The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Ca rend idiot mais c'est pas grave on l'est déjà.

The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Elincia » 10 Oct 2015, 13:44

Ca fait depuis très longtemps (jamais ?) que j'ai pas autant galéré à rassembler mes pensées après un jeu vidéo, et apparemment, je ne suis pas le seul à en croire le net. C'est aussi le genre de jeu qui remet en question l'exercice critique, donc forcément ça nous concerne un peu. J'ai essayé plusieurs fois d'écrire quelque chose dessus, mais ça ne ressemblait pas à grand chose. Et tout ce que j'ai pu lire jusqu'à maintenant me semble soit fade, soit vraiment hors sujet (si vous trouvez un bon texte, je prends !). Bref, c'est le topic spoil, si vous avez des questions, réflexions, analyses, etc, go ahead. Je pose ça là sinon :

Image

hihi
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1796
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Martin » 10 Oct 2015, 14:05

Je trouve que le jeu a de très belles trouvailles formelles, et j'ai plutôt apprécié d'y jouer (un peu plus que Stanley Parable).

Il y a même de beaux moments, comme l'élévation au dessus du niveau FPS, ou encore le passage avec les messages Dark Souls.

Après je n'ai sans doute pas été touché que toi par le jeu, et la vision de Wreden ne m'a pas vraiment convaincu. Je pense que je vais écrire un papier sur le jeu, mais en attendant quelques remarques en désordre :

- Le jeu c'est un peu la rencontre du first person walker à la Eidolon et du narrateur non-fiable. On sait dès le début que le vrai mystère du jeu sera le narrateur. Et on n'est pas déçu.
- je trouve l'idée de base (un niveau peut nous dire des choses sur celui qui le crée) intéressante. Mais en un sens j'aurais préféré que le jeu s'intéresse justement à un autre, je sais pas, qu'il invente un personnage et lui donne chair. Là ça reste soit purement lyrique, soit trop abstrait.
- mon interprétation du jeu, qui changerait peut-être si j'y rejouais, c'est qu'il parle du rapport du créateur à son public, avec notamment l'idée qu'on crée pour la reconnaissance que cela implique, tout en étant peut-être dégoûté de cette reconnaissance. Le message final est possiblement qu'il faut se détacher de cela, et créer pour créer. C'est peut-être moi qui n'ai pas compris, mais ça me semble au mieux nébuleux, au pire bateau. La création comme manifestation d'un amour propre et de ses doutes, on a déjà vu ça.
- Wreden me fait un peu penser à un de mes écrivains favoris du moment, David Foster Wallace. Qui a ce côté virtuose de la méta, et dont toute l'oeuvre tient d'un appel permanent à la reconnaissance. La différence c'est que même si Wallace ne cesse de demander de l'amour, j'ai l'impression qu'il en donne en retour, qu'il a un regard sur le monde, sur les autres, très personnel, mais disons que son besoin de reconnaissance nourrit une rencontre avec des gens. Là ça reste très froid, très auto-centré, sans ouverture vers l'extérieur. Du coup les affres du créateur ne me parlent pas trop, parce que sa vision ne semble pas avoir d'autre valeur qu'elle-même. Pourquoi j'en aurais quelque chose à faire des difficultés créatives de Wreden si en fait sa création ne parle que d'elle-même. Ok, humainement ça peut être touchant, mais bon tu es un artiste qui a du mal et qui manque de conscience en soi, give me a break. Après il est jeune, il peut toujours s'ouvrir sur les autres, comme l'a progressivement fait Foster Wallace.
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12908
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Elincia » 10 Oct 2015, 14:30

- Le narrateur n'est pas non-fiable, il déroule juste son parcours. A aucun moment il ne cherche à te tromper. Ou alors j'ai manqué quelque chose. C'est l'anti The Stanley Parable sur ce point là.
- La ligne est fine, mais je trouve que ses abstractions, qui passent ici par les mécaniques, sont plutôt réussies. Je veux dire, à aucun moment on part vraiment trop loin, ça se raccroche toujours au fil rouge du jeu, à quelque chose de compréhensible.

Ensuite toutes les idées sont bateau Martin, franchement. Tout a déjà été fait, de près ou de loin. L'intérêt c'est la façon dont c'est fait, et je trouve que Wreden arrive magnifiquement à matérialiser cette tension, cette schizophrénie entre l'expression personnelle et la validation de l'autre. J'ai senti qu'il savait me parler, mieux qu'avec des mots, sur ce que ça veut dire que "d'appartenir", ce que ça peut avoir de vicieux ou de réjouissant, le combat interne que ça implique entre ses propres valeurs et celles du groupe. Il n'y a pas de message final, il se retire, il ne sait pas, il est dans l'entre deux, toujours. Et oui, The Beginner's Guide est clairement thérapeutique pour Wreden, auto-centré sans doute. Froid ? Je ne pense pas. Ce jeu m'a tellement donné en 1h30, bien plus que n'importe quel film. Mais évidemment ça va dépendre de chacun je pense. Je reviens à la scène, rayonnante, du nettoyage, je veux dire, je sais pas, merci Wreden d'avoir partagé ça avec moi, de m'avoir invité pour que je puisse prendre un peu de cette plénitude et la porter sur moi. Qu'importe si son but ce n'est pas de brosser le joueur dans le sens du poil où de faire un truc altruiste. On peut plus faire d’œuvres individualistes ?

Troll : en tout cas, y'a pas photo, je le préfère à Destiny.
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1796
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Martin » 10 Oct 2015, 14:54

Elincia a écrit:- Le narrateur n'est pas non-fiable, il déroule juste son parcours. A aucun moment il ne cherche à te tromper. Ou alors j'ai manqué quelque chose. C'est l'anti The Stanley Parable sur ce point là.


En fait le narrateur est incohérent si t'y réfléchis bien. Il ne te fait pas part au départ du message qui lui est envoyé dans le dernier jeu, alors qu'en toute logique s'il créé cette rétrospective de l'oeuvre de Coda, il sait exactement comment ça va se terminer. Ou alors il craque au fur et à mesure du jeu, mais je trouve ça plus manipulateur qu'autre chose.


Ensuite toutes les idées sont bateau Martin, franchement. Tout a déjà été fait, de près ou de loin. L'intérêt c'est la façon dont c'est fait, et je trouve que Wreden arrive magnifiquement à matérialiser cette tension, cette schizophrénie entre l'expression personnelle et la validation de l'autre.


Je sais pas si je suis d'accord que toutes les idées sont bateau. Mais bref, cette tension dont tu parles, elle a déjà été traitée, à mon sens de manière plus dense. En littérature par exemple, et depuis un bail déjà. Après en jeu vidéo, c'est assez inédit, et c'est pour ça que je reconnais que formellement le jeu est intéressant. Je sais pas, l'idée que s'exprimer c'est vouloir briller, que c'est forcément de l'égotisme, c'est un stade que franchissent un peu tous les artistes, et dont ils ont souvent rendu compte. A la rigueur ce serait plus intéressant si Wreden avait déjà une oeuvre conséquente derrière lui. En l'état ça fait un peu état d'âme de jeune artiste, et bon, ça lui passera.

J'ai senti qu'il savait me parler, mieux qu'avec des mots, sur ce que ça veut dire que "d'appartenir", ce que ça peut avoir de vicieux ou de réjouissant, le combat interne que ça implique entre ses propres valeurs et celles du groupe.


J'ai pas l'impression que ça disait grand chose du groupe justement. C'est quoi le groupe dans le jeu ? Les voix qui sont créées ? Le regard de la presse ?

Je reviens à la scène, rayonnante, du nettoyage, je veux dire, je sais pas, merci Wreden d'avoir partagé ça avec moi, de m'avoir invité pour que je puisse prendre un peu de cette plénitude et la porter sur moi. Qu'importe si son but ce n'est pas de brosser le joueur dans le sens du poil où de faire un truc altruiste. On peut plus faire d’œuvres individualistes ?


J'ai strictement rien compris à ce passage, enfin ça m'a juste fait pensé à Sunset, je sais pas si c'est un compliment.


Le problème aussi c'est que la sincérité est très apparente, d'où peut-être la sensation de froideur. En fait il aurait pu verser dans le franchement biographique, ça aurait peut-être été plus intéressant. Parce que ses problèmes, ce ne sont pas des concepts, les problèmes c'est toujours du concret, du rien, et donc du vivant. C'est pour ça que je sais pas moi, Proust te parle d'une madeleine et des sensations précises qu'elle fait renaître plutôt que de purs concepts.
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12908
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Martin » 10 Oct 2015, 15:03

En gros le programme du jeu est déjà là : http://www.galactic-cafe.com/2014/02/game-of-the-year/

Je pense que le malaise est réel, mais que ça reste très très auto-centré.

Il n'a que 25 ans.

Avec un peu de bol, ça lui passera.

Ah oui, et le truc sur le narrateur qui tire trop de conclusions à partir de l'oeuvre de Coda, qui semble-t-il aime juste faire des jeux sur des prisons, mais faut pas en tirer de conclusion, ça ne tient pas de debout. Les faux jeux ont été construits pour te faire croire ça, dans quelle réalité parallèle pourraient-ils avoir un autre sens ?
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12908
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Elincia » 10 Oct 2015, 15:23

En fait le narrateur est incohérent si t'y réfléchis bien. Il ne te fait pas part au départ du message qui lui est envoyé dans le dernier jeu, alors qu'en toute logique s'il créé cette rétrospective de l'oeuvre de Coda, il sait exactement comment ça va se terminer. Ou alors il craque au fur et à mesure du jeu, mais je trouve ça plus manipulateur qu'autre chose.


Je comprends pas, il raconte une histoire qui n'a pas de fin, même après le dernier jeu. Ca ne se "termine" pas, ce message c'est ce que lui intime son soi "créatif" (qu'il veut retrouver ?), ce n'est pas un point d'arrêt et ça n'enlève pas de légitimité à ce qu'il te dit au début, à savoir qu'il veut retrouver Coda, lui intimer de continuer à faire des jeux.

En littérature par exemple, et depuis un bail déjà. Après en jeu vidéo, c'est assez inédit, et c'est pour ça que je reconnais que formellement le jeu est intéressant.


Je veux bien un peu de lecture dessus d'ailleurs, si t'as des titres. Ensuite la forme dis toujours quelque chose du fond, ou y participe. Et le fait que ça soit traité en jeu vidéo, je trouve, transforme le message, lui permet d'être représenté différemment, et donc d'ouvrir une nouvelle voie pour la compréhension. C'est une différence d'angle qui agit comme un révélateur.

J'ai pas l'impression que ça disait grand chose du groupe justement. C'est quoi le groupe dans le jeu ? Les voix qui sont créées ? Le regard de la presse ?


Le groupe c'est toi, l'audience, c'est les chuchotements "whispering machine", c'est la presse aussi, c'est les figures que tu croises au début avec qui tu dialogues.

J'ai strictement rien compris à ce passage, enfin ça m'a juste fait pensé à Sunset, je sais pas si c'est un compliment.


C'est la plaque tournante du jeu. D'un point de vue strictement narratif, c'est le dernier jeu de Coda (aka Wreden) avant sa rencontre avec Davey, aka le côté de sa personnalité qui cherche l'approbation. C'est au moment où il bosse sur ce jeu que va se réveiller en lui cette volonté de montrer ses jeux au public. A partir de là, ses jeux sombrent progressivement dans la dépression artistique puisqu'il n'arrive pas à marier ses deux hémisphères. C'est le zénith de la pure créativité personnelle auto-centrée, de l'expression d'un état d'âme par l'art.

Parce que ses problèmes, ce ne sont pas des concepts, les problèmes c'est toujours du concret, du rien, et donc du vivant. C'est pour ça que je sais pas moi, Proust te parle d'une madeleine et des sensations précises qu'elle fait renaître plutôt que de purs concepts.


Moui, c'est simplifier un peu la vie ça à mon sens. L'abstraction c'est super utile par moments, et c'est aussi du vivant, juste figuré. Encore heureux qu'on soit possible de s'identifier ou de se reconnaitre dans des abstractions, c'est un peu aussi ce qui nous définit en tant qu'être humain.

Edit : Olala, maintenant l'attaque ad hominem sur l'âge... Martin plz.

Et je vois pas où tu veux en venir avec les prisons. Le narrateur n'a pas forcément raison dans ce qu'il en retire, ni même Coda dans ce qu'il explique. La prison c'est l'illustration du paradoxe, c'est la matérialisation de ce qui est incertain.
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1796
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Martin » 10 Oct 2015, 15:33

Elincia a écrit:Je comprends pas, il raconte une histoire qui n'a pas de fin, même après le dernier jeu. Ca ne se "termine" pas, ce message c'est ce que lui intime son soi "créatif" (qu'il veut retrouver ?), ce n'est pas un point d'arrêt et ça n'enlève pas de légitimité à ce qu'il te dit au début, à savoir qu'il veut retrouver Coda, lui intimer de continuer à faire des jeux.


C'est trop compliqué pour moi là. Et je dis ça sans rigoler. J'aime pas cette complexification méta, ça me fatigue.



Je veux bien un peu de lecture dessus d'ailleurs, si t'as des titres. Ensuite la forme dis toujours quelque chose du fond, ou y participe. Et le fait que ça soit traité en jeu vidéo, je trouve, transforme le message, lui permet d'être représenté différemment, et donc d'ouvrir une nouvelle voie pour la compréhension. C'est une différence d'angle qui agit comme un révélateur.


Des écrivains qui parlent de la reconnaissance ? Je sais pas, Proust ? Ou pour une vision marrante du succès, tu peux essayer "Mes Prix littéraires" de Thomas Bernhard, c'est assez rigolo et ça se lit plus vite.

Le groupe c'est toi, l'audience, c'est les chuchotements "whispering machine", c'est la presse aussi, c'est les figures que tu croises au début avec qui tu dialogues.


Oui mais il n'y a pas d'empathie avec ces autres. L'empathie est strictement auto-centrée, c'est ça qui me gêne. Moi je suis juste là pour être séduit, pour suivre le truc, et éventuellement pour comprendre ce qu'on ne me dit pas vraiment.

C'est la plaque tournante du jeu. D'un point de vue strictement narratif, c'est le dernier jeu de Coda (aka Wreden) avant sa rencontre avec Davey, aka le côté de sa personnalité qui cherche l'approbation. C'est au moment où il bosse sur ce jeu que va se réveiller en lui cette volonté de montrer ses jeux au public. A partir de là, ses jeux sombrent progressivement dans la dépression artistique puisqu'il n'arrive pas à marier ses deux hémisphères. C'est le zénith de la pure créativité personnelle auto-centrée, de l'expression d'un état d'âme par l'art.


Ok bien vu la plaque tournante. Mais ça veut dire quoi faire le ménage ? C'est juste énervant, non ? J'ai juste ressenti de la lassitude à ce moment.

Moui, c'est simplifier un peu la vie ça à mon sens. L'abstraction c'est super utile par moments, et c'est aussi du vivant, juste figuré. Encore heureux qu'on soit possible de s'identifier ou de se reconnaitre dans des abstractions, c'est un peu aussi ce qui nous définit en tant qu'être humain.


L'abstraction c'est utile oui, mais pas quand ça ne fait qu'obscurcir les vrais problème. Je suis pas fan des lectures psychanalytiques, mais le problème de Wreden c'est pas qu'il a eu du succès. C'est autre chose. Qu'il masque sous le brio de la mise en forme.
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12908
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Elincia » 10 Oct 2015, 15:43

Ok, je vais jeter un coup d’œil à Mes Prix Littéraires.

Oui mais il n'y a pas d'empathie avec ces autres. L'empathie est strictement auto-centrée, c'est ça qui me gêne. Moi je suis juste là pour être séduit, pour suivre le truc, et éventuellement pour comprendre ce qu'on ne me dit pas vraiment.


Non mais une œuvre comme ça, ça marche par projection et par identification. Faut pas attendre qu'on vienne te chercher. Et pourquoi il (Coda j'entends) aurait de l'empathie pour une sorte de masse informe qui ne lui a pas apporté grand chose si ce n'est le perdre un peu plus ? On n'est pas obligé d'être dans l'empathie.

Mais ça veut dire quoi faire le ménage ? C'est juste énervant, non ?


Haha, vu de loin oui, sans doute. Mais en y jouant je sais pas, il y a cette maison accueillante, cette femme de ménage attendrissante un peu timide, un peu maladroite, cette jolie musique, puis cette répétition presque confortable. C'est un peu l'éloge de la banalité (???), j'en sais rien, mais je pouvais sentir le sourire et la bonne humeur de Coda dont Wreden parle en voix-off, je partageais ça avec lui, et je me suis senti complétement heureux en le faisant. C'est pas quelque chose que j'explique facilement, mais c'était fabuleux.
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1796
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Elincia » 10 Oct 2015, 16:27

Y'a une critique assez géniale sur SC : http://www.senscritique.com/jeuvideo/Th ... e/69670790
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1796
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Martin » 10 Oct 2015, 19:15

Sinon pour revenir à la littérature, le truc auquel ressemble beaucoup The Beginner's Guide, c'est Feu Pâle de Nabokov. Un roman qui a énormément fait couler d'encre, mais que je n'aime pas trop personnellement.
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12908
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Elincia » 10 Oct 2015, 23:11

Ca a l'air assez proche en effet.
Avatar de l’utilisateur
Elincia
 
Messages: 1796
Inscrit le: 20 Déc 2013, 22:14
Localisation: Bordeaux

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Le Yéti » 12 Oct 2015, 09:44

J'ai été énormément ému. Je pense que ça m'a parlé, peut-être plus directement que toi Martin, peut-être à cause de l'âge, peut-être à cause de mon taf, je ne sais pas trop. Quand je lis :

C'est au moment où il bosse sur ce jeu que va se réveiller en lui cette volonté de montrer ses jeux au public. A partir de là, ses jeux sombrent progressivement dans la dépression artistique puisqu'il n'arrive pas à marier ses deux hémisphères. C'est le zénith de la pure créativité personnelle auto-centrée, de l'expression d'un état d'âme par l'art.

Je pense que c'est ça, en fait.
(enfin pas le truc sur les hémisphères qui est totalement faux en vrai)

C'est le mariage de deux états opposés, contradictoires. Et quand il parle de dépression, de dégoût, de peur, je trouve qu'il est étonnamment juste. Au moment où tu lis les mots de Coda à la fin du dernier niveau, c'est comme lorsque tu es confronté à ta propre dépression que tu vois enfin, que tu touches enfin... Les portes fermées qu'il faut modder, les labyrinthes infaisables... C'est une manière juste pour moi de montrer ce qu'est la dépression.

Bref.

Mais je comprends qu'on puisse trouver ça prétentieux ou relou. Le début m'a un poil agacé.
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8633
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Nomys_Tempar » 18 Oct 2015, 11:25

Personnellement j'ai trouvé la fin naze, la manipulation dont parle Martin. Le pathos qui suscite un faux whaou-effect (pasque tu comprends il faut en avoir pour son argent). Le narrateur découvre la fin en même temps que nous, mais bien sur...
C'est vraiment dommage car ça nuit à la réflexion et désamorce complètement tout le début du jeu. Là où on aurait envie de refaire le jeu pour transgresser nous-même la fin ne nous permet même pas de le faire.
D'une manière générale je trouve ça trop bavard mais The Stanley Parable l'était aussi un peu parfois.

Les mécanismes de gameplay sont justement utilisés mais j'aurais juste voulu que le jeu prenne plus sont temps là-dessus, en l'état l'attraction de foire n'est souvent pas très loin.

Après j'ai encore une fois la même impression qu'en lisant le billet de Jean-Maxime Moris dans le Games#8 : le mec y connais rien à l'art et à ce que c'est d'être un créateur, et donc il réinvente la roue. Au moins Wreden n'esquive pas son sujet, il faut lui reconnaître ça (même si au début il tente de noyer le poisson : "M'voyez, il y a un moteur de jeu, qui permet de faire des trucs et qui ne permet pas d'en faire d'autres."). C'est bien pour lui et c'est bien pour ceux qui trouvent des choses là-dedans.

D'une certaine manière, c'est un peu comme The Stanley Parable qui, pour moi, reste plus un exercice de style qu'autre chose (au moins formellement). Il fallait le faire, c'est fait, c'est cool, car pour le jeu vidéo en générale il faut des jeux comme ça.
Avatar de l’utilisateur
Nomys_Tempar
 
Messages: 73
Inscrit le: 12 Sep 2015, 20:22

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Le Yéti » 19 Oct 2015, 10:44

C'est drôle, j'aime bien le changement de temporalité ; le narrateur te raconte tout ça avec une distance qui se réduit au fur et à mesure qu'on s'approche de la fin. Je trouve que ça marchait bien. Après c'est toujours étrange, ça brise le contrat que tu as avec une voix-off, ça demande à revoir les conventions qui ont été acceptées au début de l'œuvre.
Il y a la même chose dans Forrest Gump où le héros raconte tout depuis son banc jusqu'au 2/3 du film et puis même si la voix-off et le montage continuent, on est dans le présent, et non plus dans le passé.
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8633
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: The Beginner's Guide [Full spoil ahead]

Messagepar Nomys_Tempar » 19 Oct 2015, 12:39

C'est clair qu'il aurait pu nous dire "Je n'ai pas encore joué au dernier jeu de Coda, je crains un peu se que je risque d'y découvrir, blablabla. Aller courage, découvrons-le ensemble."

Sauf que là, c'est plutôt : "Ha quand j'y ai joué j'ai trouvé que c'était froid, il s'était reclu de l'humanité, blablabla. [deux minutes et quelques marches d'escaliers plus tard] Mon dieu je suis un monstre j'ai fait erreur depuis le début, snif."

Alors qu'en fait ça aurait du être : "Ha quand j'y ai joué j'ai trouvé que c'était froid, il s'était reclu de l'humanité, blablabla. [deux minutes et quelques marches d'escaliers plus tard] Oui c'est bel et bien ma faute, c'est ce que j'ai découvert en jouant a cet ultime jeu, blablabla."

C'est pas tant le fait du décalage temporel, qui a quand même vachement de sens. Mais plutôt qu'il manque a ce moment au narrateur le recul qu'il devrait avoir sur le jeu à cause justement du temps écoulé. Mais non à la place il s’apitoie en faisant l'étonné... On serait tenter du coup de ne pas seulement remettre en cause le début du jeu vis-à-vis d'un narrateur partial mais aussi le fait que ce narrateur ne fait que jouer et simuler ce twist final, ce qui le rendrais assez malhonnête à mon avis.
Avatar de l’utilisateur
Nomys_Tempar
 
Messages: 73
Inscrit le: 12 Sep 2015, 20:22


Retour vers Jeux vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : tapif et 6 invités