RDR: le merlan frit de l'Ouest

Ca rend idiot mais c'est pas grave on l'est déjà.

RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Le Yéti » 28 Sep 2010, 18:12

READY ?
STEADY ?
GO!!!

Perso je reviendrais dire tout le bien et le mal que je pense de RDR. Mais là ce soir j'ai rendez-vous avec Max Ophüls :)
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8631
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Nicolas » 28 Sep 2010, 18:13

GGGOOOOO !!! :twisted:
Avatar de l’utilisateur
Nicolas
 
Messages: 353
Inscrit le: 27 Aoû 2010, 15:55
Localisation: Paris

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Martin » 28 Sep 2010, 18:51

Alors moi j'ai pas joué à RDR.

Oui ça commence bien.

Mais comme vous discutiez Westerns, j'en profite pour dire que même si j'aime Léone et surtout Peckinpah, je crois que je préfère encore les westerns classiques, genre les John Ford des années 40-50... La Prisonnière du désert est un film que je trouve parfait, avec un Wayne très ambigu, presque effrayant, et puis quand il empoigne la fille après des années de quête et qu'il la ramène... J'aime aussi le côté optimiste, yeah on est en Amérique on peut résoudre nos problèmes de My Darling Clementine.

Et puis les Hawks, mais Rio Bravo est pas mon favori, je préfère la Captive aux yeux clairs et La Rivière Rouge, ce dernier avec une fois de plus un Wayne terrifiant...
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12907
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Poppy » 28 Sep 2010, 20:29

J'ai joué à RDR...

J'ai jamais aimé les westerns de l'age d'or, sauf quand j'étais tout petit. Et encore, c'était surtout parce que j'avais le droit de regarder la télé le mardi soir et que sur FR3 c'était souvent des westerns... Maintenant, Télérama a beau me dire que c'est génial et tout, non, je trouve ça vieux et ringard. Sans déc, les mecs rasés nickel, avec des belles chemises et de jolis foulards colorés, les indiens tout propres... c'est super toc, ça colle pas du tout avec ce que j'attends de l'aventure dans l'ouest américain. Je sais pas, il y a une sorte de tradition cinéphile française qui consiste à trouver ces films géniaux qui m'échappe un peu...

Par contre, Jeremiah Johnson, là c'est OK. Là il y a un ouest sauvage qui ressemble à quelque chose.
Dernière édition par Poppy le 28 Sep 2010, 20:55, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Poppy
 
Messages: 4860
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 17:30

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Martin » 28 Sep 2010, 20:53

Poppy a écrit:J'ai joué à RDR...

J'ai jamais aimé les westerns de l'age d'or, sauf quand j'étais tout petit. Et encore, c'était surtout parce que j'avais le droit de regarder la télé le mardi soir et que sur FR3 c'était souvent des westerns... Maintenant, Télérama a beau me dire que c'est génial et tout, non, je trouve ça vieux et ringard. Sans déc, les mecs rasés nickel, avec des belles chemises et de jolis foulards colorés, les indiens tout propres... c'est super toc, ça colle pas du tout avec ce que j'attends de l'aventure dans l'ouest américain. Je sais pas, il y a une sorte de tradition cinéphile française qui consiste à trouver ces films géniaux qui m'échappe un peu...

Par contre, Jeremiah Jonson, là c'est OK. Là il y a un ouest sauvage qui ressemble à quelque chose.




Aaaah Eddy !

Je sais pas si les westerns de l'âge d'or sont si propres que ça... Wayne notamment est à son zénith quand il joue des salauds pour moi... Les personnages de ces westerns de l'âge d'or sont souvent plus ambigus qu'on le croit au départ... Le baroque sanguignolant des seventies c'est bien aussi, mais c'est pas forcément plus réaliste ou plus subtil....

Mais bon j'avoue que j'ai un côté très cinéphile qui adore l'âge d'or hollywoodien, y compris dans ses côtés naïfs, je suis par exemple mordu de Capra, La Vie est belle (avec James Stewart hein) est un des films qui me touche le plus...
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12907
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Poppy » 28 Sep 2010, 21:03

Je ne suis pas sur qu'on puisse dire de Jeremiah Johnson qu'il est baroque sanguinolant. C'est un Pollack hein. Tu l'as vu ? La nature y est filmée de façon magnifique.
Avatar de l’utilisateur
Poppy
 
Messages: 4860
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 17:30

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Nicolas » 28 Sep 2010, 21:24

Jeremiah Johnson a l'air magnifique... Je vais essayer de le voir.
Avatar de l’utilisateur
Nicolas
 
Messages: 353
Inscrit le: 27 Aoû 2010, 15:55
Localisation: Paris

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Martin » 28 Sep 2010, 21:25

Image

Je croyais que oui, mais je confonds avec un Altman... John McCabe... Pas génial d'ailleurs, belle photo de western neigeux, mais très marqué libération sexuelle les pieds dans le plat (hmm est-ce fort adroit comme formulation...) et du coup un peu daté.

Mais bon je pensais plutôt à Peckinpah / Léone... Enfin sanguignolant est mal choisi, c'est plutôt crados que je voulais dire...

Image

Sinon en western y'a aussi la bédé franco-belge... J'adore Blueberry par exemple...
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12907
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Zure » 28 Sep 2010, 21:31

Comme Martin, et même si j'aime Leone (Peckinpah par contre pas des masses à part Pat Garrett), j'adore les westerns de Ford et toute la période classique du western. The Searchers fait partie de mes 10 films préférés ever d'ailleurs (aux côtés de Transformers :mrgreen: ). Jeremiah Johnson aussi est fabuleux ou The Sundance Kid.

Ce que j'aime beaucoup dans RDR justement c'est qu'il ne se contente pas de singer Leone comme j'aurais pu m'y attendre.

il y a une sorte de tradition cinéphile française qui consiste à trouver ces films géniaux qui m'échappe un peu...


Heu si tu considères que l'ouest sauvage dans The Searchers ne ressemble à rien, je crois que t'hallucines. Aucun film n'a montré les étendues de Monument Valley mieux que lui. Ensuite y a pas que les cinéphiles français qui adorent hein, t'as plein de réal américains qui en sont fans. Moi j'ai strictement rien d'un cinéphile (Vinz pourra confirmer :mrgreen: ) et pourtant je suis méga fan.
Avatar de l’utilisateur
Zure
 
Messages: 11835
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 16:14

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Sachka » 28 Sep 2010, 21:38

As I write, for example, a normally sceptical technology site has just creamed its metaphorical elasticated cargo pants over Red Dead Redemption, gibbering: “The storytelling rivals cinema.”

Well, sure, Redemption is a teensy bit like the longest and most boring western ever made, except with really ugly digital faces and a psychopathically repetitive emphasis on murdering furry animals. Yet, for all its Morricone-esque whistling and the no-doubt-tremendous efforts of the ‘Senior Ambient Designers’ namechecked in the world’s most tedious credits sequence, to pretend it rivals cinema is to insult even the most workmanlike sub-Leone or sub-Ford genre movie.

Crucially, in Redemption there is no flow, no natural back-and-forth, to the dialogue. As I was playing it, the chasms of time that yawned between one character’s line and the other character’s response forced me to spend what seemed like subjective eternities contemplating the cruel meaninglessness of the cosmos. I was pushed further into melancholy when I learned that I could ‘purchase and rent properties’, because being a pretend buy-to-let entrepreneur is apparently still so enticing even in these straitened economic times. Eventually I was driven to such depths of nihilistic despair that I shot and skinned my own horse. When I then wistfully whistled for my freshly assassinated equine friend, an entirely different horse turned up to take his place, not turning up a nostril at the flayed corpse still steaming on the ground.


http://www.next-gen.biz/blogs/rosebud-was-his-horse

:mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Sachka
 
Messages: 4366
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 23:19
Localisation: Lyon

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Zure » 28 Sep 2010, 22:03

ouais mais là on touche un truc chaud. Parce que dans un jeu open world t'es obligé de ménager la chèvre et le chou.

En gros, tu dois faire un overworld cohérent visuellement, artistiquement, etc. Et tu dois offrir au joueur un confort de jeu ce qui veut dire par exemple dans RDR que si tu perds ton cheval pour x raisons dans le jeu au milieu de la pampa, bin tu siffles et un nouveau apparaît (pas forcément le même d'ailleurs) et effectivement c'est "choquant" mais d'un autre côté, te taper toute la trotte à pied, ça peut devenir problématique. Dans Oblivion t'as la téléportation aussi. Après quand t'es hardcore comme moi, tu joues roleplay et donc tu t'en sers pas, comme dans RDR si je perdais mon cheval je rentrais à pied et je m'en achetais un nouveau mais c'est pas viable d'imposer ça à tous les joueurs. Donc le cheval c'est un exemple mais t'as plein d'éléments qui peuvent paraître débiles mais qui doivent figurer dans un jeu de ce type.

La cueillette plein de gens trouvent ça débile mais qui joue à un jeu comme un fermier, c'est typiquement les à-côtés QUI DOIVENT être présent, comme les pigeons dans GTAIV et les drapeaux dans Assassin's Creed. C'est de la mécanique pure de JV ça, c'est pas de la littérature ou du cinéma.

J'ai pas envie dans un jeu de suivre nécessairement un scénario tracé par des gens sauf si c'est du ride pur à la Uncharted et même là j'ai les mécaniques de gunfight qui compensent l'aspect scénar, parce que dans les moments ou je flingue c'est moi qui fait ma sauce. Et les jeux purement narratifs à la Heavy Rain, ouais, j'aime bien comme un trip ponctuellement comme ça, mais Heavy Rain je l'ai déjà oublié quoi, je veux dire ce jeu j'en ai rien à foutre, j'ai bien aimé sur le moment mais voilà quoi. Parce qu'au final dans ce jeu j'étais maître de rien du tout, et tous les choix étaient complètement artificiels finalement. Le mec il aurait dû aller prendre des cours chez Bioware au lieu de nous casser les couilles avec sa révolution vidéoludique.

Après dans un RPG et à la limite j'associe un peu RDR ou GTA à du RPG dans le sens où tu peux choisir jusque dans une certaine mesure certains éléments notamment de moralité (type dans GTA je ne tue jamais d'innocents) moi ce qui m'intéresse c'est pas l'histoire de John Marston, c'est la manière dont je peux m'approprier l'univers. Dans RDR ce que j'ai préféré dans tous le jeu, c'est mes séances de chasse quand je bossais les challenges et que je partais à l'aventure à la recherche de telle ou telle espèce.

Pour moi, et je dis pas que j'ai raison, mais toute mon expérience de joueur m'a conduit à ceci : c'est qu'on peut pas faire de la narration dans un JV qui soit aussi efficace que dans un film ou un roman. Et surtout on doit pas chercher à le faire. Parce que si tu fais ça, tu nies complètement la liberté du joueur, tu l'obliges à être sur des rails. Même des RPG hyper linéaires et story driven comme FFXIII te laissent farmer si tu le souhaites et donc t'éloigner de l'histoire.

Si t'enlèves ça t'as plus de jeu, t'as du film interactif à la Heavy Rain, c'est le meilleur exemple du truc même en mettant de côté le scénario banal, tu prends le même jeu avec un scénar génial ça change rien au fait qu'en tant que joueur tu fais strictement rien. Et tes choix genre échouer ou pas à tel endroit ça change rien c'est totalement artificiel.

RDR te permet de suivre un scénar qui vaut ce qu'il vaut certes, qui est pas digne de La Prisonière du Désert, certes, mais qui se suit avec un certain intérêt quand t'es un minimum fan du genre et surtout il te permet de faire ta life dans l'univers du jeu.

Enfin, je sais pas à la base si on joue, c'est pas pour se taper les limitations d'un film ou d'un bouquin, sinon ça sert à rien de jouer.

Après je dis pas que le scénar n'est pas important hein, mais il doit pas prendre le pas sur le gameplay et sur l'interactivité. J'aime bien avoir un scénar sympa et des persos qui m'intéressent. Je suis fan de Bioware justement pour ça, parce qu'à la fois ils font des purs scénars et à la fois ils ont des mécaniques RPG super bien branlés dans lesquelles tu peux passer des plombes pour tweaker tel ou tel truc.
Avatar de l’utilisateur
Zure
 
Messages: 11835
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 16:14

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Sachka » 28 Sep 2010, 22:18

C'est exactement les raisons pour lesquelles j'ai pas compris qu'on nous impose un scénario dans RDR, et surtout un aussi chiant.
Pourquoi ne pas avoir fait un vrai monde ouvert, avec toutes les options à dispo, et la totale liberté de choisir telle ou telle carrière, de flirter avec x et d'être pote avec y ?

Je suis d'accord avec la citation de l'anglais ci-dessus, c'est inutile de singer le cinéma avec du jeu vidéo : ce n'est pas le même langage.

Par contre y a des jeux qui réussissent à conduire un vrai scénario, avec une vraie narration de jeu vidéo (ça va, pas la peine que je cite d'exemple ? :mrgreen: )
Avatar de l’utilisateur
Sachka
 
Messages: 4366
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 23:19
Localisation: Lyon

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Martin » 28 Sep 2010, 22:24

Sachka a écrit:C'est exactement les raisons pour lesquelles j'ai pas compris qu'on nous impose un scénario dans RDR, et surtout un aussi chiant.
Pourquoi ne pas avoir fait un vrai monde ouvert, avec toutes les options à dispo, et la totale liberté de choisir telle ou telle carrière, de flirter avec x et d'être pote avec y ?


Si on en croit les rumeurs et qu'on lit entre les lignes, les Houser auraient un peu fait leur star sur le jeu, genre je balance des ordres depuis NY avec des changements fréquents et des contraintes de temps délirantes... Je crois que pas mal de monde a pété un cable à Rockstar San Diego, au point que ça a même fait un mini scandale... M'étonnerait pas que ce soit cette envie de faire auteur déjà bien reloue dans GTA IV qui explique ce que tu ressens.

Après faudra que j'essaye RDR quand il sera pas cher, et les épisodes de GTA, mais après une vingtaine d'heures de plaisir au départ puis de frustration croissante sur le IV j'ai juste compris que j'aimais pas la direction que prenait la série et ça m'a pas mal dégoûté de retoucher à un autre produit Rockstar. Dans GTA IV il y a de telles erreurs de design que ça me hérisse, malgré toutes les évidentes qualités du jeu...
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12907
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Poppy » 28 Sep 2010, 23:53

Sachka a écrit:C'est exactement les raisons pour lesquelles j'ai pas compris qu'on nous impose un scénario dans RDR, et surtout un aussi chiant.


Qu'est-ce qu'il a de chiant le scénario de RDR ? Moi, il m'a plu, en tous cas pour un JV. J'aimerais bien qu'on m'explique.
Avatar de l’utilisateur
Poppy
 
Messages: 4860
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 17:30

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Le Yéti » 29 Sep 2010, 00:00

J'élude doucement la discussion sur le western pour une raison que j'évoque ici rapidement. Le western est un sous-genre, au sens où il peut être à la base un film d'action, un film d'aventure, un drame, une comédie, etc. Potentiellement tous les western se ressemblent plus ou moins parce qu'ils se passent dans des décors similaires, avec des personnages similaires. Comme un film de zombie, comme un film de vampire, comme un space-opéra, l'intérêt — pour moi — vient des différences que possède le film par rapport au genre. Par exemple : les Leone sont baroques, esthétisant, The Missing (de Ron Howard, je vais me faire insulter) est gore et brutal, etc.

RDR c'est juste — mais c'est déjà pas mal — un western. La thématique principale du jeu c'est, comme ça a été déjà dit dans l'autre topic, l'arrivée de la modernité et la disparition des derniers hors-la-loi, la fin de ce pays de non-droit, la pouvoir du gouvernement, etc. Mais il le fait juste mal du début à la fin.

Ceux qui sont pas intéressés par la narration là, ils peuvent arrêter de lire parce que je vais commencer à être relou.

Pour moi RDR fait de nombreuses erreurs fatales qui me conduisent à ne pas aimer le jeu.

Premièrement, le héros.
John Marston n'a rien d'aimable. Je l'ai déjà dit ici, il se fait porter de plans foireux en missions merdiques, cavale pendant des heures pour des clopinettes. J'attends d'un personnage de jeu vidéo qu'il ne se laisse pas marcher sur les pieds ou alors s'il le fait, il le fait avec une bonne raison, parce qu'il a un objectif et que taper du poing sur la table devient un obstacle. Si Niko Bellic ne bute pas le premier connard qui le fait chier dans GTA IV, c'est parce qu'il a besoin de ces retardés pour avancer et monter dans l'échelle sociale. Rien ni personne n'empêche Marston de mettre un flingue dans la bouche de l'Irlandais et de lui faire sauter la cervelle à la première connerie. Surtout dans un monde comme le western, montré comme un monde sans pitié, cruel, violent... mais pas pour notre petit gentil John Marston.

Mais pourquoi est-il aussi raté ce personnage ?

Grand Deux : le super-objectif du personnage.
John Marston veut sauver sa famille, retenue prisonnière par les méchants du gouvernement. Erreur fatale : cette famille n'existe pas. On ne la voit pas et il en parle finalement assez peu dans la première partie. Plus on avance plus on a des infos mais — Hitchcock vous le dira — une chose qui est dite et non montrée est une chose perdue pour le spectateur. Résultat, j'en avais rien à foutre. RIEN À FOUTRE DU TOUT.
Exemple cinématographique : dans Man on Fire de Tony Scott. Quand Denzel se réveille au milieu du film tout le monde lui dit "la petite fille est morte" et lui se lance dans une croisade revancharde dégoûtante et au final, surprise, what?, la petite fille est vivante en fait. Et ben ouais. Elle serait vraiment morte, j'aurais peut-être accepté de voir l'autre negro buter des types mais en fait non.
Et là où RDR touche au sublime, c'est que John Marston se fait buter deux fois comme une grosse merde. Je laisse de côté la deuxième fois — on va dire que c'est une bonne idée même si c'est loin d'être agréable — mais la première fois tu as juste envie de dire : "pourquoi j'ai payé un jeu 60€ et que mon perso meurt comme une bite dès le premier quart d'heure ?"

Grand Trois : Des Dialogues Qui Ne Servent À Rien.
Chez Rockstar on aime parler. C'est cool quand ça a du sens, c'est cool pour occuper l'esprit pendant que tu conduis ou que tu te balades en ville. Dans RDR, les dialogues, de longues tirades ponctuées par des borborygmes signés John Marston, ne parlent pas de grand chose. Les missions avancent et s'arrêtent brutalement sans vraiment arriver à une fin. Au Mexique le vieux dans la première ville a trois misérables missions et on en parle plus jamais. Pareil pour le Doc à Blackwater. Les intrigues secondaires, sensées porter le squelette d'un personnage peu bavard et obsédé par une seule chose — sauver sa famille —, sont juste merdiques puisqu'elles ne racontent rien et ne sont que des tutoriaux déguisés ou de longues séances de cheval puis du shoot & cover.
Typiquement le passage en train au début : des gens parlent, Marston écoute. Ils ne disent rien. Marston ne pense rien. Et ça va être comme ça pendant les vingt heures que durent cette longue odyssée.

Grand Quatre : Roleplay
Je joue roleplay aussi. Dans RDR, toutes les choses un minimum roleplay sont juste reloues. Typiquement : la cueillette et la chasse sont plombées par ce plan ridicule, ce sang dégueulasse et ces remarques à la con. Marston le silencieux, le type renfermé peut pas s'empêcher de déblatérer des conneries. Pareil quand il loote les ennemis. Ça me sort complètement du personnage, qui dit rien 99% du temps. C'est gimmick, relou et long, avec de gros morceaux de merde dedans. J'avais envie de casser ma manette à chaque fois que je devais farmer un truc. Je me suis cru dans Monster Hunter avec les 3h que passe le perso près d'une plante pour cueillir deux feuilles.
Je siffle et un cheval débarque. Mais oui, bien sûr. Je m'attendais à une vraie communication avec le cheval, limite une simu à la Léa Passion Cheval! C'est un putain de western, ton cheval c'est ton meilleur ami, sans lui tu crèves comme une merde dans la nature ! Là, il meurt — souvent à cause d'un bug à la con — ? Pas grave, tu en appelles un autre qui vient le remplacer.
Dernier point coté roleplay : les quêtes secondaires. Sachka a déjà tout dit. Mais à l'aide. Quand j'ai donné les fleurs au mari, j'ai pensé très fort "si sa femme est morte j'arrête de jouer". Et c'est ce que j'ai fait. Pour toujours.

Je suis prêt à débattre. Par contre je veux pas entendre de "le jeu vidéo c'est pas du cinéma". Le jeu vidéo, le cinéma, la littérature, la bande dessinée... chaque art à sa façon particulière de raconter des histoires. Mais une chose est certaine : le jeu vidéo a besoin de personnages identifiables, d'objectifs clairs et d'enjeux forts. Tu vas pas jouer à un jeu où tu es un boulanger qui doit faire un truc avec des pots de fleurs pour éviter qu'il pleuve. Non. Tu es un plombier qui saute, tu dois atteindre le bout du niveau pour sauver la princesse. Point final.
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8631
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Poppy » 29 Sep 2010, 00:19

Sachka a écrit:Je suis d'accord avec la citation de l'anglais ci-dessus, c'est inutile de singer le cinéma avec du jeu vidéo : ce n'est pas le même langage.


C'est pas ce que dit le mec. Je n'y vois pas de critique de RDR, juste qu'il n'est pas d'accord avec un gars, qui si j'ai bien compris n'a rien à voir avec le jeu, et qui dit que le scénario vaut celui d'un film.

As-tu des éléments qui montrent que RDR cherche absolument à singer le cinéma ? Il y a justement plein de choses dans le jeu qui montrent le contraire ! Oui, il cherche aussi à raconter une histoire, mais comme n'importe quel jeu aujourd'hui.

Ce que tu dis s'applique à mon avis plus à Heavy Rain qu'à RDR.
Avatar de l’utilisateur
Poppy
 
Messages: 4860
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 17:30

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Zure » 29 Sep 2010, 00:43

@Yéti :

Le problème de tout ça c'est que ça refléte ton point de vue, donc c'est intéressant, mais d'un autre côté c'est totalement subjectif. J'ai pas du tout ton ressenti sur l'histoire que je trouve assez pertinente, hors séquence mexicaine (et encore elle me choque plus parce que j'aime pas les personnages indécis à la base). Pour moi, Marston c'est un mec qui se fout de tout parce qu'il sait avant même que le jeu commence dans l'introduction quand il écoute les conversations du train que son monde est mort et que par extension sa manière de vivre l'est aussi et que donc il l'est aussi quelque part. Il va bientôt devenir un vestige, une relique. A partir de là, il s'en branle. Servir une cause ou pas, défendre la veuve et l'orphelin ou pas, tuer untel ou pas, ça n'a plus de sens, puisque sa vie n'a plus aucun sens que sa famille soit sauvée ou pas. Sa finalité c'est qu'il recherche la mort, sa famille, sa rédemption, c'est des prétexte à la con, une dernière tentative de s'accrocher à la vie, à une chimère. Tout le jeu reflète ça et sa manière de ne jamais se sentir impliquer dans rien, c'est justement parce qu'il en a rien à foutre de rien.

Et si tu considères que les dialogues entre les gens au début ne servent à rien, c'est assez bizarre. Ce que les gens disent au début, pas leurs propos à eux, mais leurs significations, c'est que l'ouest est mort. C'est ça le truc. C'est des gens qui parlent de moralité, de religion, de bienséance, etc. C'est des vieilles, une jeune femme, un curé qui voyagent, un truc presque inimaginable dans l'ouest d'avant qui aurait dévoré des gens sans défense comme ça.

Moi j'ai considéré que justement les dialogues de RDR étaient globalement géniaux par rapport à l'histoire et souvent super marrants en bonus comme souvent chez Rockstar.

Mais bon, au final, c'est un peu pointless d'en débattre puisqu'au final, personne ne changera ses positions. Ceux qui pensent que c'est de la merde continueront à le penser et les autres continueront de penser que c'est génial et que ceux qui pensent que c'est de la merde n'ont rien compris. :lol:

Sinon.

Exemple cinématographique : dans Man on Fire de Tony Scott. Quand Denzel se réveille au milieu du film tout le monde lui dit "la petite fille est morte" et lui se lance dans une croisade revancharde dégoûtante et au final, surprise, what?, la petite fille est vivante en fait. Et ben ouais. Elle serait vraiment morte, j'aurais peut-être accepté de voir l'autre negro buter des types mais en fait non.


Déjà quand il se lance dans la croisade, il est persuadé que la petite fille est morte et personne ne lui dit le contraire. Donc je vois pas très bien pourquoi il aurait dû s'abstenir ? Ensuite, quel est le problème d'exercer une vengeance à la base ? Hormis des considérations morales qui sont une affaire de point de vue. Tu trouves ça choquant, je trouve ça très indiqué puisque dans le contexte du film, ces mecs-là même s'ils n'ont pas tués la gamine l'ont enlevé et on enlevé des dizaines d'autres personnes. Et vu le degré de corruption montré dans le film, on sait qu'ils n'auraient jamais été inquiétés par la voie légale. Dès lors, comme la justice n'existe pas à la base, pourquoi ne pas la faire soi-même ? En général, on est toujours mieux servi par soi-même hein. Donc, bin il fait sa justice en utilisant ses compétences puisque comme le dit Christopher Walken, sa compétence c'est de tuer.

Moi si je savais tuer très efficacement et si j'avais l'entraînement adéquat, je serais aussi un vigilante. D'une part parce que c'est le fire, c'est comme faire le nettoyage de printemps de ton appart mais avec les bad guys. La moralité de l'acte c'est un point de vue. Tu n'es pas un criminel si tu tues des raclures, tu rends un service. Etre un criminel c'est s'en prendre à des innocents, ou des êtres intrinséquement purs et bons. Les mecs que Denzel démontent dans Man On Fire ne répondent à aucun de ces critères. C'est juste des blattes et une blatte ça s'écrase.
Avatar de l’utilisateur
Zure
 
Messages: 11835
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 16:14

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Le Yéti » 29 Sep 2010, 00:57

Le problème de tout ça c'est que ça refléte ton point de vue, donc c'est intéressant, mais d'un autre côté c'est totalement subjectif.

Non. C'est une question de technique. L'hésitation et la mollesse de Marston sont un problème. Après, que tu prennes ça pour quelque chose de cool oui c'est subjectif. Mais un film avec un personnage comme Marston ça s'appelle Twilight. Et encore Bella a un vrai objectif.

Sur Man On Fire: le problème c'est qu'on ne voit pas la petite fille morte. Donc je sais qu'elle est pas morte. Donc je le trouve réactionnaire et con.

Ensuite sur ta sortie sur le fire... On est pas du tout d'accord. Mais bon, si on commence à parler moralité ici, on est pas sorti de l'auberge. Moi ce genre de comportement ça me dégoûte, ça me fait gerber. C'est comme ça. C'est ma façon de voir les choses.
Image
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8631
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Sachka » 29 Sep 2010, 01:53

Ah merci le Yéti d'avoir pris la peine de noter tout ça ! J'aurais pas eu le courage mais je suis complètement d'accord avec tous tes points.

Héros creux et incohérent, dialogues insipides, situations grotesques... J'avais presque oublié à quel point c'était mauvais en fait :mrgreen:
Sérieux, je repense au dialogue du début avec Bonnie, genre "oh vous avez l'air bien mystérieux monsieur" / "nan mais laisse tomber" / "mais quel secret ténébreux cachez-vous ?" / "nan mais laisse tomber je te dis" / "Allez dites-le moi" / "ok je suis un ex méchant" / "oh mon dieu... bon, on va voir les vaches ?" :(

A propos des fleurs, je veux bien que ce soit un mécanisme de gameplay de ramasser des trucs - hautement inventif comme gameplay - mais je sais pas, il pouvait pas en faire qq chose ? Les bouffer pour se soigner, ou n'importe quoi... Là c'est juste ridicule ces quêtes vu l'enjeu dramatique à côté.

Idem pour les chevaux, oui certes c'est pratique, mais là ça vire au n'importe quoi. A l'époque tuer un cheval c'était super grave. Là tu peux le tuer, le dépecer, et en siffler un autre.

@ Poppy : ben je sais pas, mais comme j'y vois un amoncellement de clichés et des personnages creux, j'ai du mal à trouver le scénario intéressant. Marston est antipathique, pour moi il peut crever comme un bon vieux réac passéiste qu'il est, et sa famille que j'ai toujours pas vue au point où j'en suis, rien à cirer non plus, comme disait le Yéti. J'ai pas vraiment envie de le regarder rigoler en dépeçant des trucs, ou se faire bananer par le premier débile venu. J'arrive pas à m'intéresser à lui.
Et sinon je crois que le modèle du western est quand même assez évident pour tout le monde, et mis en avant par les "auteurs". Mais voilà, ça n'a au final pas grand chose de comparable.


Sinon j'ai lu aussi ces choses sur l'ambiance pourrie qui semble avoir régné pendant le développement, comme évoquait Martin, et je pense effectivement que ça a dû jouer sur le résultat final. C'est ça qui me fait râler aussi, ça aurait pu être tellement meilleur. Que ce soit au niveau du scénario, de la narration ou même du gameplay, parce que c'est pas folichon non plus.
Avatar de l’utilisateur
Sachka
 
Messages: 4366
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 23:19
Localisation: Lyon

Re: RDR: le merlan frit de l'Ouest

Messagepar Zure » 29 Sep 2010, 08:57

Sachka a écrit:Idem pour les chevaux, oui certes c'est pratique, mais là ça vire au n'importe quoi. A l'époque tuer un cheval c'était super grave. Là tu peux le tuer, le dépecer, et en siffler un autre.


Dans GTA tu peux génocider tout Liberty City si t'as envie, ça veut pas dire que tu le fais pour autant. Après hormis pour des questions de tester la manière dont le jeu fonctionne, des joueurs qui s'amusent à tuer leur propre cheval j'en connais pas beaucoup, sinon c'est des gens un peu fatigué de base :lol: . En général tu te rends compte de l'histoire du cheval que quand tu le perds malgré toi.

Et donc ouais à l'époque c'était super grave, mais là c'est juste un jeu quoi. Il va pas non plus fonctionner selon la loi de l'ouest en 1910 parce qu'on est pas sorti du bois. :mrgreen:

A propos des fleurs, je veux bien que ce soit un mécanisme de gameplay de ramasser des trucs - hautement inventif comme gameplay - mais je sais pas, il pouvait pas en faire qq chose ? Les bouffer pour se soigner, ou n'importe quoi... Là c'est juste ridicule ces quêtes vu l'enjeu dramatique à côté.


Bin quand tu finis le challenge botanique, chaque nouvelle fleur ramassée devient une potion de soin. Je vois pas besoin d'autre justification que ça dans le ramassage. Je remplis le challenge = j'ai une récompense. ça me va très bien et trouze mille autres jeux fonctionnent pareil.

Le Yéti a écrit:Non. C'est une question de technique. L'hésitation et la mollesse de Marston sont un problème.


Ouais mais non, c'est un problème pour toi, et apparemment pour d'autres, mais pas pour moi puisque je justifie à peu près tout les actes de Marston et qu'en plus je me sens très proche de son mépris pour l'être humain en tant que tel. Puisqu'il sait de manière induite dès le début du jeu que l'être humain est une pourriture et donc pourquoi s'impliquer ? Y a que Bonnie qui arrive à le toucher.

Donc ouais encore une fois, on peut discuter pendant 107 ans de RDR et au final, on restera chacun sur ses positions : ceux qui aiment vont continuer à aimer et ceux qui détestent vont continuer à détester. Après, c'est pas désagréable d'en discuter hein, mais ça changera rien.
Avatar de l’utilisateur
Zure
 
Messages: 11835
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 16:14

Suivant

Retour vers Jeux vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités