier jusqu'à un certain seuil genre généralement les 15 premiers level mais qu'après ça va aller de mieux en mieux t'as une espèce de récompense parce que t'as farmé, t'as tout bien fait. Bon j'ai pas assez joué à Sekiro mais dans leurs autres jeux, j'ai jamais ressenti cette puissance à un moment du jeu et j'ai pas l'impression que ça soit le cas ici.
Avatar de l’utilisateur
Zure
 
Messages: 11812
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 16:14

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Martin » 18 Avr 2019, 19:34

Alors dans Sekiro tu gagnes moins de puissance que dans les Soulsborne en fait. Pour le coup même si tu peux varier les approches, tu dois beaucoup plus te plier au style du jeu, sans toujours pouvoir te trouver l'arme / la strat qui te va bien.
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12893
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 19 Avr 2019, 02:13

Je pense qu'il faut pas s'entêter sur un boss, même quand on maîtrise sa première forme. Y revenir plus tard, c'est souvent se rendre compte qu'on a fait un bond énorme. Alors, c'est vrai que le jeu est moins RPG que d'habitude, mais il y a quand même pas mal de petites choses (et une progression nettes des stats du perso) qui rendent les choses beaucoup plus faciles au fur et à mesure de la progression.

J'ai un tout petit peu continué le NG+. C'est vraiment tranquille, pour l'instant je ne suis mort qu'une fois... sur le taureau. :lol: Mais en fin de compte, ça m'ennuie pas mal. Je suis pas fou des NG+ des jeux From. Même s'il y a la satisfaction de rouler sur le jeu tout en affinant sa pratique, c'est surtout la sensation de découverte que j'apprécie dans ces jeux. Une fois qu'il n'y a plus rien à trouver, qu'on connaît les niveaux, ça m'amuse beaucoup moins. Je trouve dommage d'ailleurs qu'ils aient pas réservé une zone supplémentaire au NG+ (par exemple en permettant de tuer le Serpent avant qu'il ne détruise le pont). Cela dit, je prends ce second run comme un défouloir auquel je peux jouer sans pression une heure ou deux le soir après le boulot quand je suis vanné. Tout le contraire du premier run, donc... Mais je sais pas si j'irai au bout.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Vinz » 19 Avr 2019, 10:00

Martin a écrit:Alors dans Sekiro tu gagnes moins de puissance que dans les Soulsborne en fait. Pour le coup même si tu peux varier les approches, tu dois beaucoup plus te plier au style du jeu, sans toujours pouvoir te trouver l'arme / la strat qui te va bien.


On peut au moins porter ça au crédit de Sekiro : on ne te donne pas de faux espoirs concernant la possibilité de devenir beaucoup plus puissant. C'est vraiment la formule Soulborne rongée jusqu'à l'os, sans le gras qui permet de garder un peu d'espoir même quand tu bloques. Ce qui le rend peut-être encore plus fascinant, mais aussi beaucoup plus radical je trouve.

https://www.escapistmagazine.com/v2/2019/04/04/review-sekiro-shadows-die-twice/

Cet article résume bien mon ressenti et mon expérience sur le jeu. Ce n'est pas le seul, il y en a pas mal de ce genre dans la presse spé, et c'est assez marrant de voir que le point de rupture se situe quasi systématiquement au niveau de Lady Papillon. Même si ça n'est pas toujours dit clairement, mais c'est toujours assez facile à deviner.

Je crois que le refus d'abandonner un combat contre un boss après de très nombreuses tentatives infructueuses est aussi lié à la Peste du Dragon. Je sais qu'il ne faut pas forcément trop se soucier des conséquences de la maladie, mais ça reste un poids difficile à porter. L'idée qu'on est mort des dizaines de fois, pour rien, pour finalement remettre le combat à plus tard, c'est compliqué :mrgreen: Surtout que les gouttes du sang du dragon sont limitées et que tu peux te planter en les utilisant directement dans ton inventaire, ce qui ne sert à rien mais te fait quand même perdre l'objet... :|

Ce qui fait la force des jeux FS c'est leur côté obsédant qui te trotte dans la tête même quand tu ne joues plus au jeu, même quand tu as perdu tout espoir de progresser. Je pense que l'envie d'abandonner tient aussi à ça : pouvoir enfin faire le deuil d'un excellent jeu qui te crache à la gueule, d'une partie de ta fierté de joueur, et permettre à ton cerveau de ne plus focaliser là-dessus :mrgreen:

Bref, j'ai laissé la vieille dans sa cave et j'explore les alentours de la statue post-taureau en cercles concentriques. Je suis tombé sur un niveau super flippant avec des zombies et des araignées. Pas fan des niveaux où on ne voit rien (la torche de BB me manque) et j'ai cru voir une énorme lumière violette en contrebas qui ne m'a pas donné envie de continuer. J'ai buté le général de l'escalier. Assez fier du début du combat (stealth-kill + dégommage efficace des tireurs autour) mais sur la seconde partie, je me suis contenté de tourner autour en courant et en l'attaquant à chaque fois qu'il portait un gros coup. Pas très élégant, mais on en est plus à essayer d'être virtuose.

Un peu plus loin j'ai trouvé une espèce de bassin, avec un petit passage souterrain qui semblait ne mener nulle part.

J'ai aussi trouvé un autre outil de prothèse, et un midboss planqué dans une tour sur un bord de falaise mais j'ai fui lâchement avant même d'avoir pu savoir à quoi il ressemblait.
Avatar de l’utilisateur
Vinz
Site Admin
 
Messages: 2139
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:38

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 19 Avr 2019, 10:44

Poisan a écrit:Je trouve dommage d'ailleurs qu'ils aient pas réservé une zone supplémentaire au NG+ (par exemple en permettant de tuer le Serpent avant qu'il ne détruise le pont). Cela dit, je prends ce second run comme un défouloir auquel je peux jouer sans pression une heure ou deux le soir après le boulot quand je suis vanné. Tout le contraire du premier run, donc... Mais je sais pas si j'irai au bout.


En fait passer le pont c'est possible, c'est même un prérequis pour une des fins. Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher
Dans le NG je l'avais fait et j'avais glissé en allant contempler le pont détruit, et impossible de remonter ensuite. Par contre y'a rien derrière, juste quelques objets. :( C'est d'ailleurs très con en terme d'univers d'avoir un énorme pont qui ne mène sur rien.

Je crois que le refus d'abandonner un combat contre un boss après de très nombreuses tentatives infructueuses est aussi lié à la Peste du Dragon.


L'un des trucs les moins bien foutus du jeu, qui n'est là que pour surfer sur le gimmick des Souls. Autant la perte d'âmes dans les précédents était pédagogique - elle t'obligeait à revenir à l'endroit de ta mort sans mourir - autant ici c'est naze vu que c'est de la RNG pure et qu'il y a moyen de stocker les points de compétence à peu de frais. Il n'y a ni la tension ni l'apprentissage dans le système. Et du coup la peste du dragon c'est un gimmick moisi qui fait passer de 30% (trop peu pour être exploitable) à 15 puis qques pourcents la chance de garder tes possessions. Dans le jeu l'évolution du fléau c'est sous-exploité et ça n'a quasi aucune conséquence, tu trouves des gouttes de dragon partout et tu peux les acheter pas cher. Donc en fait il n'y a aucune rationalité à refuser de mourir contre un boss à cause de la maladie ;)

c'est assez marrant de voir que le point de rupture se situe quasi systématiquement au niveau de Lady Papillon.

J'en reviens à mon constat que le jeu s'explique très mal par lui-même parce que les éléments de game design (surtout les boss) qui devraient y parvenir sont situés dans des environnements semi-ouverts qu'on visite dans des ordres et temporalités différentes.

Typiquement quand le mec de ta review dit "throwing myself at an octogenarian ninja witch waiting in a basement that is perpetually on fire over and over for hours just so I can progress a little farther into the game is not my definition of a good time." alors que tout ce qu'elle apporte c'est du lore, j'en déduis que le mec n'a pas fait son taf ou qu'il prend des libertés avec la réalité du jeu juste pour faire une phrase cool. Lady Papillon c'est un boss optionnel dans une zone qui n'en a pas l'air puisqu'elle est calibrée pour le début de jeu et te file 3 outils prosthétiques importants. Pourtant c'est vraiment pas le boss le plus lisible.
A l'inverse si le jeu t'obligeait à passer par Gyoubu - qui t'apprend à utiliser la garde en permanence - puis le mec en armure - où tu comprends qu'attaquer ne sert à rien mais que c'est la déviation qui prime - avant d'aller faire Genichiro, ben tu comprendrais le système de combat naturellement et sans trop souffrir. Ca m'aurait évité de pester 15h. Sekiro c'est un jeu qui te mets sans cesse des murs bloquants mais qui te mets aussi plein d'objectifs à plus court terme (genre les mini-boss) et plein de chemins de traverse pour si tu veux continuer à avance sans rester bloqué ; sauf qu'il faut un minimum jouer le jeu et s'impliquer au lieu de penser que le jeu est juste mal foutu ou te veut du mal.

Avant-hier j'ai lu un article qui présentait Genichiro comme "l'un des boss les plus durs du jeu". Alors, juste, non. C'est l'un des plus faciles parce qu'il est lisible, les timings pour le parer sont clairs et larges, et comme il utilise tout l'arsenal déployé par le jeu ça veut dire que si tu le bats tu auras à peu près tout assimilé.

Il n'a l'air dur que parce qu'il est situé dans la partie du niveau dans laquelle tu arrives avec la progression naturelle mais sans disposer de soins conséquents ni sans avoir les pré-requis. Alors qu'en fait quand tu le refais en NG+ tu te fais limite plus toucher tellement il est simple à piger.
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1855
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Vinz » 19 Avr 2019, 11:15

cKei a écrit:Typiquement quand le mec de ta review dit "throwing myself at an octogenarian ninja witch waiting in a basement that is perpetually on fire over and over for hours just so I can progress a little farther into the game is not my definition of a good time." alors que tout ce qu'elle apporte c'est du lore, j'en déduis que le mec n'a pas fait son taf ou qu'il prend des libertés avec la réalité du jeu juste pour faire une phrase cool.


Pour sa défense, et comme tu le dis toi-même, rien ne présente ce boss comme optionnel (peut-être une fois qu'on l'a battu, mais encore faut-il y arriver :mrgreen: ). Peut-être qu'en tant que journaliste il aurait du se renseigner en farfouillant sur le web, mais il y a un tel bond de difficulté entre le sumo alcoolo et Lady Papillon que le message qui t'est envoyé c'est un peu "si tu n'arrives pas à passer ce boss, le deuxième (ou troisième) que tu croises au fil de ta progression, n'espère même pas pouvoir continuer". C'est aussi la limite de vouloir tout maintenir dans une obscurité relative. En tous cas, c'est une erreur qu'on est nombreux à commettre ^^,

Après, je ne défends pas spécifiquement sa review, c'est juste que je l'ai trouvé assez proche de ce qu'ai vécu jusqu'ici sur ce jeu.
Avatar de l’utilisateur
Vinz
Site Admin
 
Messages: 2139
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:38

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 19 Avr 2019, 11:37

Non mais il dit des choses très justes sur le jeu et j'ai beaucoup aimé sa conclusion, assez proche de la mienne sur le drama des derniers jours..
But I also can’t indict the game for being something it isn’t. I may loathe playing Sekiro: Shadows Die Twice, but I also have to acknowledge that it’s wholly committed to its artistic vision and executes it with astonishing care.


Simplement, bon, "tester" un jeu pour une publication ça ne se limite pas à faire trois heures et ragequit quand un truc te bloque. Faut peut-être se poser des questions sur l'intention (réussie ou non) des créateurs, voir si l'on a pas loupé un truc, si le jeu est si punitif que ça, aller titiller les frontières de ce qu'il propose. J'ai dû tester quelques jeux qui me gonflaient (par exemple, ça se voit sur le début du texte :mrgreen: ), ça m'a pas empêché d'essayer de les présenter tels qu'ils sont.

Et autant il a l'air d'avoir compris certains trucs, autant il n'a apparemment pas cherché les limites du jeu. Dire que Sekiro est punitif à l'extrème et t'empêche d'avancer, c'est autre chose que d'expliquer en quoi la construction de l'aventure empêche d'en tirer le meilleur immédiatement. Ce n'est plus une critique ou un test mais une opinion basée sur un fait incomplet. C'est ce que je trouve dommage parce que ça le présente sous un faux jour, et encore une fois une apparence qui va décourager les gens avant qu'ils ne s'y essayent. Je le redis, la "communauté des joueurs" de Soulsbornes a et a eu tendance à exagérer sa com par de la mémétique humoristique qui a dérapé ou par élitisme mais c'est dommage que la presse ne relève pas le niveau.
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1855
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Vinz » 19 Avr 2019, 12:47

cKei a écrit:Simplement, bon, "tester" un jeu pour une publication ça ne se limite pas à faire trois heures et ragequit quand un truc te bloque.


Je ne sais pas si l'article a déjà été mentionné ici, mais le papier de Corentin Lamy dans Le Monde (https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/03/26/jeux-video-sekiro-le-plaisir-dans-la-souffrance_5441523_4408996.html) montre bien à quel point c'est compliqué pour un journaliste JV de tester ce genre de jeu. Pour avoir eu accès plusieurs fois à des saves de testeurs de presse pro sur certains jeux, je peux comprendre que ça ne cadre pas forcément avec la contrainte de délivrer un avis construit dans un laps de temps forcément réduit.
Avatar de l’utilisateur
Vinz
Site Admin
 
Messages: 2139
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:38

PrécédentSuivant

Retour vers Jeux vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités