DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Ca rend idiot mais c'est pas grave on l'est déjà.

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Poisan » 26 Mar 2017, 14:41

Je pensais la même chose, mais le procédé est vraiment bien. C'est plus dans l'esprit de Pulp Fiction (ou d'une certaine manière Rashomon, ou pour prendre un jeu Odin's Sphere), une histoire éclatée par bribes qui se rejoignent. Chaque nouveau run apporte des lectures supplémentaires et des variations puisqu'on ne suit pas le même personnage. Puis il y a, en tout cas dans les deux premiers runs, une grosse base identique mais rendue intéressante par de nouveaux apports de gameplay (ben oui, les personnages ne combattent pas de la même façon et il y a de superbes idées pour mettre en scène le contrechamp d'une séquence déjà jouée). La story est courte au final, ce qui écrème toute possibilité de passages relous ; au contraire, en connaissant la trame, on anticipe et on jubile un peu, on se dit : ah ouais attends là ça va être la séquence du désert, et là la séquence du kaiju...

C'est un peu comme Destiny comme quand tu fais la même strike, que tu la connais par coeur, et que tu apprécies car tu apprends à mieux la connaître à chaque fois et que je te fais des blagues dans l'oreillette.

Non mais plus sérieusement, je pensais il y a quelques heures que Taro était un gros péteux qui jouait les sous-Kojima, mais en fait ce procédé rend toute sa narration (très belle par ailleurs) hyper intéressante. J'imagine que ça va davantage changer sur le 3e run vu qu'on doit surement y incarner un personnage qui se situe en dehors des toutes les scènes que j'ai jouées jusqu'ici ou presque.

Attends, tu sais quoi, je lance le 3e run et je te dis plus tard...
(moi ça va j'ai déjà appelé ma mère tout à l'heure)
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2904
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Alexis » 26 Mar 2017, 15:42

Martin a écrit:N'ayant jamais fini le premier Nier, je me demande... Qu'est-ce qui change d'un run à l'autre ? On doit se retaper les mêmes passages un peu relous, ou c'est totalement remixé ?

J'ai un peu du mal à comprendre l'intérêt de ce procédé dans l'absolu...


C'est un peu différent mais jusqu'à maintenant ça me fait un peu penser à The Way of the Samurai, toute proportion gardée. Il y a quelque chose de très bouddhique dans l'idée de renaître (par le jeu des sauvegardes), d'emmagasiner l'expérience au fil des "vies" que l'on joue. Ici ça colle pas mal avec cette histoire de reboot informatique, de transfert de mémoire, des données de combats etc. Perso j'y suis assez sensible. D'ailleurs le jeu met les pieds dans le plat dès le début, avec 2B qui explique qu'elle est prise au piège d'une spirale de vie et de mort et qu'elle espère bien tuer le Dieu responsable de tout cela un jour. Ce sont les premières paroles du personnage.

En fait le jeu a un gros potentiel Evangelion sur moi. ;)
Dernière édition par Alexis le 26 Mar 2017, 15:47, édité 2 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Alexis
 
Messages: 2343
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 20:32
Localisation: Parisse

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Elincia » 26 Mar 2017, 15:44

Voui, c'est pas du rempilage débile comme dans 90% des JRPG. Plutôt une relecture, comme quand tu lis un bouquin et que chaque chapitre raconte les mêmes évènements mais avec le point de vue de persos différents. Bon sinon je suis content que t'aies vu la lumière Victor. Cela dit je reconnais volontiers que quand t'es pas familier du mec, les débuts sont rudes. Comme je disais, faut laisser macérer. Sinon je rejoins Alexis. Autant Automata est plus abouti dans les petits artifices de gameplay et plus dévergondé sur l'exploration des thématiques (parfois plus touchant aussi dans son exploration de la condition humaine), autant le premier NieR et son cast de fou furieux était plus viscéral, plus brut, c'était un volcan d'émotions en fusion. Ca partait un peu en live, mais y'avait plus de coeur (même si y'en a déjà énormément dans Automata). Ca t'explosait en pleine face. Cela dit dans Automata y'a ***********. ALLEZ FINISSEZ LE LA.
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1804
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Poisan » 26 Mar 2017, 16:59

Ah non, le run 3 c'est pas du tout ce que je pensais. Je suis surpris. Ahaha ahaha, c'est dément !
Je viens de faire la longue intro, jusqu'à l'apparition du titre donc. C'était super intense. En fait c'est le vrai jeu qui commence, c'est ça ?

Marrant je trouve que chaque run tend un petit peu vers un genre particulier. Le premier, c'est un beat 'em up assez lambda. Le deuxième est plutôt RPG. Le troisième a l'air parti pour être un cinematic action game de feu à la MGS. À ce rythme-là, peut-être que le quatrième sera un jeu de sudoku...
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2904
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Elincia » 26 Mar 2017, 17:51

Attention à pas en dire trop non plus, le jeu joue beaucoup sur la subversion, tmtc.

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1804
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Poisan » 30 Mar 2017, 17:07

Fini le 3e run. Super.
C'est plein d'imperfections, quelques longueurs dans le final et une écriture un peu poussive, mais on s'en fout. Quelle fougue mes amis !
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2904
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Elincia » 30 Mar 2017, 17:31

Attends, attends, il te reste à choper les fins D et surtout E :D. Mais oui, fougueux, ça résume bien le truc. (Fais le premier Nier après. C'est moins abouti formellement, mais plus viscéral et mieux rythmé)
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1804
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Elincia » 31 Mar 2017, 14:54

ALORS VICTOR ?????
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1804
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Poisan » 31 Mar 2017, 19:33

Alors il est 2h30 du matin et je suis bourré, et donc je te dis demain tout ce que j'en ai pensé.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2904
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Alexis » 31 Mar 2017, 23:29

Poisan a écrit:Alors il est 2h30 du matin et je suis bourré, et donc je te dis demain tout ce que j'en ai pensé.


L'effet NieR.
Avatar de l’utilisateur
Alexis
 
Messages: 2343
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 20:32
Localisation: Parisse

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar cKei » 01 Avr 2017, 18:27

Bonjour c'est ici qu'on parle 2Be3 ?

Bon à cause de l'habituelle dépression post-Soulspartum j'ai pas résisté à me prendre le jeu.
Début très bien foutu, qui met directement dans l'ambiance avec des séquences de shmup qui balayent de Galaga à du danmaku en passant par gradius, avant de rentrer dans le vif du sujet. Manque un peu de tuto de combat mais un petit tour dans les commandes règle vite ça.

Un truc qui m'a directement frappé et que j'attendais pas forcément, c'est la fluidité des déplacements et des actions. Franchement c'est super instinctif, le double saut qui permet de planer en restant appuyé, les attaques chargées, les combos et attaques à distance, l'esquive qui permet de contre-attaquer et courir... En explorant un peu à mon arrivée sur Terre, je découvre un endroit familier avec... [spoiler]mon corps précédent et mes anciennes possessions qui m'attendaient là, ce qui m'a permis de comprendre le système de récupération d'enveloppe physique sans même que le jeu me l'explique. (au passage, il se passe quoi si on meurt avant de récupérer ce premier corps ? On perd totalement ces armes ?)

C'est beaucoup plus cryptique et moins ergonomique dès que j'ouvre le menu par contre, notamment en ce qui concerne les armes et les puces. Je suppose que ça viendra.

En tout cas ça donne envie de se balader, et même s'il y a peu d'objets rares à chopper on tombe quand même sur des trouvailles. Genre là en furetant près du pont suspendu de la première zone je suis un petit chemin qui s'enfonce dans les gorges, qui m'amène à un ascenseur que je prends... pour me retrouver dans une grotte avec des mobs lvl 30 (j'étaits lvl 6) :mrgreen: heureusement qu'on peut les canarder de façon safe en restant dans la cabine parce que sinon j'étais cuit et j'avais pas sauvegardé. Pas trop exploré plus avant, j'avais les foies.

Même chose dans le désert, y'a des trucs à chopper quand on part à l'opposée du marqueur. Je sais pas encore trop ce que je fais là mais c'est cool pour le moment.
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1925
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Poisan » 02 Avr 2017, 11:16

La fin E, donc. C'est tellement riche que je pense que ça mériterait un gros post-mortem et un article qui retrace sa conception (j'ai lu l'entretien avec Taro que Nicolas avait tweeté à ce sujet, avec des infos intéressantes). C'est à la fois attendu et renversant, mais oui, c'est très malin. Le discours est simple comme bonjour, comme dans le reste du jeu, mais l'application est ludique et émouvante. Je ne veux pas trop faire une énième théorie foireuse sur le sujet, mais c'est peut-être ça, au fond, la grande différence entre jeux occidentaux et jeux japonais : même dans ses penchants les plus cinématographiques et littéraires, ce dernier ne sacrifie pas l'esprit de jeu vidéo.

On peut prendre comme exemple The Witcher (encore lui, désolé), très travaillé sur le plan du récit et qui finit par ne plus rien proposer à jouer tant il doit porter la lourdeur de sa cohérence narrative. Nier est foutraque, souvent mal branlé, parfaitement incohérent, et aussi généreux sur le plan ludique, sans cesse surprenant, en un mot joueur. Ca ne l'empêche pas de délivrer son message et de frapper juste. Il a sa personnalité propre mais je le classe dans la même famille que les MGS, j'ai pas arrêté de penser à MGS tout du long. Et d'ailleurs je pense que Zure devrait essayer d'y jouer, tout en essayant de fermer les yeux sur ses raideurs des premières heures (difficilement oubliables cela dit, mais finalement pardonnées).

Il faut aussi arrêter de parler de "finir X fois le jeu". C'est pas du tout ça et je pense que c'est perçu de façon décourageante. Ce ne sont même pas des runs, c'est plutôt des épisodes successifs. Je ne sais pas si c'était la même chose dans le premier Nier.

Donc oui, c'est un jeu très imparfait, assez mal rythmé (l'open world, qui au final n'en est pas un, je ne suis toujours pas convaincu et je n'ai fait que la moitié des quêtes secondaires tant elles me paraissaient sans intérêt - à part celles des caisses à pousser, étrangement). La touche Platinum apporte un certain dynamisme, mais sans jamais transcender les choses ; le combat est efficace. En revanche, j'adore le hacking (je trouve les combats avec 9S plus intéressants du coup, même si ça permet de craquer les ennemis facilement), et puis le hacking est à plusieurs reprises un vrai moteur narratif. Spectacle et jeu, toujours mêlés, comme je disais plus haut...

Bon, les systèmes sont parfois chelous : gros fail des chips - faute de réussir à lire correctement le menu, j'ai laissé le jeu paramétrer en automatique presque toujours et je n'ai eu aucun souci. La carte est dégueulasse, je crois qu'ils voulaient favoriser l'exploration intuitive en fait. Le loot ne sert à rien. Les bonnes idées sont parfois les plus longues (la fin E, par exemple, est géniale mais un peu comme ça).

Et puis d'un autre côté... mince, il y a les robots, les scènes épiques, les rebondissements, les changements de registre et de genre, il y a Pascal (d'ailleurs doublé par la voix de Morgana dans P5 <3), il y a l'amour, des blagues dignes des droïdes comiques des "Métabarons" de Jodorowsky, beaucoup de mélancolie, de la tristesse au carré, de la jubilation narrative à voir les morceaux épars se rassembler, des références à Evangelion, un choeur antique, des attractions, des retours en arrière et des avance-rapides fulgurantes, des duels au sabre, des séquences à fond la caisse, des histoires de corps reconstruits, des changements de corps, des héroïnes, des sacrifices, beaucoup de méta qui marche d'ailleurs très bien, des feux d'artifices, des textes mal écrits contrebalancés par des répliques fabuleuses, il y a un jeu constant entre l'histoire et le joueur et à la fin...

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2904
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Elincia » 02 Avr 2017, 11:35

Poisan a écrit:Quatrième run : Dieu est grand et Elincia est son prophète.


Dommage que t'aies pas fait toutes les quêtes, y'en a de vraiment belles que t'as du manquer.

Sinon y'a un mec sur senscritique qui a publié un truc sympa sur le jeu : https://www.senscritique.com/jeuvideo/N ... e/59488972. En attendant mon fabuleux (non) texte.

Edit : le loot sert à améliorer les armes + tes chips. Et si t'as toutes les armes lvl 4, t'as accès au true boss qui tue.
Dernière édition par Elincia le 02 Avr 2017, 11:41, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1804
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Poisan » 02 Avr 2017, 11:40

Héhé, je l'ai déjà lu ton fabuleux texte. :)
Mais je crois que je vais le relire, maintenant que j'ai fini le jeu.

Les quêtes secondaires il y en avait des bien, mais j'étais tellement pris dans l'histoire que je ne voulais pas trop casser le rythme, et le monde ne me donnait pas trop envie de l'explorer non plus. Je pourrais toujours reprendre le jeu pour les faire maintenant. :lol: :lol: :lol:
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2904
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar cKei » 02 Avr 2017, 20:07

J'en suis à la cité immergée, enfin je suis censé y aller quoi. Parce qu'en fait ça doit faire 3h que j'explore et que je fais des quêtes, mais je crois que je ferais mieux d'arrêter avant de faire un burnout et de me gâcher le jeu. C'est dommage, autant y'a des endroits cachés (celui au fond de la ravine sous le pont, avec une arme) autant pas mal d'autres choses me sont fermées. Je sais pas s'il me faut un pouvoir spécial ou si ces coffres et ascenseurs sont limités aux parties additionnelles, mais c'est dommage que ce soit arbitrairement fermé comme ça.

J'ai choppé les deux pods additionnels sinon, j'aime beaucoup le second avec le marteau triple charge, ça défonce bien. Et j'ai bien fait mumuse avec les chips, je dois avoir cac+15% et Lacération grand format, 15% def et 8% att à distance entre autres choses.

Oh, et j'ai eu la fin H. Je suis malencontreusement sorti du village par le mauvais côté, sans avoir le temps de lire le disclaimer.
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1925
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Alexis » 02 Avr 2017, 23:06

J'ose pas utiliser le bouton citer sur Poisan parce que j'ai peur de me faire spoiler même si j'imagine que les joueurs de NieR premier du nom ne seront pas surpris si c'est ce que je pense. :)

Oui, c'est que j'essayais de dire en parlant de cohérence formelle. Ou ce que d'autres appelleraient imbrication ludo-narrative. Pour le coup, autant je trouve toujours les personnages du premier NieR deux crans au-dessus, autant Yoko Taro atteint un degré assez fou de cohérence du propos avec un jeu aussi polymorphe, avec une vraie utilisation de la grammaire du jeu vidéo. Il faisait ça dans le premier NieR, mais c'était plus du coup par coup. Ici, il parvient à faire système.

Et oui le piratage est fou, surtout dans la façon dont il est posé. Le boss de la Diva est génial avec 9S, tu rentres dans une vraie spirale. Et le changement de mode symphonique vers le mode 8-bit est superbe au niveau du sound design.
Je viens de terminer mon run B. J'ai réussi, non sans fierté, à faire tout ce run en hard. Mais là, vu le gap du jeu sur le run C... allez, je persévère. Mais un autre jour. Je pense que j'étais plus trop concentré à cause du relâchement de pression. En tout cas le troisième run a l'air très prometteur.

Les quêtes sont vraiment pas mal, elles donnent lieu à des histoires, des petites modifications de décor etc.

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


@cKei : Ah ! Moi je n'arrive pas à tomber sur le troisième pod... je n'en ai que deux. Et d'ailleurs, je n'arrive pas à les améliorer, il faut de l'eau pure je crois et je n'en ai jamais.
Avatar de l’utilisateur
Alexis
 
Messages: 2343
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 20:32
Localisation: Parisse

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Le Yéti » 02 Avr 2017, 23:26

J'approche de la fin du deuxième run et j'ai quand même quelques réserves sur les contrôles. Chaque visite chez Pascal est un calvaire entre les corps devant les échelles, la minimap merdique et les chemins qui se ressemblent tous. Là j'ai passé 45 minutes sur la quête d'Emil, je m'attaque au titan demain matin :)
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8696
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar cKei » 02 Avr 2017, 23:36

Alexis a écrit:@cKei : Ah ! Moi je n'arrive pas à tomber sur le troisième pod... je n'en ai que deux. Et d'ailleurs, je n'arrive pas à les améliorer, il faut de l'eau pure je crois et je n'en ai jamais.


Le pod B est
Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher

Tandis que le C est
Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Pas encore pu les améliorer, il me manque du caoutchouc et surtout la dernière pièce de la liste qui me parait spéciale.

Chaque visite chez Pascal est un calvaire entre les corps devant les échelles

This. :roll:
Avatar de l’utilisateur
cKei
 
Messages: 1925
Inscrit le: 04 Aoû 2013, 23:45
Localisation: Toulousain exilé à Strasbourg

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar Le Yéti » 03 Avr 2017, 09:36

Deuxième run. Battu le titan et puis continué un peu par la suite. C'est drôle et brillant. Le passage secondaire est hyper malin. Qu'est-ce que je l'aime ce type.

Et comme j'ai bêtement oublié de changer mon moyen de paiement pour Persona 5, je ne l'aurais que MERCREDI — ce qui me laissera peut-être le temps de finir NieR ??? Il est long le troisième run ?
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8696
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: DragonNieR : du sang, des larmes et du méta

Messagepar ippo » 03 Avr 2017, 09:55

Le Yéti a écrit:Il est long le troisième run ?

Il me semble un peu plus court que les deux premiers (et tout dépend du temps passé sur les quêtes secondaires aussi), mais je dirais qu'il faut bien 8h quand même pour le boucler.
Par contre ce 3ème run est indispensable pour clore l'expérience. C'est un crescendo sans fin jusqu'à l'apothéose.
Sans commune mesure avec les fins A et B.
Quel jeu brillant, il m'a laissé sur le cul. Cela a déjà été dit dans le fil, mais j'ai vraiment retrouvé une sorte d'esprit et de folie à la MGS(2). C'est du pur concentré de jv japonais en intraveineuse.

Et la fin E et ce qu'il faut endurer pour l'obtenir : maboule tellement c'était trippant.

J'ai tellement aimé ces persos et leurs histoires...
Avatar de l’utilisateur
ippo
 
Messages: 376
Inscrit le: 08 Fév 2011, 10:08

PrécédentSuivant

Retour vers Jeux vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : K2R2 et 12 invités