Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Ca rend idiot mais c'est pas grave on l'est déjà.

Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 22 Mar 2019, 11:07

Image

Voilà, le petit dernier jeu "hardcore" de FROMSOFT est sorti hier et nous serons surement plusieurs à nous y lancer, dans la droite ligne des Souls, Bloodborne et autres Nioh.

Donc si vous voulez voir Zure rager et abandonner puis reprendre 28 fois un jeu puis vendre sa PS4 de rage c'est ici qu'il faut être.

Pour ma part j'ai évité au maximum de lire quoi que ce soit sur Sekiro depuis son annonce, je sais juste que c'est Dark Souls meets Tenchu, un personnage avec un bras prosthétique dans un univers typé Japon féodal, qu'on va mourir en boucle mais que ça fait partie du jeu. Ca m'a l'air moins "RPG" que les précédentes séries par contre, à voir comment ça donne en jeu.

Bon je dois recevoir le jeu ce soir ou demain, j'ai hâte. :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1863
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poppy » 22 Mar 2019, 12:07

Il a l'air bien. Mieux que ça même. J'y jouerai, c'est sûr, quand il sera correctement patché (et à moins de 20€, mais c'est accessoire). En attendant je me régale toujours sur Bloodborne. Je devrais donc normalement revenir ici pour voir les avis d'ici quelques mois, voire d'ici quelques années... :lol:

Amusez-vous bien !
Avatar de l’utilisateur
Poppy
 
Messages: 4835
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 17:30

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 22 Mar 2019, 14:19

J'ai dû y jouer 4-5 heures pour l'instant.
Totale maîtrise. Je suis pas loin de l'avoir platiné, cela va sans dire.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 22 Mar 2019, 14:56

Seems legit :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1863
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Zure » 22 Mar 2019, 15:37

cKei a écrit:Donc si vous voulez voir Zure rager et abandonner puis reprendre 28 fois un jeu puis vendre sa PS4 de rage c'est ici qu'il faut être.


:lol:

ça a un feeling Tenchu alors ou pas ?
Avatar de l’utilisateur
Zure
 
Messages: 11812
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 16:14

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 23 Mar 2019, 01:42

Alors figure-toi que je n'ai pas joué à Tenchu, même si je vois très bien ce que c'est. Dans mon esprit, c'était quand même beaucoup plus lent et stealthy. Ici, tu as vraiment la griffe des jeux From, même s'il est assez différent de ses prédécesseurs, ça veut dire que le jeu est impitoyable et fondé sur des règles plutôt rigides. La grande nouveauté, c'est qu'on y est extrêmement mobile, ce qui change pas mal de choses.

Le nerf de la guerre, ce sont les combats basés sur un système de jeu très sophistiqué et rigoureux, qui fait à mon sens vraiment l'intérêt principal du jeu. C'est technique et c'est du grand art, chaque nouvel ennemi nécessitant d'apprendre de nouvelles stratégies, de nouvelles ruses, avec un aspect punitif exacerbé. Les affrontements sont vraiment passionnants. Après, au bout de huit heures, j'ai encore du mal avec la maniabilité de certains trucs (le saut) et l'organisation des touches, vraiment pas pratique. L'utilisation d'objets par exemple fonctionne exactement comme dans les Souls, mais ils auraient pu moderniser/ergonomiser le truc en mettant une roue de sélection, vu que le jeu est désormais pausable. Le stealth est aussi un peu bizarre, parce que les ennemis te repèrent à 500 mètres, qu'ils ont des IA un peu débiles et que les éclats de céramique sensés les distraire ne fonctionnent pas vraiment.

Je suis moins friand de l'esthétique samouraï que des expérimentations gothiques et romantiques des jeux d'avant, mais il y a de très belles choses toujours. Ca reste un jeu de level design, moins dans le sens de l'architecture (celle de l'ère Sengoku étant moins tortueuse que celle des cathédrales de DS et BB) mais plus dans le sens de la disposition des ennemis. Là-dessus, c'est magistral. Et puis il y a toujours cette atmosphère de désolation propre aux jeux de From Software qui est graduellement intoxicante. Je suis vraiment ravi. Le seul truc qui me gonfle un peu, c'est la présence trop appuyée de la musique, qui en plus n'est pas formidable.

Donc je suis pas sûr que ça te plaise beaucoup Zure si tu n'aimes pas les From, mais après j'ai très envie de te voir essayer.

Alors, à croire que le jeu n'est pas assez difficile comme ça, j'ai eu la bonne surprise après l'avoir acheté en physique hier de me rendre compte qu'il était intégralement en japonais, voix et textes et tout. Or, ça fait 2-3 ans que les jeux qui sortent au Japon proposent aussi l'anglais quand c'est une sortie mondiale, mais là non. Et le jeu a beaucoup de textes et de dialogues, avec des termes abstraits, du vieux langage, etc. Autant dire que c'est corsé, mais pour l'instant je m'en sors à peu près, disons que ça ajoute de l'authenticité. Mais pfiou. Font quand même un peu chier avec leur insularité de merde.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Martin » 23 Mar 2019, 11:15

Ça me dit pas trop, parce qu'en fait ce que j'aime dans les jeux From m'a l'air mis de côté : le RPG, le gameplay d'exploration plutôt lent, la dark fantasy... Je pense que je l'essayerai bien un jour, mais je me sens pas bien pressé de le faire. J'ai tort ?
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12893
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 23 Mar 2019, 11:59

Non, faut pas se forcer. Mais le jeu réserve d'autres plaisirs. J'y ai un peu rejoué et suis arrivé à un boss bien technique, le système de combat est décidément divin.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Martin » 23 Mar 2019, 13:10

Poisan a écrit:Alors, à croire que le jeu n'est pas assez difficile comme ça, j'ai eu la bonne surprise après l'avoir acheté en physique hier de me rendre compte qu'il était intégralement en japonais, voix et textes et tout. Or, ça fait 2-3 ans que les jeux qui sortent au Japon proposent aussi l'anglais quand c'est une sortie mondiale, mais là non. Et le jeu a beaucoup de textes et de dialogues, avec des termes abstraits, du vieux langage, etc. Autant dire que c'est corsé, mais pour l'instant je m'en sors à peu près, disons que ça ajoute de l'authenticité. Mais pfiou. Font quand même un peu chier avec leur insularité de merde.


Tu aurais sans doute pu te procurer la version asiatique, non ? C'est ce qu'il fallait faire pour jouer à Demon's Souls en anglais quand le jeu n'était pas sorti en Europe ou aux USA.
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12893
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 23 Mar 2019, 13:21

Peut-être en commandant sur un site de HK avec un délai de réception, mais flemme. Au Japon impossible de trouver une version étrangère, ils ont leur truc Japan only. Mais osef, j'y arrive bien pour l'instant et quand je bloque un peu trop sur une description d'objet il y a toujours les wiki.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Zure » 23 Mar 2019, 16:14

Je l'ai pris parce que MS m'a offert un bon de 10€ pour mon anniv et leur système de MS Reward en utilisant Edge me fait gagner des bons de 10€ sur le Xbox Store tous les 9000 pts Rewards ce qui me permet d'avoir 1 bon tous les 15 jours en moyenne. Donc là j'avais 30€ de bons en tout, ça m'a fait le jeu à 40 balles, je me suis dit que c'était tentable. Bref. Donc voilà, je vais l'attaquer un de ces quatre. Et après RE2 qui m'a bien plu dans son level design un peu old school (je dis ça pas du tout péjorativement), je vais peut-être changer d'avis sur From même si je pense que le je sera probablement plus dur que RE2.

J'ai un pote qui m'a dit que ça n'avait aucun rapport avec Tenchu sauf vaguement au niveau du contexte, il m'a dit que c'était plus un Dark Souls avec le système de combat de Ninja Gaiden. Apparemment, il faut toujours être offensif. Bon je verrais bien.
Avatar de l’utilisateur
Zure
 
Messages: 11812
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 16:14

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 23 Mar 2019, 19:59

Bon ça y'est je suis parti.

J'ai pas encore "le truc" avec ce jeu, notamment beaucoup de mal avec le système de combat focalisé sur les parades (chose que j’exècre). C'est plus une affaire de timing que de frapper jusqu'à ce que mort s'ensuive, puisqu'il faut briser la garde des ennemis pour les tuer ; et c'est particulièrement visible avec les "mini-boss", en gros faut réussir à les contrer suffisamment de fois pour les achever. Je trouve qu'on perd en spontanéité, et en plus on est à la merci de l'IA si celle-ci décide de ne pas attaquer. Grosse emphase sur l'infiltration aussi, mais un peu comme les Assassin's Creed je peine à savoir quand une attaque furtive ne va pas me faire repérer par les autres..

On est censé, je pense, apprendre les coups ennemis, leurs timings, quand bloquer, quand dévier, quand esquiver. Puis reconnaitre un estoc d'une tranche, bien réagir à une attaque sautée, etc si on veut profiter à fond des systèmes. Alors autant les timings, ça va rentrer, autant le reste ça me semble assez inaccessible en ce début de jeu, d'autant que j'ai tendance à avoir des soucis de vision dans les jeux trop "clean" comme celui-ci (avec beaucoup d'effets de lumière, des textures hi-rez et tout). Je ne doute pas que ça viendra plus ou moins avec le temps mais c'est laborieux. Genre le premier mid-boss là, j'ai dû mourir 4 fois dessus avant de pouvoir le passer parce qu'il m'était difficile de voir les coups quand il passait d'une partie lumineuse à une partie ombrée de l'écran (bon, c'est aussi que j'étais téméraire donc c'est de ma faute, mais ça n'a pas aidé). Alors évidemment ça n'est pas énorme comparé aux Souls, finalement j'avance bien et j'aurais moins de mal si j'avais moins de scrupules à utiliser les consommables, qui sont là pour ça :)

Après j'avoue que le début est hard, parce que contrairement aux Souls même s'il y a un tutoriel on ne t'explique les mécanique de jeu qu'au compte goutte. Y'a un système de points de compétences qui est bridé jusqu'à une partie du "second niveau parallèle", la progression non linéaire fait qu'on ne sait pas vraiment où on doit partir en priorité, ça a tendance à submerger sous les infos. Il faut désapprendre beaucoup de choses acquises (la façon d'appréhender le level-design, assez ouvert finalement) mais en garder d'autres (l'esquive, qui garde des frames d'invincibilité).

En fait on est beaucoup plus proche de NiOh (et une peu de The Surge) que de DS, avec beaucoup d'objets, des compétences de combat, du timing. C'est loin d'être mauvais mais comme Martin la partie RPG me manque. Mais ça va venir ;)
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1863
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 24 Mar 2019, 02:35

cKei a écrit:c'est laborieux. Genre le premier mid-boss là, j'ai dû mourir 4 fois dessus avant de pouvoir le passer


Tu pensais vraiment le one shot ? :? Moi, c'était peut-être le double. C'est le principe de ces jeux, non ?

Les deux niveaux en parallèle, je trouve ça pas mal parce que ça permet d'aller changer d'air quand on bute sur un obstacle. En plus, certains objets que tu trouves dans un niveau vont t'aider à réussir dans l'autre, et vice-versa. Après, on se retrouve souvent à devoir choisir entre un boss impossible et un autre boss impossible. Le général à cheval ne m'a pas posé beaucoup de problèmes finalement, mais là j'ai le choix entre Madame fil à couper le beurre qui me déchire en morceaux et la vache folle qui me cogne dans tous les coins. Dans les deux cas, je morfle. Cela dit, le fight contre la vieille est vraiment intéressant dans sa façon d'imposer une chorégraphie de haute discipline, et le setting est magnifique.

J'ai aussi un peu de mal avec la parade, surtout pour comprendre la fenêtre d'action. Ce n'est pas exactement quand le coup s'abat, ni quand il part qu'il faut parer, mais quelque part entre les deux. J'ai aussi comme toi du mal à lire le jeu (décor et action) qui a un visuel trop aigu, trop détaillé, mais comme avec tous les AAA aujourd'hui qui donnent toujours l'impression de ne jamais avoir une télé assez grande. Je trouve que c'est un mal de l'époque et, sortant de deux Yakuza de suite (le 0 et 5) où la lisibilité est plus grossière donc plus agréable de loin, là il faut que je me rapproche de l'écran. Sans parler de l'écriture qui est vraiment minuscule en japonais : bon courage pour repérer le petit trait qui différencie tel kanji d'un autre, je ne sais pas comment les gens font...
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 24 Mar 2019, 11:48

Tu pensais vraiment le one shot ? :? Moi, c'était peut-être le double. C'est le principe de ces jeux, non ?

Bien sûr, mais c'est pas le fait de mourir qui me gène (j'étais mort genre 15-20 fois sur un des premiers boss de Nioh, osef :) ) mais plus le fait que je galère à bien maitriser les timings de déviation. Qui sont le point central du jeu.

Y'a pléthore de mécaniques qui peuvent permettre de se dépatouiller, par exemple la grosse brute enchainée du premier niveau j'y suis allé petit à petit, j'ai utilisé la prothèse enflammée pour l'effrayer, réduit sa vie pixel par pixel. Mais vu qu'il te bute en un ou deux coups je reste persuadé que j'étais censé le faire autrement, en trouvant la bonne action à utiliser pour esquiver/contrer ses charges.

Même chose pour le chasseur de ninja du second niveau, j'étais supposé utiliser le Mikiri contre lui mais j'ai fini par le faire à l'usure, impossible de trouver le timing. pourtant je m'étais entrainé dans le temple sans souci. Et faut vraiment que je perde les réflexes des Souls, j'utilise trop l'esquive pour être efficace.

Bon à part ça j'ai débloqué pas mal de trucs, acheté des choses à la boite de conserve amatrice de carpes, et je bloque sur les deux mini-boss suivants (celui du temps enflammé, et le général qui suit la grosse brute.

Mais beaucoup plus que les Souls je sens que c'est un jeu qui demande de la maitrise du système de base plus que de l'exploitation des mécaniques, de l'entrainement régulier à faire face à telle ou telle situation. J'avais fait NiOh entièrement sans réussir à comprendre les différents enchainements fluides de postures, mais là ça me parait impossible. :ugeek:
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1863
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 24 Mar 2019, 12:31

J'ai un peu avancé, même pas mal, et le jeu est bien entré en moi. Ca commence à devenir très très bon.

Les deux mini-boss où tu es, je les ai fait plus ou moins de la même manière : en y allant en fufu pour dégommer tous leurs sbires puis en les prenant 1 on 1. Après, sur le gros dégueulasse, je me suis aussi servi du NPC qui faisait diversion pendant que je l'attaquais à la hache dans le dos. Gros plaisir que de le berner ainsi.

Effectivement, il faut désapprendre beaucoup de choses. Par exemple, il faut comprendre qu'on peut courir sans s'arrêter avec rond. C'est d'ailleurs le déclic que j'ai eu pour battre la vache sacrée, et c'est passé les doigts dans le nez alors que je galérais hier parce que j'avais pas le réflexe de sprinter en continu. J'avais encore les automatismes liés à la barre d'endurance des Souls, mais dans Sekiro on peut quasiment patiner tout le temps. C'est dingue d'ailleurs à quel point chaque boss a son truc pour le battre, pas un gimmick mais une façon de l'appréhender qui s'avère être la clé du combat. Il y a un côté puzzle game.

Et puis finalement, sur l'exploration le jeu est top aussi, ça me fait penser à la progression de DS2. J'ai beaucoup exploré, là je visite le temple qui est magnifique. J'ai passé pas mal de temps à faire des emplettes, à booster mon perso, à crafter, à débloquer des compétences. C'est pas RPG-RPG, mais il y a matière à choisir sa façon de jouer tout de même, notamment grâce aux outils de la prothèse : mention spéciale au feu d'artifice, qui me permet de sauter au milieu d'un groupe d'ennemis et de les stun tous. D'ailleurs, le gameplay furtivité est assez basique mais je commence à bien m'amuser avec en jouant comme un planqué.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 24 Mar 2019, 21:21

Pfou, plusieurs petites sessions aujourd'hui, je dois avoir 8-9h de jeu. Toujours du mal avec le système de combat mais j'ai pas mal avancé quand même :

- Pour le domaine Hirata, j'ai trouvé une corniche "secrète" avec un ninja super chiant qui met des coups de lattes. Je suis mort en boucle, et j'ai fini par récupérer l'objet de prothèse qu'il garde sans le battre. J'ai battu le vieux gars au cimeterre avec sa bouteille, en faisant du hit&run en courant comme un dératé autour de lui. C'est moche et long mais assez safe, une fois qu'il est tout seul. Je pense que derrière c'est le boss du domaine, j'ai entendu dire qu'il est chiant du coup je m'y suis pas encore frotté.

- Pour Ashina, j'ai eu moins de difficultés. Le passage Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher
était plutôt cool, et ensuite arrive le vrai premier boss. D'un côté il est fun, plutôt stylé, c'est un palisir à combattre. D'un autre je l'ai trouvé plutôt très simple : je suis mort la première fois en y allant avec une seule gourde, mais le second coup a été le bon. C'est là que tu vois que c'est vraiment cette mécanique de déviation pour briser la garde et surtout cette histoire de coups impossibles à bloquer qui rend le tout complexe à gérer, parce que ce boss n'en a pas et ça le rend beaucoup plus simple à combattre.

Derrière j'ai fait le réservoir, mais le mini-boss de fin me démonte. J'arrive à le mettre à mi-vie en le prenant à revers façon assassin's creed mais dès que c'est du mano a mano, je galère beaucoup trop.

Puis Ashina Castle, j'ai fait le premier boss (le taureau) du premier coup mais il s'en est fallu d'un cheveu. Là encore, du hit&run et quelques charges de pétards pour le distraire. J'ai tenté de passer par les toits pour la suite mais j'ai failli me faire tuer par un gang de 3 ninjas qui ont pas aimé que je dézingue leurs collègues, je me suis sauvé. Y'a encore un passage que j'ai pas exploré vers le pont.

Les skills et outils qu'on débloque sont plutôt sympas, ça rend l'exploration moins chiante vu qu'au début du jeu à chaque fosi que tu te fais toucher tu peux reset vu le faible nombre de gourdes. Avec 3-4 c'est déjà mieux. Les outils prosthétiques ça permet aussi de mieux pouvoir réagir aux différents types d'ennemis, et maitriser l'infiltration aussi.

Et y'a aussi des paysages superbes :D

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1863
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 25 Mar 2019, 14:05

Rah ça me rage, je suis tellement surchargé de boulot que je vais pas avoir beaucoup de temps pour jouer cette semaine. :(
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 25 Mar 2019, 20:55

Moi j'avais pris une journée de congés (la première depuis noël). Wow, pas mal d'avancées aujourd’hui. Ou plutôt, d'exploration parce que j'ai rien foutu niveau histoire.

Matinée infructueuse, je me suis fait défoncer en boucle par le boss Papillon puis par le général à la lance du réservoir d'Ashina. Du coup je suis parti faire d'autres trucs, fureter par ci par là, améliorer mes skills quand c'était possible.

Ensuite je suis allé manger pour me retrouver avec moi même pour éviter de décéder de l'intérieur à cause de la rage. Du coup quand j'ai repris le général je l'ai passé first try. C'était pas simple mais en utilisant l'Ichimonji à chaque ouverture et en courant autour de lui c'était relativement faisable. Ça m'a permis d'upgrader ma vie et de repartir sur Lady machin, Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Bref. Ensuite j'ai fait une partie du temps, avec ces *censurés* de moines qui t'attaquent en gang avec leurs bâtons. J'ai eu l'occasion de me familiariser avec leurs coups d'estoc mais vraiment j'arrive pas à les prendre correctement. Bref j'ai poursuivi vers la deuxième partie du niveau où je suis mort, mais à force j'ai quand même choppé assez d'XP pour débloquer la régen de vie lors des exécutions. Donc c'est pas perdu.

En fin d'aprem j'ai entrepris d'escalader le château, puis arrivé sur les toits j'ai fuit comme un lâche à cause des engoulevents de merde (oui désolé ça me rend insultant) et j'ai plongé dans les douves, ce qui m'a permis d'atteindre un feu de camp qui me semble être une voie sans issue mais qui avait quelques trucs intéressants, notamment un outil de prothèse (le parapluie).

En revenant sur mes pas j'ai atteint un petit temple et une voie qui descend dans les profondeurs des gorges, pas mal exploré là dedans, jusqu'à atteindre un ennemi avec un shotgun qui m'a bien rappelé Bloodborne :| Mais j'ai fini par l'avoir non sans mal, et j'ai choppé le feu de camp derrière.

Avec tous ces trips d'errance j'ai récolté pas mal de gourdes, ça va me faciliter la vie pour les prochaines pérégrinations.
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1863
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar cKei » 30 Mar 2019, 21:50

Bon j'ai un peu oublié d'updater ce sujet, donc il y a eu pas mal d'avancées depuis 5 jours. Je commence à bien avoir le jeu en main, notamment grace à deux boss bien foutus pour apprendre à jouer (mais qui interviennent assez tard dans ma partie).

mercredi 27 :
j'ai continué le temple, qui est un niveau que j'aime beaucoup et notamment le boss du pont, sur lequel j'ai fait un petit thread parce qu'il est symptomatique des manquements du jeu - parce que pour le coup lui est très bien foutu. Grâce à lui je commence à un peu m'améliorer.

Par contre derrière j'ai tenté le mini-boss Mille-patte, j'arrive à le mettre mi-vie de la deuxième barre mais j'arrive pas à le faire normalement : une fois sur deux ses attaques rapides passent ma garde, et j'arrive à esquiver son imbloquable en sautant mais la plupart du temps je me fais avoir à un moment ou à un autre. D'autant que l'aire de combat est super chiante niveau caméra et à cause des petites statues qui bloquent les mouvements.

je me suis fait coup sur coup le Mille-patte, assez facile une fois le timing acquis (je me suis grave compliqué la vie en sautant au lieu de l'achever, du coup je suis mort lol) et la Papillon ensuite. Un combat assez long et pas très propre pour cette dernière, à cause de la cam et surtout parce que j'ai tendance à paniquer quand les ennemis déclenchent leur spécial [:chelou:] Mais en vrai en restant au corps à corps pour bloquer ses coups, en réduisant sa vie peu à peu et en lançant quelques déviations ça finit par passer.


Et ensuite j'ai tenté la vallée engloutie et... sans spoiler je me suis fait défoncer, ils ont abusé sur le coup


vendredi 29:
Bon sinon je me suis enfin frotté au boss du château. Il m'a refait le trou de balle les deux premiers coups. Ensuite sur les 2-3 suivants hier j'ai commencé à mieux voir les patterns. Ensuite cet après midi j'ai failli l'avoir mais je me suis mis à paniquer comme un gland après une erreur bête et il m'a eu alors que j'essayais de me soigner : la bêtise typique que j'avais aussi dans les Souls :lol: Bon je l'ai eu la fois d'après \[T]/

J'ai adoré le combat, pour le coup c'est fun, pas trop de bullshit (le mini-boss d'avant est une plaie par contre >_>) et ça t'apprends bien les rudiments du combat. Top, en particulier comparé à ce que je disais sur les autres. Bon faut dire aussi qu'il est supposé arriver "naturellement" un peu plus tôt que là où j'en étais, j'avais donc un peu plus de vie et d'attaque.


Quant à aujourd'hui, pas mal d'avancées , notamment sur le boss de la vallée engloutie, un combat assez fun et qu'on finit par bien lire. Par contre j'aimerais que le jeu arrête Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher
Alors ça permet d'obliger à vraiment maitriser les patterns mais ça devient assez lourd à force.


Ensuite derrière, Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher
Bon là pareil, c'était marrant mais c'est quand même un procédé un peu flemmard.

Et je ne résiste pas à partager le futur nouveau mème : (spoilers pour le chateau)

Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1863
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: Sekiro : mon ninja manchot ne peut pas être si hardcore

Messagepar Poisan » 07 Avr 2019, 06:52

Je suis sur l'affrontement final, seule chose qu'il me reste à faire après avoir dépoussiéré le domaine d'Ashina de fond en comble, occis tous les boss et sous-boss, récupéré quasiment tous les items. A priori, je n'aurai pas la fin parfaite, parce que j'ai pas pris le temps d'aller parler à un NPC à un certain moment et maintenant c'est trop tard (un procédé qui m'a toujours saoulé dans les jeux From), mais l'essentiel est fait. Voilà donc, 60 heures passées à être complètement immergé dans ce jeu en prenant le temps de le déguster pendant un peu plus de deux semaines riches et intenses. Je pense qu'il faudra encore 3 heures maximum pour maîtriser le combat final : j'arrive désormais sans peine à la troisième phase (sur quatre), j'ai songé à regarder une strat mais vu la satisfaction que me procurent les trouvailles que je fais à chaque nouveau try, je vais m'abstenir.

Car au fond, Sekiro est comme ses prédécesseurs un jeu de gagne-terrain, mais moins sur le LD que sur les affrontements avec ses boss, dont on gratte petit à petit les patterns, les routines, les failles avant de les dévorer d'un coup. C'est quelque chose qu'il y a toujours eu chez From mais qui est plus en avant ici, puisque c'est un jeu de duels qui repose sur un système de combat complexe et accessible pour qui se donne le temps de l'intégrer. Le résultat est prodigieux tout comme la variété des situations. La contrepartie, c'est que le jeu lorgne méchamment du côté du boss rush et qu'il faut avoir la patience d'apprendre à chaque nouvel adversaire, on frôle souvent les écueils du bête die and retry. Et en même temps, c'est si sophistiqué, si élégant dans le design, et gratifiant, qu'on peut se prendre au jeu. J'avoue que j'ai pas toujours eu la patience des boss chez From : autant j'avais pratiquement tout fait tout seul dans DS1 et Bloodborne, autant à l'époque de DS3 j'avais pas envie d'y consacrer trop de temps et j'avais invoqué très souvent. Ici, c'est évidemment impossible et il faut s'évertuer à faire l'effort d'apprendre les boss, ou alors de passer son chemin quitte à revenir plus tard.

Pour ma part, j'ai pas eu trop de mal à acquérir les nouvelles règles, j'ai pas trop bloqué hormis lors de ma première arrivée au château d'Ashina où j'ai passé une soirée à me casser les dents. Je trouve que la progression était bonne ; sensation hallucinante à la fin du jeu quand on n'a plus que des ennemis high level et qu'on arrive à traverser les niveaux en les maîtrisant à coups de contres et d'esquives parfaites. Le problème que j'ai eu, ce fut surtout de devoir désapprendre certains réflexes des Souls. Trop souvent, je commence par privilégier la technique du "je tourne autour en attendant une ouverture" avant de me rendre compte 15 morts plus loin qu'il vaut mieux aller au contact. Encore sur le boss de fin là, ça me l'a fait. Il ne faut pas oublier qu'on peut désormais sauter pour de vrai, chose qui m'est encore compliquée à faire naturellement. Autant pour le mikiri j'ai jamais eu de souci, autant les contres sautés j'ai encore du mal à les sortir.

Quand on comprend que chaque situation de combat est en fait une énigme à élucider, en formulant des hypothèses qu'on teste sur le terrain, qu'on affine, qu'on équilibre, le jeu est beaucoup moins intimidant et surtout totalement accaparant. C'est pour ça qu'il me paraît difficile de parler de skill au sens classique du terme. Evidemment que le skill est indispensable, mais c'est un skill qui s'acquiert dans le jeu, qui n'est pas inné et qui se forme au fil des heures. Le principe de Sekiro est très proche de ce que fait Blow avec The Witness. C'est le joueur, plus que le personnage, qui acquiert de l'expérience et c'est en cela que le jeu est enrichissant. (Les partisans d'un mode easy me rendent malade car 1- souvent ils ne savent pas de quoi ils parlent, n'ayant pas joué à Sekiro, et considèrent que cette histoire de modes devrait fonctionner comme dans un Uncharted, 2- ils ont le regard déformé par la fausse réputation des jeux FS comme étant "difficiles" au même titre que, je sais pas moi, un shmup hyper chargé, 3- ce faisant, ils voudraient que les créateurs du jeu acceptent de trahir leur phisolophie de l'effort et du travail, qui est à la fois accessible et émancipatrice bien qu'elle ne puisse plaire à tout le monde. Il y a cette idée bienveillante mais ultra dangereuse qui voudrait que les oeuvres s'adaptent à tous. Je trouve que c'est d'une paresse intellectuelle affligeante, avec des relents de totalitarisme culturel qui me font froid dans le dos.)

Pour le reste, Sekiro est un pur jeu From Software avec toujours cette créativité folle, ses découvertes géographiques, ses niveaux incroyables, son espèce de sainteté déchue. L'interprétation qu'ils font des mythologies japonaises est hallucinante, ça part très, très loin des images d'épinal (qu'on trouve chez Vanillaware par exemple), pour plier les influences shinto, bouddhistes, féodales à la vision singulière du studio. Evidemment, je suis aux anges quand je retrouve au temple Senpou-ji le balcon du temple Kiyomizu-dera de Kyoto ou l'intérieur du Sanjusangendo avec ses mille statues. Le dernier domaine aussi, est absolument fantastique, d'autant plus que c'est aussi ici la saison des sakura (le boss, bien que ce soit un boss gimmick, est incroyable dans son design qui mêle à la fois le végétal et le mythique, le vivant et le décrépit, la noblesse et la pourriture). Il y a une forme d'euphorie baroque qui traverse le traitement artistique des références japonaises, une manière d'opulence qui n'appartient pas traditionnellement à l'esthétique japonaise (qui est davantage austère et épurée) et qui sert à traduire la folie des grandeurs de cette ancienne noblesse d'Ashina qui finit dévorée par l'entropie. Enfin, c'est exceptionnel, il faudrait écrire un truc dessus.

Pour conclure, aussi grand que soit le jeu on reconnaît de suite la méthode From Software et il n'y a pas de grande révolution copernicienne, pas d'immense surprise pour qui connaît leurs précédents essais, mais c'est toujours du jeu vidéo de qualité supérieure, assurément. Voilà, en tout cas je me suis donné les moyens de bien en profiter car ce sera le dernier gros jeu que je ferai avant un long moment, pour plusieurs raisons personnelles. J'avais donc prévu de bien m'y plonger, et je ne suis pas déçu du voyage.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2887
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Suivant

Retour vers Jeux vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : laurentb et 1 invité