Zelda, la série 2

Ca rend idiot mais c'est pas grave on l'est déjà.

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Poppy » 04 Fév 2012, 16:29

C'est marrant parce que de manière générale, je suis assez friand de balades (et de re balades) dans les overworlds Nintendo, c'est à dire ceux des Zelda et des Metroid Prime. Dans Skyward, pour être honnète, il n'y a que celui de la forêt qui ne m'a pas plus du tout, enfin à partir du second passage pour être plus précis. Je ne pense pas qu'on puisse dire que c'est pareil ailleurs parce qu'ailleurs j'aime et que là je n'aime pas. C'est un simple constat. Par contre, j'ai un peu plus de mal à savoir pourquoi... peut être que les activités imposées au second passage m'ont plus ennuyé qu'ailleurs, peut être que les découvertes y sont décevantes (l'intérieur de l'arbre promet d'être bien, et puis non finalement), etc.

Et en dehors de ce que le jeu propose entre les donjons, il y a un autre point important que j'ai déja évoqué plus haut et qui explique pour beaucoup ma déception : les donjons de Skyward eux même qui sont d'un niveau plus faible que ce à quoi la série nous avait habitué. J'en n'ai pas rencontré un seul de mémorable alors que par exemple Ocarina que j'ai refait un peu plus tôt l'année dernière en est blindé.
Avatar de l’utilisateur
Poppy
 
Messages: 4948
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 17:30

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Rudolf » 05 Fév 2012, 14:31

La forêt, c'est ma zone préférée franchement! Et puis les donjons 3, 4 et 5 feront partie des plus mémorables que j'ai faits dans la série (les mécanismes et le côté chargé d'histoire du 3, l'idée géniale de décalage d'ambiance pour le 4 et son esthétique magnifique, le côté atypique et faussement simple du 5 où on joue beaucoup sur le level-design avec un boss génial et spectaculaire).

J'aime de plus en plus Hergo franchement, il est en train de devenir l'un de mes personnages préférés de la série Zelda (pourtant dans les bandes-annonces, il s'annonçait catastrophique). Déjà au début il me faisait plutôt rire de par son attitude pathétique, son regard halluciné et ahuri, sa gestuelle, mais là en plus le personnage évolue et devient franchement touchant.

Bienvenue à Hergoland! :lol:

Sinon, le cinquième donjon, magnifique! Faussement facile et trompeur, il m'a un peu séché à un moment donné. Et puis ce boss et sa mise en scène spectaculaire qui relève de l'inédit dans la série, pfouuuuh!

Dans la zone du cinquième donjon, j'ai beaucoup aimé:

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Et dans cet endroit, j'ai compris (grâce à Fay), une façon alternative de battre les gros Moblins à bouclier, car à un moment donné quand je me suis retrouvé face à un Moblin avec un bouclier métallique indestructible sur un pont étroit où je ne pouvais pas passer, je m'étais dit "euh, je fais quoi là?". :)

Le sixième donjon est un peu moins bien que le 3, 4 et 5 par contre, même s'il reste sympa (ainsi que son boss).

L'arc est toujours fun à utiliser, je me suis vraiment plaisir à canarder des ennemis à distance lors d'une phase particulière où il fallait jouer la carte de la prudence, ça renouvelait les sensations. Et puis ramasser les flèches que me lancent les ennemis, c'est excellent (et utile, j'étais vraiment en manque de flèches dans cette phase).

Et puis énorme la dernière psysalis du jeu, c'était la plus tendue (et la meilleure), avec le terrain la plus accidentée. J'ai eu de grands moments de stress à fuir les gardiens qui me cherchent dans une ambiance. A un moment donné, je vois une perle en bas d'une pente glissante, juste à côté d'un gardien qui me tourne le dos pour l'instant: comme j'étais dans la merde, je décide de faire un coup de poker en glissant le long de la pente et j'attrape la perle en frôlant le gardien qui me repère à ce moment-là: c'était millimétré, mais j'y suis arrivé, c'était génial et j'étais trop content!

Incroyable comme le jeu est varié.

Puis alors, les révélations de fou que j'ai eues! C'était franchement énorme et bien vu! Franchement (attention, spoil mortel, à ne surtout pas lire si on n'a pas fait le jeu):

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Et puis (spoil d'un boss):

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


D'ailleurs, globalement, j'adore que le jeu propose de multiples façons de battre un ennemi, c'est génial! C'est vraiment le Zelda 3D le plus riche sur ce point!

Et là apparemment, je risque d'arriver à un grand moment dans le ciel, d'après les retours des joueurs.

J'adore, j'adore!
Avatar de l’utilisateur
Rudolf
 
Messages: 1202
Inscrit le: 10 Avr 2011, 14:16
Localisation: Strasbourg

Re: Zelda, la série 2

Messagepar bleubleubleu » 06 Fév 2012, 11:27

Rudolf a écrit:Bah, c'est toi qui le dis. Moi au contraire je trouve ça pas anarchique et harmonieux. En quoi est-ce plus anarchique que la séquence que j'ai décrite de Majora's Mask? Tu crois que ramasser trois pierres dans Ocarina of Time, c'était plus subtil que "la princesse est dans un autre château"?


Majora, pas joué mais non Ocarina n'est pas plus subtil. Il est également très mal équilibré, riche en phases complètement inutiles (par exemple, tout le bordel infâme qu'on nous sert avant le temple des ténèbres) et je trouve ça également mauvais.
Avatar de l’utilisateur
bleubleubleu
 
Messages: 1238
Inscrit le: 05 Nov 2010, 16:28
Localisation: Verneuil sur Avre

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Poisan » 07 Fév 2012, 11:36

Poppy a écrit:Alors ils viennent les commentaires de Poisan et du Rudolf sur le passage décrit par bleubleubleu en page 1 ? Je sens bien que vous voulez pas en parler... :lol:


Ça va venir, j'ai pas encore terminé le jeu (je viens juste de finir le bateau pirate, mauvais boss d'ailleurs). Comme dans tout Zelda, il y a des ratés mais c'est rien comparé à la richesse, la variété et la profondeur de jeu qui s'offre à nous d'heure en heure.
Pour le passage décrit en page 1, oui on peut se moquer de n'importe quel jeu vidéo de la même manière. Zelda, ça a toujours été un peu ça, non ? Des prétextes de jeu. C'est ce que Hitchcock appelait, au cinéma, le MacGuffin.
Et puis je ne vois pas trop en quoi il y a plus d'aller-retours dans cet épisode que dans les autres. Pour l'instant, je trouve même qu'il y en a moins.
Les donjons sont certes moins imposants mais les moments de jeu entre les donjons sont beaucoup plus travaillés qu'avant. J'aime bien la façon dont Nintendo recycle sa formule. J'écrirai peut-être dessus quand j'aurai fini.
Avatar de l’utilisateur
Poisan
 
Messages: 2904
Inscrit le: 23 Nov 2011, 12:12

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Rudolf » 07 Fév 2012, 13:11

Ah, moi je l'ai trouvé monstrueux le boss du cinquième donjon, sa mise en scène spectaculaire et surprenante, ça va me marquer longtemps.

@bleubleubleu: On n'a visiblement pas la même conception des choses et de la façon dont doit se dérouler un jeu. ;) Je ne vois pas d'ailleurs ce que tu reproches à la phase qui précède le Temple de l'Ombre d'Ocarina of Time: c'est court, on fait un petit tour rapide au puits, et en plus moi j'avais déjà visité le puits avant de débloquer l'accès au temple de l'ombre, donc j'avais enchaîné directement, je n'avais pas de "bordel infâme" me menant à ce temple.

A part ça, j'arrive vraiment vers la fin du jeu. J'adore la troisième partie du jeu, qui réussit là où échouait Wind Waker (qui était aussi l'un des seuls Zelda à avoir une structure en trois parties au lieu de deux parties):

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Il y a même un petit clin d'oeil à Oracle of Ages:

Texte caché : cliquez sur le cadre pour l'afficher


Là j'arrive visiblement au donjon final du jeu, donc vraiment à la fin du jeu. J'ai encore quelques quêtes annexes à conclure. A ce propos, ça y est, j'ai enfin emballé la gérante de la consigne: marrant ce côté "dating sim", Link qui devient un dragueur. ^^
Avatar de l’utilisateur
Rudolf
 
Messages: 1202
Inscrit le: 10 Avr 2011, 14:16
Localisation: Strasbourg

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Rudolf » 11 Fév 2012, 20:57

Voilà, j'ai à peu près fini le jeu à 100%: j'ai trouvé tous les cristaux de gratitude, réussi les mini-jeux, j'ai mes 20 coeurs d'énergie, trouvé normalement tous les cubes de Déesse et ouvert tous les coffres associés, obtenu le bouclier ultime. Du coup, je me suis refarci tout le final du jeu, épique à souhait! Quel final, mais quel final! Les derniers combats sont énormes, le dernier boss m'a tué au moins dix fois (et allez qu'il m'enlève 4 coeurs!), même en ayant 20 coeurs (faut dire aussi que je n'ai pas pris de potion de soin, j'ai trouvé ça plus "marrant"), même en ayant trouvé la façon alternative "plus simple" de le battre. Heureusement quand même que j'avais le bouclier ultime incassable. La fin est très belle aussi, avec une bonne surprise pendant le générique de fin, et elle initie bien le début de la Légende de Zelda. J'ai dû passer une cinquantaine d'heures au total sur ce jeu.


Bon, je vais pouvoir faire un petit bilan (bon d'accord, je plaisante: un gros bilan, voire un énoooorme bilan! :P ). Je préviens qu'il y aura beaucoup de redite par rapport à ce que j'ai dit, et je vais éviter le plus possible le spoil.

Des points négatifs, il y en a quelques uns certes, mais rien de bien méchant à mon goût. On peut reprocher au jeu le fait que les trois zones ne soient pas reliées entre elles comme dans tous les Zelda, même si on s'y fait. Le fait qu'il n'y ait pas du tout de villages sur Terre ne m'a du tout dérangé toutefois: c'est logique, la terre a été abandonnée, il ne reste que des races animales plus primitives. C'est plutôt le ciel qui aurait mérité un ou deux villages en plus.
Le ciel justement: moi j'ai beaucoup aimé parcourir le ciel, la maniabilité de l'oiseau est agréable et procure un bon sentiment de liberté (on se déplace dans tout l'espace après tout) et d'aventure. L'atterrissage en chute libre avec usage du parachute sur les îles sans transition ni temps de chargement, j'ai trouvé ça génial, je ne m'en suis jamais lassé. J'ai adoré le principe des cubes de la Déesse à découvrir sur Terre (demandant au joueur d'explorer véritablement les niveaux terrestres, de trouver les cubes et surtout la manière d'y accéder avec le même sentiment de plaisir que dans les opus 2D) qui déverrouillent des coffres du ciel dont il faut explorer les îlots pour accéder aux coffres en question et les ouvrir.
Bref, d'un côté j'ai adoré explorer le ciel, et d'un autre côté je regrette un peu qu'il n'y ait pas deux ou trois villages avec des îles plus grandes, une interface jour/nuit temps réel (pour voir les couleurs du crépuscule et voler de nuit), des intempéries ou des personnages voyageurs (un peu comme l'océan de Wind Waker).

Et le ciel nous offre aussi un moment culte et intense que je ne suis pas près d'oublier, mais je n'en dis pas plus.

Du côté du bestiaire, il est vrai que ça se répète pas mal. En fait, ce n'est pas vraiment le nombre d'ennemis qui est en cause, mais le fait que des ennemis reviennent tout le temps, tandis que d'autres ennemis n'apparaissent quasiment plus. Ainsi, les bokoblins, on les voit tout le temps. Mais eux à la limite, ils ne m'ont pas dérangé du tout: je trouve ces ennemis super réussis, vivants, bien animés, avec l'animation quand ils meurent et dévalent les pentes du volcan d'Ordinn en roulant par exemple: je les adore. Ce sont plutôt les blobs qui m'ont un peu gêné à force: ils sont moches et chiants à combattre (surtout les blobs jaunes électriques). Et alors qu'on trouve les traditionnels Stalfos, Bokoblins, Moblins, pestes Mojo, les Lézards, je suis très étonné de l'absence totale de chevaliers: il n'y a ni Darknuts, ni Ironknuckles, alors que dans les Zelda il y a toujours soit l'un, soit l'autre. Dommage quand même. Par contre, les lézards reviennent en force, ils n'ont jamais été aussi dangereux depuis Zelda 2. J'ai bien aimé les Moblins aussi, avec leur gros bouclier, ainsi que les Stalfos et les Bokoblins.
Dans les manques d'ailleurs, je cite aussi l'absence de grande fée (c'est étonnant), et aussi l'absence de puits aux 100 étages (dommage, même s'il y a le boss rush qui compense un peu).

En tout cas, les combats sont excellents et profitent bien du Wii Motion Plus, en tenant compte des coups horitontaux, verticaux, diagonaux, d'estoc, qu'il faut utiliser selon la parade qu'adopte l'ennemi (des sensations et une technique qui rappellent les combats de Zelda 2). Il faut faire attention à ne pas trop frapper sur les parades de l'ennemi, car on subit un petit temps de latence d'étourdissement qui peut faire mal si on n'est pas réactif. J'ai tout de même troué le coup d'estoc difficile à sortir, surtout à cause du bouclier (il m'arrivait souvent de sortir le bouclier au lieu de faire le coup d'estoc). J'ai adoré aussi la gestion du bouclier, qui au départ ne me servait à rien, mais au fil du temps, je me suis vraiment rendu compte de son utilité, surtout à partir de certains ennemis du désert. Il faut souvent avancer le Nunchuk au bon moment pour parer les projectiles: si on le fait trop tôt, on est un peu étourdi (et l'ennemi peut en profiter si on n'est pas assez réactif), si on le fait trop tard on se fait toucher, et si on le fait au bon moment c'est l'ennemi qui est étourdi (donc il faut en profiter). Idem pour les projectiles, il faut sortir le bouclier au bon moment pour renvoyer les projectiles: si on le fait trop tôt, on est protégé sans renvoyer les projectiles, et si on le fait trop tard on se fait toucher. La gestion du bouclier avec le Nunchuk n'a plus rien à voir avec Twilight Princess où c'était un peu raté, mal fichu. De plus, on a plusieurs types de bouclier, et contrairement aux apparences le bouclier de fer n'occulte pas le bouclier de bois qu'il faut réutiliser les circonstances ou l'usage du bouclier de fer s'avère suicidaire. Le troisième bouclier qui se régénère est sympa aussi (il arrive assez tard dans le jeu), même s'il faut bien le renforcer pour ne pas le briser. Bref, le bouclier n'est pas infaillible: d'un part il faut avoir le bon timing, et d'autre part il est destructible.
C'est là aussi qu'entre en jeu l'amélioration des objets: améliorer la solidité du bouclier, la vitesse du scarabée, la puissance de l'arc, la capacité des réserves de projectiles ou de bombes... Le fait d'attraper les insectes, trouver les trésors, pour améliorer ses objets, ça sert vraiment à quelque chose. Et comme ce n'est pas gratuit, ça plaisir de voir des rubis qui servent enfin à quelque chose: bien que les rubis peuvent être ramassés en très grand nombre (comme dans Twilight Princess), je m'en servais tout le temps pour tout acheter ou améliorer, si bien que j'étais toujours fauché (contrairement à Twilight Princess). Tout ça donne un sens à l'exploration, à la recherche d'insectes, de trésors et d'argent.

Etant donné que j'ai joué en Héroïque, je ne pouvais pas jouer n'importe comment, vu que je perdais deux coeurs à chaque dégât en moyenne, qu'on ne peut trouver aucun coeur dans le jeu (sauf si plus tard on ramasse une médaille coeur, que j'ai préféré évité d'utiliser). Je suis mort assez souvent, ça fait de ce Zelda le volet 3D le plus difficile et de loin, mais la difficulté a été idéale pour moi: ni trop dur, ni trop facile. Très content d'avoir directement commencé dans ce mode de difficulté en ayant récupéré la sauvegarde d'une partie terminée à un ami à qui j'avais prêté le jeu, il vaut franchement le coup ce mode de difficulté. Il fallait à la fois faire attention durant les combats, et bien utiliser toutes les possibilités offertes par le jeu. Les combats s'avèrent riches, il y a plein de façons différentes pour battre les ennemis, certaines plus appropriées que d'autres: selon qu'on se sert uniquement de l'épée, selon qu'on utilise l'éclat céleste (première fois dans un Zelda 3D, si on ne compte pas les volets DS, qu'on peut utiliser la décharge d'énergie avec son épée comme dans les épisodes 2D), selon qu'on se sert du bouclier, selon qu'on utilise des objets, selon qu'on utilise la palette de mouvements de Link.


Puisque je parle des combats, je parle des boss. Franchement, je les ai trouvés quasiment tous excellents. A part peut-être le deuxième boss du jeu qui est le plus faiblard, un peu trop simple, qui n'utilise pas le Motion Plus (mais j'ai bien aimé le coup de l'oeil qui bouge quand on essaie de le toucher ^^). Quand on affronte le premier boss du jeu, surtout en Héroïque, j'ai eu de grosses difficultés pour le battre, c'était bien technique, il fallait réfléchir, avoir le bon timing (trois coups reçus et je mourais, aucun coeur à ramasser dans ce mode). Ce que j'ai aimé dans les boss, c'est d'une part qu'ils présentent au moins deux phases de combat différentes (ça c'est classique dans la série), et surtout que l'usage de l'objet du donjon soit moins systématique que d'habitude (sauf pour le deuxième boss encore une fois). Il y a certains boss qui n'utilisent aucun objet trouvé dans le donjon, il y en a d'autres qui proposent un usage très anecdotiques de l'objet à un bref moment du combat, et il y a des boss qui demandent de bien observer leurs attaques, bien réagir avec son épée, avant de pouvoir utiliser l'objet du donjon. Il y a même des boss qu'on peut battre de deux façons différentes: l'une standard, et l'autre "cachée" et plus simple, j'ai bien aimé. Il y a aussi d'excellents demi-boss dans certains donjons. Et puis les derniers boss sont franchement classe avec une mise en scène épique!

Puisque je parle d'objets, j'enchaîne sur... le scarabée volant téléguidable! Franchement, ce scarabée est ultime, je ne peux plus m'en passer à l'avenir dans la série Zelda (au même titre que le double-grappin introduit dans Twilight Princess). Le boulot de fou que ça a dû demander pour pouvoir partir en reconnaissance des environnements du jeu, faire de beaux panoramas. Gé-nial, il n'y a pas à dire!
J'ai bien aimé aussi les deux jets différents de bombe: un jet parabolique, et un jet façon "bowling", qui ont leur utilité spécifique. Le filet à papillon, lui aussi il est démoniaque: il profite complètement du Wii Motion pour faire les mouvements horizontaux/verticaux/diagonaux et utiliser les trois axes d'inclinaison. On s'en sert pour attraper les insectes qui sont de plusieurs types et ont des comportements différents qui nécessitent des approches différentes. J'ai été complètement pris par la chasse aux insectes, c'était incroyable! Et ça sert comme je l'ai dit pour pouvoir améliorer ses objets.
J'ai bien aimé aussi le nouvel usage de l'arc: un peu différent de Twilight Princess, c'est moins rapide, mais on ressent plus sa puissance de tir, on peut régler la puissance selon qu'on charge ou non la flèche avec le Nunchuk tiré en arrière. Ce que j'ai bien aimé aussi, c'est que l'arc n'occulte pas complètement le lance-pierre. En effet, les flèches sont quand même assez rares, il ne faut pas les utiliser n'importe quand, en plus l'arc arrive très tard dans le jeu, et parfois il est préférable d'utiliser le lance-pierre pour tuer certains petits ennemis ou en étourdir d'autres, sachant que les graines sont plus abondantes que les flèches. J'ai adoré l'idée de pouvoir récupérer les flèches balancées par des bokoblins archers, surtout que ça sert. J'ai beaucoup aimé une phase particulière où il valait mieux éviter d'affronter les ennemis au corps à corps, où il fallait bien viser, faire attention au nombre de flèches qu'on possède, savoir en récupérer quand il le faut ou essayer d'en récupérer quand des archers nous tirent dessus, parfois utiliser le lance-pierre selon les situations.

Par contre, je regrette que d'autres objets soient sous-exploités: je pense à deux d'entre eux en particulier. Je ne dis pas lesquels pour ne pas trop gâcher la surprise (ce sont des objets atypiques de la série), mais je pense que vous les reconnaîtrez. Il n'y a que le donjon final qui demande de les réutiliser (ainsi que tous les objets du jeu), mais c'est un peu insuffisant. Rien de bien méchant.

Enfin, il y a l'instrument de musique: la lyre. Il est sympa, mais un peu trop simpliste, ça aurait pu être mieux. C'est beaucoup moins élaboré que la flûte de pan de Spirit Tracks qui restera le meilleur instrument de musique de la série.

En tout cas, j'ai beaucoup aimé le nouvel inventaire du jeu, qui est plus moderne, plus fonctionnel, qui en plus ne fige plus l'action contrairement aux autres épisodes (donc il faut faire un peu attention à certains moments). Un bon point.


J'en viens maintenant au déroulement du jeu proprement dit: l'exploration, le rythme, sans trop en dire. Déjà la "nouveauté" de l'overworld qui ressemble à un donjon. Ce n'est pas tellement une nouveauté en soi, dans la mesure où les épisodes 2d nous demandaient aussi de passer un certain temps sur l'overworld pour trouver son chemin, surtout dans les derniers épisodes 2D où le chemin menant au donjon devenait plus tortueux et difficile. Je trouve que le déroulement de Skyward Sword rappelle pas mal celui de Minish Cap, le volet dans lequel on passait le plus de temps sur l'overworld pour passer d'un donjon à un autre, où le chemin était tortueux. En fait, c'est surtout une nouveauté pour les épisodes 3D où on n'avait pas un overworld aussi dense et tortueux à explorer. En tout cas, j'ai trouvé les trois zones du jeu excellentes. Au début le chemin est linéaire, mais par la suite on débloque des passages qui permettent d'explorer bien plus librement les trois zones quand on doit y revenir. Le level-design a ainsi gagné en ouverture et aussi en verticalité avec ce Zelda, et en plus ils sont évolutifs et révèlent sans cesse de nouvelles surprises, de nouvelles zones, de nouvelles façons d'explorer, de nouvelles sensations, faisant de Skyward Sword le volet 3D où l'exploration est la plus dense et présente. La forêt de Firone est peut-être ma zone préférée du jeu, pour son ambiance bucolique (la meilleure forêt de la série 3D), son exploration, la beauté impressionniste de l'arbre géant au sommet. Le volcan d'Ordinn est la zone dont le level-design m'a le plus impressionné, le plus vertical de tous, où on a vraiment l'impression de gravir des pentes très raides du volcan, avec un sentiment d'accomplissement quand on arrive au sommet et de surprise en voyant tout le chemin qu'on a parcouru et l'altitude à laquelle on se trouve quand on fait un panorama avec le scarabée. Le désert de Lanelle est celui qui propose la mécanique la plus originale des trois régions, dont je ne peux en dire plus: très tortueux à explorer. En plus, c'est le désert qui propose la plus grande surface d'exploration et les plus grandes surfaces annexes (dont une nouvelle zone très surprenante, mais pareil, je ne peux rien en dire), car il faut savoir que les régions s'agrandissent au fil du temps (de nouvelles sous-zones deviennent accessibles). J'exprime d'ailleurs ma déception sur la seconde zone du volcan d'Ordinn: elle est minuscule, il n'y a quasiment rien, c'est vraiment dommage et étonnant, quand on regarde ce que propose le désert de Lanelle à côté. Mais le fait de revisiter les lieux, ce n'est pas nouveau, presque tous les Zelda le font avec leurs mondes parallèles qui recyclent également les décors. En tout cas, j'ai adoré revisiter les zones du jeu pour leur évolutivité, ça les rend plus "vivants", j'ai toujours eu l'impression d'avoir du neuf, jamais de lassitude.

Mention spéciale aussi aux "Psysalis" qui permet de revisiter les zones du jeu, sous une approche complètement différente, une ambiance qui n'a rien à voir, qui met le joueur sous pression de manière jouissive, qui demande de bien étudier la topographie du terrain pour s'en sortir pour bien optimiser le peu de temps qu'on a, et il faut savoir courir quand il le faut. Je n'en dis pas plus, mais ces Psysalis font partie des meilleures idées du jeu, j'ai adoré.

Courir, oui, encore une grosse nouveauté du jeu: la jauge d'endurance. Il y avait des épisodes où on pouvait courir, avec les bottes ou graines Pégase dans les volets 2D ou le masque du lapin dans Majora's Mask. Sauf qu'ici, on peut courir quand on veut et ça consomme la jauge d'endurance. Cette jauge ne diminue pas seulement en courant, mais aussi en escaladant des échelles ou lierres ou en faisant des roulades ou des attaques circulaires à l'épée. En plus de ça, Link est capable de courir une seconde sur un mur pour grimper dessus et s'accrocher au sommet quand il n'est pas trop haut. Cela donne au jeu un nouveau dynamisme dans le contrôle de Link, c'est plus fun. Par ailleurs, il y a des moments où la jauge d'endurance est bien utilisée pour franchir des zones accidentées, avec des baies vertes disposées sur le chemin et qu'il faut ramasser pour remplir la jauge d'endurance et pouvoir ainsi traverser la zone accidentée sans devoir tout refaire depuis le début. Cette jauge d'endurance apporte beaucoup au jeu (c'est d'ailleurs elle qui permet d'avoir un niveau volcanique très vertical) et j'espère la retrouver dans la série.

Toujours dans la palette de mouvements, j'ai beaucoup aimé la chute libre, avec usage du "parachâle" (sorte de parachute) pour ne pas subir de dégâts. C'est ça qui rend les atterrissages sur les îles du ciel assez grisants, il y a des moments dans le jeu où il faut savoir manier Link en chute libre pour aller où on veut, c'est excellent. Je n'aurais quand même pas été contre que la chute soit davantage sollicitée (elle reste beaucoup trop cantonnée à des quêtes annexes).

Et évidemment que l'exploration des zones du jeu nous mènent aux donjons qui ont fait la réputation de la série. Dans l'ensemble, ce n'est pas le meilleur Zelda à donjons (Twilight Princess reste bien au-dessus, avec en plus des donjons plus nombreux). En général, il n'y a qu'un seul étage à explorer. Toutefois, ils demandent souvent de bien observer les salles du donjon, souvent assez grandes, avec le scarabée par exemple, il y a pas mal d'énigmes à résoudre. Les deux premiers donjons sont sympas, mais c'est à partir du troisième donjon que la qualité monte de plusieurs crans. Ce troisième donjon est excellent, avec un background particulier, et un bon usage de la mécanique de jeu excellente introduite dans la zone où se trouve ce donjon. Le quatrième donjon est vraiment génial pour son ambiance qui recèle de vraies surprises, avec un final excellent. Le cinquième donjon aussi est excellent, c'est celui qui a le level-design le plus abouti, qui demande souvent de prendre des chemins différents, qui est un peu plus ouvert que les autres dans son déroulement, qui demande d'alterner entre extérieur et intérieur.
Sinon, le donjon final (je ne dis pas quel est son numéro) est excellent pour sa mécanique assez originale. Malheureusement, j'ai été un petit peu déçu de l'ambiance, je m'attendais à mieux. En fait, c'est un peu l'inverse du donjon final de Twilight Princess qui avait un donjon final au déroulement un peu trop simple mais une ambiance (esthétique et musicale) absolument fantastique et mémorable.


Autrement, dans le ciel, j'adore le village de Célesbourg, très agréable à explorer, dont on peut explorer de nouveaux petits endroits au fil des objets qu'on obtient et qui évolue avec le temps (en ce sens il ressemble beaucoup plus à la cité d'Hyrule de Minish cap qu'à Bourg Clocher de Majora's Mask). Village très attachant. C'est celui dans lequel on trouve les principales quêtes annexes du jeu. Quand on aide certains personnages, on obtient des "cristaux de gratitude" qu'on doit à un personnage pour avoir des récompenses différentes par paliers, et certains cristaux se trouvent la nuit en explorant les lieux: c'est un peu comme les Skulltulas d'Ocarina of Time ou les spectres de Twilight Princess, sauf qu'ici on n'obtient pas les objets uniquement en explorant mais en résolvant des quêtes annexes, ce qui est un concept sympa. Il y en a certaines qui proposent des moments sympas d'exploration. Certaines quêtes annexes ne peuvent se faire que de nuit, et pour passer à la nuit il faut dormir dans un lit (n'importe lequel dans chaque maison) car l'interface jour/nuit temps réel a disparu dans cet épisode (il y a un ou deux moments où ce concept est très bien utilisé). Cela dit, les quêtes annexes en elles-mêmes consistent quasiment toutes à parler à trouver tel objet en explorant tel lieu pour l'apporter au personnage, ou bien parler à quelqu'un: c'est bien plus simpliste et moins riche que les quêtes annexes interconnectées et profondes de Majora's Mask. Celles qui sortent le plus du lot, c'est celle de la lettre d'amour qui propose deux solutions différentes incompatibles (dont une à la fois à mourir et de rire et malsaine, c'est celle que j'ai choisie), celle qui s'apparente à une sorte de "dating sim" où on séduit progressivement une fille, et celles du bar citrouille qui sont excellentes. Franchement, la première fois que j'avais fait tomber le lustre, j'étais mort de rire, ça avait fait un de ces chambards! Et puis la représentation musicale était sympa (ça rappelait presque le Milk Bar de Majora's Mask). Autrement, il y a pas mal de mini-jeux, dont certains sont cachés, c'est sympa. Bref, j'ai bien aimé ces quêtes annexes dans l'ensemble, ça rend les personnages plus vivants.

Mention spéciale à l'animation des personnages, leurs bouilles: il y a plein de détails, c'est excellent. Par exemple, le vendeur hystérique tout excité quand on s'approche de lui, qui fait une brève grimace menaçante quand on refuse de lui acheter un objet, qui fait une mine dépitée quand on part et qu'on lui tourne le dos (et le vendeur montre un visage très désagréable quand on va chez lui la nuit, qui fait tomber son masque). Ou bien le mari de la vendeuse de potions, qui porte le bébé sur son dos, qui joue avec lui pour le distraire quand il pleure. Ou bien la fille qu'on drague, qui a une mine dépitée et blasée au début du jeu, puis qui tombe sous notre charme et qui devient toute enjouée quand on s'approche d'elle. J'ai beaucoup aimé Terry aussi, toujours marrant aussi escroc que dans Wind Waker, qui nous fait le coup du chausse-trappe quand on part sans rien lui acheter, et qui pour la première fois offre un nouveau visage et la possibilité de le voir hors de sa boutique. Côté détail, j'ai bien aimé aussi l'idée de s'asseoir pour déclencher de nouvelles lignes de dialogues différentes avec certains personnages proches des sièges, même si ça aurait pu être plus exploité. Bref, il y a plein de détails comme ça, c'est assez léché.


Maintenant, j'aborde un peu plus le scénario et le rythme du jeu, sans entrer dans les détails pour ne pas spoiler. Moi j'ai bien aimé le début à Célesbourg franchement. Ca ressemble un peu au début de Twilight Princess, c'est assez lent, mais moi j'aime bien: ça permet de poser l'ambiance en douceur, de voir Link dans sa vie du début avant sa grande aventure, d'introduire certains personnages qui vont évoluer avec le temps. J'ai adoré la première rencontre avec Fay la nuit, où la suit, avec une musique magnifique. Le premier atterrissage sur la terre ferme au vallon du sceau reste un grand moment pour moi, quand on voit la taille gigantesque et la majesté de ce lieu, ces ruines évocatrices d'un passé lointain. J'ai trouvé la première partie de l'histoire très intéressante, où on suit les traces de Zelda (petit côté "journal de bord" de Zelda pas désagréable), où on introduit de nouveaux éléments narratifs et de nouveaux personnages, distillés de façon à donner l'eau à la bouche et d'intriguer le joueur, ça promet de belles choses pour la suite. Les moments forts du scénario sont bien mis en scène par de très belles cinématiques.

Les personnages évoluent et gagnent en épaisseur: la mystérieuse femme qui protège Zelda, qui recèle quelques surprises. Hergo qui surprend son monde: au début assez brute et bouffon (il me faisait marrer quand même), puis qui évolue, qui est très humain pour ses nombreux défauts mais aussi ses qualités qui se dévoilent peu à peu, qui est très expressif (son visage, sa gestuelle), au point même de devenir assez touchant vers la fin. Franchement, je suis devenu fan d'Hergo, il est devenu l'un de mes personnages préférés de la série. Le méchant Ghirahim est génial aussi. J'ai adoré sa première prestation, son habitude décalée, ce plan où il tire la langue. Il intervient régulièrement durant tout le jeu, il est présent, il va évoluer aussi, et à la fin il n'est plus du tout là pour rire, il fait plus peur et devient méchamment classe! Une grande réussite, ce personnage. Zelda aussi est très attachante, ayant à la fois un caractère fort, mais aussi un côté sensible et fragile, qui mène sa propre quête parallèle à celle de Link qui la cherche. Et puis pour une fois, le titre "The Legend of Zelda" prend toute sa signification dans cet épisode! Par contre, Fay, l'esprit de l'épée, n'a pas de personnalité, reste un robot, et parle un peu trop pour ne rien dire. Heureusement, elle intervient finalement peu souvent, et globalement ses prestations durant les cinématiques sont assez belles (quand elle danse ou chante). C'est sûr que Midona manque à côté, mais je l'ai trouvée moins chiante que la fée Navi dans Ocarina of Time.


Autrement, le scénario nous plonge au coeur des légendes, en quête de spiritualité, à la rencontre des grands esprits aux allures très asiatiques (tant dans leur design que dans leur thème musical, un côté Okami qui ressort, même si je ne dirai pas à quoi ils ressemblent pour ne pas gâcher la surprise). L'exploration nous amène à découvrir des tas et des tas de ruines du passé. Le truc, c'est que ces ruines ne sont pas là pour faire joli: elles ont une vraie raison d'être, signe que ce monde terrestre avait un passé et une civilisation dont on fait de plus en plus référence, qui prennent corps parfois, et le prologue classieux du jeu (sous forme de sortes de peintures rupestres préhistoriques) gagne en signification. Dans certains Zelda aussi on trouvait parfois des ruines: Wind Waker par exemple pour un moment culte du jeu, ou bien un certain endroit marquant de la Forêt de Firone dans Twilight Princess, ou alors la vallée Ikana de Majora's Mask ou le cimetière Cocorico dans Ocarina of Time, mais Skyward Sword va bien plus loin et c'est très réussi. Tout ça donne au jeu une ambiance toute particulière, où on a plus que jamais l'impression d'être dans une légende et même de construire une légende, j'ai adoré. Et puis comme je l'ai plus haut, j'ai adoré revisiter les zones du jeu qui évoluent avec le temps et recèlent sans cesse de nouvelles surprises.

Globalement, je trouve que Skyward Sword est l'épisode dont le scénario est le plus travaillé et réussi depuis Majora's Mask.

J'ai trouvé toute la dernière partie du jeu géniale, à partir du moment où on essaie d'obtenir le dernier chant (des moments surprenants d'exploration, de très jolies scènes et notamment la dernière où on apprend le chant), le dernier donjon (malgré la petite déception d'ambiance) et tout ce final épique incroyable! Par contre, je recommande d'éviter de sauvegarder juste après le dernier combat, je trouverais dommage de briser tout cet enchaînement d'action. Je suis mort très souvent durant les derniers combats dans ce mode héroïque, mais c'était intense et mémorable, et la fin valait le coup d'oeil comme je l'ai dit au début de mon message.

L'emballage du jeu contribue beaucoup à son charme aussi. Bon, il est vrai qu'il y a de l'aliasing, que ça scintille un peu par moments et qu'il y a aussi quelques textures moches assez surprenantes, ce qui est un peu dommage. Heureusement, j'ai trouvé la patte graphique magnifique, j'ai adoré cette touche impressionniste. Des niveaux comme la forêt de Firone ou le volcan d'Ordinn sont superbes visuellement. Le désert de Lanelle est moins beau par contre (même si j'ai bien aimé les ombres mobiles des nuages sur le sol, un peu comme dans le village Cocorico de Twilight Princess), je trouvais qu'à côté le désert de Twilight Princess avait plus de gueule (en dehors des fissures ratées). Idem pour Célesbourg, agréable à regarder. Quant à la bande-son, c'est du haut de gamme, la série profite enfin de musiques orchestrales, et il n'y a pas que le thème principal (berceuse de Zelda inversé) qui est bon. Il y a pas mal de musiques qui vont me rester en tête. Une franche réussite de ce côté-là.


Bien, il est temps de terminer ce bilan. J'ai trouvé ce Zelda génial, j'étais à fond dedans, et je pense avoir terminé toutes les quêtes annexes. Le jeu a tenu ses promesses pour l'exploration, pour les combats et pour le scénario. Il y a des défauts comme je l'ai dit, mais comme dans tous les Zelda, et je ne les ai pas trouvés rédhibitoires. L'un des meilleurs de la série. Ca rassure sur la santé de la série Zelda, mais je me dis que le prochain Zelda aura fort à faire pour surpasser Skyward Sword. Pour l'instant, je trouve que la série est entre de très bonnes mains, finalement le prochain épisode!

Je vais peut-être tenter "le grand chelem" dans le boss rush, c'est-à-dire tuer tous les boss du jeu à la suite (sachant qu'on n'a aucune possibilité d'utiliser de potion ou de trouver des coeurs). En plus en mode Héroïque, on a accès aux derniers boss du jeu pas piqués des vers, ça renforce la difficulté. Pour voir si je suis un vrai Héros! :cool:
Avatar de l’utilisateur
Rudolf
 
Messages: 1202
Inscrit le: 10 Avr 2011, 14:16
Localisation: Strasbourg

Re: Zelda, la série 2

Messagepar boulapomme » 20 Fév 2012, 22:05

J'ai trouvé la némésis de Rudolf, il écrit aussi des pavés et il a raison sur BEAUCOUP de points à propos de l'évolution de Zelda.
世界中に存する善きものすべてに感謝したい気持ちと共に、筆をおくことにしよう。じゃ、お先に。
Avatar de l’utilisateur
boulapomme
 
Messages: 230
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:08
Localisation: Over the Hills and Far Away

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Pierre » 20 Fév 2012, 23:44

Tutafé. Ce passage, en particulier, m'avait marqué :

This world, dangerous, demanding exploration, must also be mysterious. This means: illegible, at least at first. Zelda needs new unstated rules, ones that must be relearned, even by Zelda veterans like myself. How can you truly explore if you know how everything works already? How can you ever be surprised if every ‘secret’ is conspicuously marked as such? Hyrule needs space to breathe, fields of purposeless grandeur (like Shadow of the Colossus), where secrets could be anywhere because they’re not obviously right there. What is an adventure if not a journey through an unknown landscape? It’s not a retread across familiar ground, the car ride to work, the province of sleepwalkers.


C'est l'une des raisons pour lesquelles Shadow of the Colossus est le Zelda que j'ai toujours voulu.
Avatar de l’utilisateur
Pierre
 
Messages: 3055
Inscrit le: 27 Aoû 2010, 18:41

Re: Zelda, la série 2

Messagepar boulapomme » 21 Fév 2012, 02:08

SOTC est trop aride sur plusieurs plans (ennemis, objets, PNJ) pour être un Zelda, mais ce serait clairement une voie à suivre pour un véritable héritier de Zelda 1. Après, il y a beaucoup de choses que j'aime dans les épisodes Aonuma, notamment le soin des personnages annexes, les ambiances crépusculaires, les masques/transformations ou les thématiques des donjons, entre autres. Y'a clairement moyen de concilier les deux mondes sans faire un truc bâtard et bavard.
世界中に存する善きものすべてに感謝したい気持ちと共に、筆をおくことにしよう。じゃ、お先に。
Avatar de l’utilisateur
boulapomme
 
Messages: 230
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:08
Localisation: Over the Hills and Far Away

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Pierre » 21 Fév 2012, 10:32

Après, il y a beaucoup de choses que j'aime dans Majora, notamment le soin des personnages annexes, les ambiances crépusculaires, les masques/transformations ou les thématiques des donjons, entre autres.


Fixed ^^
Avatar de l’utilisateur
Pierre
 
Messages: 3055
Inscrit le: 27 Aoû 2010, 18:41

Re: Zelda, la série 2

Messagepar upselo » 21 Fév 2012, 11:08

boulapomme a écrit:SOTC est trop aride sur plusieurs plans (ennemis, objets, PNJ) pour être un Zelda, mais ce serait clairement une voie à suivre pour un véritable héritier de Zelda 1.

Ce n'est pas aride, c'est épuré. C'est l'essence :P
Avatar de l’utilisateur
upselo
 
Messages: 1102
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:52

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Le Yéti » 21 Fév 2012, 11:21

En lisant l'article, ma première réaction est de dire à l'auteur : retourne jouer à Zelda 1. Visiblement le jeu l'a marqué quand il était petit et il cherche désespérément à retrouver ce frisson dans les Zelda modernes, sans y arriver. Personnellement, j'ai débarqué dans Zelda avec WindWaker et il restera pour moi toujours le meilleur, qu'importe ce qui se passe ; même quand je pose les doigts pour la première fois sur les jeux d'avant. Mais la série évolue, c'est évident, c'est obligatoire et la direction qu'il recherche à tout prix, je ne vois pas Nintendo l'emprunter.

Et SotC: ZzzzzzZZzzzzZzzzzzzz
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8696
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Poppy » 21 Fév 2012, 11:36

Putain, je me suis demandé quand le mec allait enfin lâcher les mots : Demon's Souls ! :lol:

Je n'ai joué ni à Zelda 1 ni au 2, je ne les ai donc pas en référence. Pour moi, les puzzles et les donjons qui en sont remplis font en grande partie l'identité de la série.
Avatar de l’utilisateur
Poppy
 
Messages: 4948
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 17:30

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Marie » 21 Fév 2012, 11:38

Moi aussi je suis étonnée de voir que bien souvent, le premier Zelda auquel on a joué influence beaucoup la vision que l'on a de la série; souvent le premier réflexe quand on joue, c'est de comparer à des épisodes antérieurs.
Marie
 
Messages: 131
Inscrit le: 28 Nov 2010, 19:13

Re: Zelda, la série 2

Messagepar upselo » 21 Fév 2012, 11:43

Perso, j'ai commencé avec Wind Waker, et j'ai vu les mêmes problèmes que lui : monde sans âme qu'on t'empêche d'explorer, ce qui nuit à l'histoire déjà rachitique. C'est un jeu de challenges abstraits et un peu téléphonés, pas une grande épopée.
Avatar de l’utilisateur
upselo
 
Messages: 1102
Inscrit le: 27 Juil 2011, 16:52

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Le Yéti » 21 Fév 2012, 11:45

upselo a écrit:Perso, j'ai commencé avec Wind Waker, et j'ai vu les mêmes problèmes que lui : monde sans âme qu'on t'empêche d'explorer, ce qui nuit à l'histoire déjà rachitique. C'est un jeu de challenges abstraits et un peu téléphonés, pas une grande épopée.

J'ai vu juste l'inverse.

C'est beau la vie :)
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8696
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: Zelda, la série 2

Messagepar NaviLink » 21 Fév 2012, 12:54

Vos réactions me font penser que j'ai réalisé un truc très jeune à propos d'oeuvres qui font partie d'un tout : il faut y jouer/les lire/les regarder/les écouter dans l'ordre où elles sont sorties, dans la mesure du possible. Sinon on perd complètement cette notion d'évolution, d'amélioration/dégradation des fondamentaux sur lesquels elles reposent.

Dans le cas des Zelda, avoir commencé par les épisodes 3D fait que l'on ne voit pas comment a évolué la série quand elle était encore en 2D, et les changements occasionnés par le passage à la 3D. Car plein de problèmes des jeux Zelda actuels sont applicables aussi bien aux opus 3D qu'aux opus 2.5D sur DS.

Je n'ai pas encore eu le temps de lire l'article car il est vraiment très long, j'y reviendrai ASAP.
Avatar de l’utilisateur
NaviLink
 
Messages: 756
Inscrit le: 22 Sep 2010, 22:33

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Le Yéti » 21 Fév 2012, 12:56

NaviLink a écrit:Car plein de problèmes des jeux Zelda actuels sont applicables aussi bien aux opus 3D qu'aux opus 2.5D sur DS.

IL N'Y A PAS DE ZELDA SUR DS.
Avatar de l’utilisateur
Le Yéti
 
Messages: 8696
Inscrit le: 20 Aoû 2010, 14:38
Localisation: Bordeaux

Re: Zelda, la série 2

Messagepar NaviLink » 21 Fév 2012, 13:04

Le Yéti a écrit:
NaviLink a écrit:Car plein de problèmes des jeux Zelda actuels sont applicables aussi bien aux opus 3D qu'aux opus 2.5D sur DS.

IL N'Y A PAS DE ZELDA SUR DS.


Les deux premières heures de Phantom Hourglass, éventuellement. Après, le donjon central m'a cassé les couilles. Je n'y ai pas retouché depuis. Spirit Tracks j'en parle même pas.
Avatar de l’utilisateur
NaviLink
 
Messages: 756
Inscrit le: 22 Sep 2010, 22:33

Re: Zelda, la série 2

Messagepar Martin » 21 Fév 2012, 13:04

Le Yéti a écrit:IL N'Y A PAS DE ZELDA SUR DS.


:lol:

Si on pouvait réécrire l'histoire, ce serait une des priorités d'effacer ces deux épisodes, juste après empêcher l'accession d'Hitler au pouvoir je pense.
Avatar de l’utilisateur
Martin
 
Messages: 12966
Inscrit le: 19 Aoû 2010, 14:09
Localisation: 75018

PrécédentSuivant

Retour vers Jeux vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : K2R2 et 12 invités