Le jeu vidéo français

Ca rend idiot mais c'est pas grave on l'est déjà.

Re: Le jeu vidéo français

Messagepar sop » 29 Mai 2013, 16:39

Image

Sinon le truc un peu rigolo c'est que tout le monde se focalise sur la nationalité de ce business angel alors que sa vraie originalité, semble-t-il, c'est qu'il est surtout uuuuultra vieux, genre octogénaire aux mains qui tremblent.

Sinon je plussoie avec Le Yéti. Je ne connais pas de mécénat dans le jeu vidéo. Enfin, à part la communauté Kickstarter >_<
Avatar de l’utilisateur
sop
 
Messages: 2379
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 17:24

Re: Le jeu vidéo français

Messagepar Martin » 29 Mai 2013, 18:22

Sop a écrit:Sinon le truc un peu rigolo c'est que tout le monde se focalise sur la nationalité de ce business angel alors que sa vraie originalité, semble-t-il, c'est qu'il est surtout uuuuultra vieux, genre octogénaire aux mains qui tremblent.


Sarkozy et Woerth sont executive producers ?
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12989
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

Re: Le jeu vidéo français

Messagepar Pierre » 30 Mai 2013, 10:02

Bon, j'ai fait le méga ménage. Je m'en excuse, mais c'était nécessaire pour que tout le monde passe à autre chose.
Avatar de l’utilisateur
Pierre
 
Messages: 3064
Inscrit le: 27 Aoû 2010, 18:41

Re: Le jeu vidéo français

Messagepar Nano » 30 Mai 2013, 11:44

Sop a écrit:Sinon le truc un peu rigolo c'est que tout le monde se focalise sur la nationalité de ce business angel alors que sa vraie originalité, semble-t-il, c'est qu'il est surtout uuuuultra vieux, genre octogénaire aux mains qui tremblent.


Ah beh, c'est clairement un pédophile nazi alors.. :mrgreen:



désolé...
Avatar de l’utilisateur
Nano
 
Messages: 2982
Inscrit le: 27 Aoû 2010, 13:52
Localisation: Paris

Re: Le jeu vidéo français

Messagepar Steph » 30 Mai 2013, 22:24

Salut,

je tombe un peu tard et peut être mal, et on va dire que c'est facile mais peut être que sur un point au moins, la question est mal posée. Le jeu vidéo français et sa situation n'ont peut être pas grand sens parce qu'il faudrait déjà savoir si il y a quelque chose comme le jeu vidéo français. Part du boulot largement faite jusqu'ici.

Ce que le jeu vidéo a de caractéristique c'est son incroyable adaptation aux méthodes de financement actuelle. Né avec une économie spécifique, il me semble difficile de nier qu'il est extraordinairement bien adapté. Entre les découpages qui interviennent dans les méthodes de production (concus à Monréal/Toronto dév à Zhabei/Shangai) , et les fusions/acquisitions (il faut tout de même se rappeler que Blizzard c'est vachement français de ce point de vue)... l'étiquette est dure à poser.

Peut être que ce qu'on peut dire c'est que le jeu vidéo français si on peut l'appeler comme ça existe et ne se porte pas plus mal que le reste au sens ou tout fonctionne un peu partout selon les mêmes règles internationales avec une nouvelle division du travail, ou alors que le jeu vidéo français ça n'existe pas parce que le jeu vidéo est peut être le premier média d'un monde qui échange comme dirait Martel dans son "Mainstream".

Désolé, c'est jeté un peu comme ça...

EDIT : j'ai retrouvé ! Y'a un chapitre Le succès en trompe l'oeil du jeu vidéo européen qui peut vous intéresser.
Avatar de l’utilisateur
Steph
 
Messages: 196
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 19:39
Localisation: Lyon

Livre sur le jeu vidéo : Citizen Ga(u)me

Messagepar Platon21 » 15 Juin 2013, 13:45

Bonjour,
avez-vous lu le livre de Nicolas Gaume intitulé "Citizen Game" (2006), sur l'histoire du studio français Kalisto ?
C'est un témoignage essentiel qui sent bon les années 1990, et je rêve d'avoir les mêmes livres du côté des éditeurs Delphine / Adeline Software (Paul de Senneville), Ubisoft (Yves Guillemot) et Infogrames (Bruno Bonnell).

Point énervant : N. Gaume se veut un "self-made-man" super honnête et le fait savoir en long, en large et en travers, mais il serait très intéressant d'avoir les témoignages des développeurs de jeux à son service pour pouvoir apprécier cet affichage de vertu.

Ce qui m'a le plus déçu, c'est que si l'entrepreneur insiste sur ses premiers succès qui adaptaient sur Macintosh des jeux tel que Pick'n Pile pour Ubisoft ou Power Monger pour Electronic Arts, il ne livre quasiment aucun secret de fabrication de jeux comme Nightmare Creatures (1997), Dark Earth (1997), Le Cinquième Elément (1998), et quasiment rien sur le projet Nightmare Creatures 3 ou sur le jeu de rôle massivement multijoueurs tiré de Highlander.

La raison en est simple : N. Gaume est aspiré par les banques et les parasites financiers, et met à peine les pieds dans ses studios.
On est scotché quand on lit page 307 "A la fin de la journée (juillet 1999), j'ai passé deux heures au ministère de l’Économie, deux heures au MEDEF, une pour des interviews chez RFI (Radio France internationale), et à peine quinze minutes au téléphone avec mon équipe à Bordeaux".
Ou quand on lit page 271 : "Cette assemblée [le MEDEF] qui catalyse tant d'agressivité, n'est ni hautaine, ni coupée du monde [...]. Je ne regrette pas de les avoir rejoint".

Parmi les défaut du livre, je regrette que N. Gaume consacre les 4/5ème de son livre à son succès, et seulement 1/5ème à son échec, même si on se doute que cela ne doit pas être très agréable pour lui. Parce qu'il n'y avait pas que Kalisto qui était pris dans la tourmente de la bulle financière de "l'an 2000". En effet, le tout début des années 2000 est particulièrement cruel pour la "French Touch".

D'une part, le saut technologique de la sixième génération de consoles (DC/PS2/GC/Xbox) fait monter l'effectif minimum pour développer un jeu à 40 personnes, une production de 3 millions d'euros pour une durée de développement de 2 ans en moyenne. Le jeu vidéo passe alors de « l'ère garage » à « l'ère industrielle », et devient un produit de masse formaté par un cahier des charges.

D'autre part, Kalisto profite de sa réputation internationale pour entrer en bourse, comme la plupart des studios français. Malheureusement, l'euphorie pour les nouvelles technologies a pour effet de tourner la tête aux investisseurs. Trop de start up et de studios brûlent leur capital dans des projets insensés pour espérer atteindre un jour le point d'équilibre. L'éclatement de la bulle Internet en 2000 prend l'ampleur d'un krach s'étendant à l'ensemble des bourses, et provoque une récession économique mondiale. Au lieu de lever des fonds pour amortir les coûts de production, la bourse volatilise tous les profits réalisés par N. Gaume depuis ses débuts. Kalisto meurt en 2002.

De son côté, Delphine Software agonisera jusqu'en 2004. En réaction à leur licenciement de chez Delphine Software, les développeurs créent l'association JIRAF (le Jeu vidéo et son Industrie Rassemblent leurs Acteurs Français).

Alain Le Guirec : « L'objectif des studios français n'est pas de devenir numéro un, mais d'exister le mois suivant. Plus que la qualité intrinsèque des jeux, c'est le faible délai de production et la réduction des coûts qui comptent. Je n'ai jamais vu un projet qui ne finisse pas en retard, bouclé dans la panique. Chaque fois, la faute en revenait aux décideurs qui, pour décrocher leur contrat, raccourcissaient les délais à la limite du faisable. Quant au budget, les moyens réellement mis en œuvre sont très rarement à la mesure des ambitions affichées

Nicolas Perret : « Avec tous les dépôts de bilan qu'a connus le jeu vidéo en France, ceux qui restent font face à plusieurs choix : soit changer de secteur d'activité, soit s'expatrier, soit essayer de rassembler une équipe pour monter un jeu, tout en pointant au chômage. L'ANPE est actuellement le plus gros employeur du secteur.»

J'aurai tellement aimé que N. Gaume nous parle des secrets d’alcôves avec Sony pour développer sur PlayStation, de Nintendo sur Nintendo 64 ou de Sega sur Dreamcast. Mais visiblement, il était déjà trop occupé à boursicoter. Note finale : 7/10.
Dernière édition par Platon21 le 15 Juin 2013, 13:53, édité 3 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
Platon21
 
Messages: 24
Inscrit le: 11 Déc 2012, 18:04

Précédent

Retour vers Jeux vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité