RDR: le merlan frit de l'Ouest

Ca rend idiot mais c'est pas grave on l'est déjà.

Re: A quoi jouez-vous en ce moment ?

Messagepar Le Yéti » 24 Sep 2012, 16:29

L'aspect exploration est excellent par contre, je ne dis pas le contraire.
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8706
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: A quoi jouez-vous en ce moment ?

Messagepar Zure » 24 Sep 2012, 16:32

Le Yéti a écrit:Tu peux quand même me laisser apprécier ou pas le fait que se venger est une connerie, non ? Je pense personnellement que la vengeance est une des choses les plus débiles qui puissent exister sur cette planète ; que ce soit Marston ou la vraie vie. Personnellement je regrette d'avoir suivi le point sur la mini-map et je regrette d'avoir tiré.


Nan mais j'ai pas l'intention de faire un débat sur la vengeance avec toi, Dieu m'en préserve. :lol: Et, je pense pas que la fin du jeu soit une réflexion sur la vengeance, c'est juste l'histoire du fils qui est vnr et qui se venge, ça veut pas dire que c'est bien ou mal, juste que lui il décide de se venger. Mais apparemment, c'est un sujet qui te tiens à cœur, donc je sais même pas pourquoi j'ai cherché à reparler de RDR en fait. Never mind, c'est pas grave, no big deal.
Avatar de l’utilisateur
Zure
 
Messages: 11882
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 16:14

Re: A quoi jouez-vous en ce moment ?

Messagepar Le Yéti » 24 Sep 2012, 16:45

Oui, de toute façon cette discussion ressemble aux 600 qu'on a eu avant.

Et il n'y a aucune réflexion sur la vengeance — il n'y a pas le temps. Les séquences sur ce sujet dasn GTA IV sont bien meilleures IMHO.
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8706
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: A quoi jouez-vous en ce moment ?

Messagepar Guy Vault » 24 Sep 2012, 16:48

J'ai acheté une X360 slim spécialement pour RDR, vous vous rendez compte :shock:
Bah, je ne l'ai jamais regretté. Je pense que pour la plupart (pas tous, évidemment) des fans de western spaghetti et d'open world, ce jeu est une pépite. Un incontournable. Il doit être fait !

Après, à titre personnel, je déguste la vengeance lorsque tout est froid, voire congelé. Alors la réaction tiédoune des Marston, je l'ai toujours regardé d'un air amusé.
L’aspect boulet de la famille que pointe Yéti, ça pourrie bien le jeu tout de même. Et le fait d'avoir la possibilité de jouer "quelqu'un d'autre" après le générique de fin, c'est tout simplement génial.

Voilà. j'espère avoir bien fait avancer le débat.
De rien.
Avatar de l’utilisateur
Guy Vault
 
Messages: 995
Inscrit le: 23 Nov 2011, 13:53

Re: A quoi jouez-vous en ce moment ?

Messagepar Poisan » 24 Sep 2012, 16:59

Pas si spaghetti que ça RDR quand même, plutôt très classique genre imbibé de bourbon puis surtout crépusculaire à la Peckinpah.

Intéressant ce que tu dis Yéti, je me pose rarement la question de savoir si je suis en accord avec ce que fait le protagoniste que je dirige. En fait, malgré l'identification, il y a toujours une distance que je mets entre le personnage et moi, comme au cinéma. C'est un autre. Donc c'est une convention assimilée, mais ça vrai que ça vaudrait le coup de la remettre en cause de temps en temps.

C'est peut-être finalement pour ça que j'ai un faible particulier pour les jeux scénarisés "à choix" type point n'click, Walking Dead et co.
Parce que quand j'incarne un psycho de la gachette qui jouit à chaque fois qu'il déchiquète la tronche d'un mec comme dans Max Payne 3, c'est vrai que j’accroche pas trop à la dimension narrative.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2937
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: A quoi jouez-vous en ce moment ?

Messagepar Guy Vault » 24 Sep 2012, 17:23

Poisan a écrit:Pas si spaghetti que ça RDR quand même, plutôt très classique genre imbibé de bourbon puis surtout crépusculaire à la Peckinpah.

Ah, je sais pas trop. La galerie de personnages, le traitement de Marston et l'hymne aux grands espaces me font plus penser à du Leone qu'à du Clint façon Impitoyable, personnellement.
Je le trouve pas si dark que ça, RDR. Ni aussi violent qu'on pourrait le croire. D'ailleurs l'ingrédient "crépusculaire" que l'on retrouve généralement dans les films affiliés à ce courant (la fin de l'Ouest sauvage, du cow-boy solitaire, tout ça), me semble pas être le propos du jeu, surtout lorsque tu tombes sur l'après générique. Bah, après, c'est juste mon ressenti.
Avatar de l’utilisateur
Guy Vault
 
Messages: 995
Inscrit le: 23 Nov 2011, 13:53

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Poisan » 24 Sep 2012, 17:30

La fin de l'Ouest sauvage, c'est quand même le thème principal du jeu non ?
Rien que l'ouverture pose d'emblée le décor.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2937
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Guy Vault » 24 Sep 2012, 17:33

Oui, mais le jeu fait une boucle qui colle pas trop par rapport au "cow-boy solitaire, capable de faire justice soi-même". C'est ce que je veux dire.
Après, je conçois que le jeu soit classé dans la catégorie crépusculaire par ses créateurs. Mais je n'y retrouve pas les références. RDR, pour moi, c'est du même tonneau qu'Il était une fois dans l'Ouest. Pour ça que les joueurs qui aiment ce genre d'ambiance devraient sauter sur RDR. Il comporte beaucoup d'éléments de ce cinéma-là (aussi). Voilà ce que je voulais dire à la base^^
Avatar de l’utilisateur
Guy Vault
 
Messages: 995
Inscrit le: 23 Nov 2011, 13:53

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Le Yéti » 24 Sep 2012, 17:43

Je pars du principe que je suis prêt à accepter n'importe quel état d'esprit à partir du moment où c'est bien amené.

Je déteste les films de revanche, ça me débecte au plus haut point sauf quand c'est bien fait. Typiquement dans The Bourne Supremacy, la mort du personnage est formidablement faite et la croisade dans laquelle se lance Bourne est finalement assez peu meurtrière et elle a du sens, surtout lorsqu'il fait un transfert sur une fille qu'il a rendu orpheline des années plutôt et qui lui sert de rédemption.
Moi la rédemption de RDR je la cherche encore : se sacrifier pour sa famille à la fin ? Suivre les ordres des mecs du gouvernement (hyper mal écrits d'ailleurs) ? Buter de méchants mexicains homosexuels ? Je sais pas. J'ai pas compris où le jeu voulait aller. Surtout qu'il y a dans les deux premières heures une alternance de génie et d'horreur. Au début du jeu, tu meurs. Putain ça donne envie. Mais ensuite toute les séquences au ranch, l'histoire d'amour qui se crée, l'ouverture du monde, etc. est fantastique.
Et puis ça retombe et ça ne redécolle jamais.
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8706
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Sachka » 24 Sep 2012, 17:53

Poisan a écrit:La fin de l'Ouest sauvage, c'est quand même le thème principal du jeu non ?
Rien que l'ouverture pose d'emblée le décor.


A aucun moment j'ai eu l'impression que ça se passait en 1911. Coller une bagnole ne suffit pas à mettre en scène "la fin de l'Ouest sauvage" qui a eu lieu depuis longtemps à ce moment-là.
Avatar de l’utilisateur
Sachka
 
Messages: 4366
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 23:19
Localisation: Lyon

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Neilunik » 24 Sep 2012, 20:33

Pour ma part, je considère la fin de l'ouest sauvage comme le réel thème du jeu et non pas la rédemption. Il y a dans Red Dead Redemption une dimension incontestablement historique. 1910 - l'année où se situe l'action - est un moment assez tardif pour un western : les Etats-Unis ont amorcé la modernisation de l'Ouest en commençant à fournir des denrées primaires comme l'eau et l'électricité puis doucement mais sûrement un cadre. On assiste donc à la fin de l'Ouest sauvage. S'opposent, et se mélangent un monde dit "civilisé" et un monde dit "sauvage". Chacun ont leurs codes et leurs valeurs ; d'un côté il y a une société urbanisée, industrialisée, éduquée mais mais avec son lot nouveaux problèmes d'un autre une société rurale agricole quelque peu laxiste sur les mœurs de la civilisation (car elle les ignore). Cette cohabitation crée forcément une friction voir un rapport de force entre ces deux époques. J'ai trouvé que Rockstar dépeignait avec brio la déchirure que constitue ce passage à témoin.

Marston m'a laissé plus ou moins de marbre durant l'aventure mais un passage provoque une communauté de sentiment entre le joueur et le héros c'est lorsqu'on arrive pour la première fois à Blackwater. Tu ressens les angoisses du héros. La ville est angoissante car étrangère à ce moment là de la partie. Le glissement progressif de l'Ouest du Western classique au centre urbain est quand même la chose la plus importante de Red Dead.

La vieille relique du passé qu'est Marstondoit laisser place, malgré sa volonté de réformation, à quelque chose qu’il lui est autre. La scène presque finale démontre magistralement que les deux époques sont encore confondues. Le droit, la loi, la civilisation, le progrès, l’Homme triomphent du sauvage, du hors-la-loi, du terreux, du violent, par des moyens extra-légaux. Cette exécution, plus proche du guet-apens du « outlaw » de base que de l’acte coercitif, est la manifestation d’une Amérique en pleine transition. Le "progrès" n'est pas l'horizon de l'histoire ou le point que l'on vise universellement sans cesse, il est plutôt le produit d'un rapport de force. RDR dit explicitement qu'on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs.

En y repensant le jeu ne brille pas par sa superbe reconstitution de l'Ouest américain ou son ambiance mais aussi par une remise en contexte spatio-temporelle que j'ai trouvé brillante (en tout cas en JV). Ils dénaturalisent les fondations de l'Amérique moderne, ils exposent à la face du joueur que non le "progrès" ne s'impose pas parce que c'est meilleur mais par un affrontement, idéologique, social et physique. La révolution industrielle sous-tend quelques frictions, et on le voit, on le vit dans Red Dead.
"Personne ne le console, sauf la sienne !" Klub des 7
@Neilunik
Avatar de l’utilisateur
Neilunik
 
Messages: 107
Inscrit le: 16 Juil 2012, 09:56

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar upselo » 25 Sep 2012, 07:25

Perso, au dela de la question de l'identification avec Marston, j'ai eu du mal à comprendre ses motivations à lui. Entre son attitude passive de larbin (laissant nous mener par le bout du nez par le gentil docteur et tous les autres), son skill et son influence sur les événements surabusés (j'influence toute la révolution mexicaine, j'extermine les derniers indiens sans oublier les bisons), son sens moral de girouette (et si on butait du mexicain à la pelle et qu'on fournissait des femmes à violer au général ?), sa psychologie est à géométrie bien trop variable.
Sinon, j'avais beaucoup aimé comme le Yéti la phase du début au ranch, et pas comme lui, les phases anodines de la fin (ne serait-ce que parce que ça créé une attente, une tension, palpables chez le joueur), avec une galerie de persos sympas (le shérif et Bonnie surtout, mais sa famille bancale me plait aussi). Et le côté MMO solo avec les défis chasse et cueillette, c'était merveilleusement prenant.
Avatar de l’utilisateur
upselo
 
Messages: 1106
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:52

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Poisan » 25 Sep 2012, 10:46

Plutôt d'accord avec upselo. Dans le scénario, ce sont les parties "calmes" qui me bottent le plus - le début au ranch est effectivement merveilleux, et la fin très belle aussi. Entre les deux, les missions sont plutôt décevantes et c'est vrai qu'il y a pas mal d'incohérences dans le personnage de Marston (ce qui ne m'a pas gêné tant que ça ceci dit).

Mais encore une fois, je suis persuadé que le cœur du jeu n'est pas là, mais plutôt dans l'environnement, le paysage, l'open-world, tout le côté MMO dont tu parles, etc. Au final, c'est vraiment cette partie-là qui marque l'expérience de RDR.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2937
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Le Yéti » 25 Sep 2012, 10:48

Neilunik a écrit:Marston m'a laissé plus ou moins de marbre durant l'aventure mais un passage provoque une communauté de sentiment entre le joueur et le héros c'est lorsqu'on arrive pour la première fois à Blackwater. Tu ressens les angoisses du héros. La ville est angoissante car étrangère à ce moment là de la partie. Le glissement progressif de l'Ouest du Western classique au centre urbain est quand même la chose la plus importante de Red Dead.

Oui. Oui oui oui. Mais c'est trop court. Au lieu de s'éterniser sur la ferme, ils auraient du bosser leurs missions en ville. Ce retour en voiture, l'Indien qu'il faut soigner, le bateau échoué, les bisons... tout cela est réussi mais ça ne dure pas assez longtemps ou ça n'est pas assez joué pour pouvoir fonctionner totalement je trouve.
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8706
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Zure » 25 Sep 2012, 13:06

ça me rappelle que le seul truc que j'ai trouvé vraiment naze dans RDR au niveau scénar c'est le Mexique parce que là le jeu aurait dû te permettre de choisir clairement ton camp et ne l'a pas fait, en plus c'était vraiment pas compliqué à faire.
Avatar de l’utilisateur
Zure
 
Messages: 11882
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 16:14

Précédent

Retour vers Jeux vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités