La criée

Mario & Luigi : Dream Team Bros.

Mignons petits merdeux

Assommé par les pubs entre les dessins animés, mon fils de six ans, m’a convaincu d’acheter Mario & Luigi : Dream Team Bros. Je le sentais pas très bien, mais il n’a pas eu trop de mal à me convaincre : je suis un fan avéré de Paper Mario 2, et j’aime beaucoup le premier et le troisième Mario & Luigi. J’aurais mieux fait de me fier à mon instinct.

Ils ne savent plus trop où ils en sont les scénaristes d’Alpha Dream. Miyamoto, ce petit plaisantin, a encore dû leur verser une double dose de mescaline dans la machine à café... du coup, ils font ce qu’ils peuvent entre deux crises d’hallucinations.

Eh, psst, Luigi, on a du monde...

Alors, c’est l’histoire de Mario et de Peach, d’un troupeau de touristes champignons et aussi de Luigi, qui se retrouvent dans un mystérieux parc d’attraction, sur l’île Koussinos, ce nom craignos. Et là, t’apprends qu’en fait dans le temps lointain lointain l’île était peuplée d’oreillers vivants qui se sont transformés en pierre à cause d’une malédiction très très ancienne. Il faudra vaincre la malédiction et réveiller les traversins pour qu’ils te révèlent dans quelle vidéo Anita Sarkeesian, un peu lasse, te racontera ce qu’est devenue Peach. Ah oui, j’oubliais tu peux tirer sur les moustaches de Luigi pour sauter dans ses rêves. Voilà un mécanisme fort original, qui est parti pour inspirer au moins deux ou trois vainqueurs successifs de l’IGF.

Le problème pour le joueur, c’est que toute cette histoire est beaucoup moins surréaliste qu’elle n’en a l’air sur le papier. Pour tout dire, il imiterait bien Luigi le joueur, et lui aussi il serait pas contre un petit roupillon tant il s’ennuie ferme. Bien sûr, je dis ça, mais on en est à quoi, trois heures de jeu ? Il paraît que ça s’améliore par la suite. Oui mais voilà ça fait trois mois qu’on en est à trois heures de jeu.

Et ça, c’est de ta faute, petite merdeuse scintillante. Oui, c’est à toi que je parle, là, avec l’étoile dans le dos et la bouche qui béé. Etoile d’Or. Ou Starlow en anglais, étoile de bas étage, étoile de paillasson. Oh, je ne t’oublie pas, prince Tédibert, espèce de doudou fangeux, flaccide petit crétin avec tes oreilles de renard. Bouffe-les tes oreilles si ça t’aide à te taire.

Fig. 1 : étoile sur pattes scintillante logorrhéique de merde

Fermez-la tous les deux, s’il vous plaît, arrêtez de jacter deux secondes, et laissez-moi en placer une, j’ai des lecteurs.

Merci. Oui, j’ai compris comment fonctionnait le menu, ça ira, allez streetpasser en enfer, je sais pas moi, jouez à Pokémon avec vos crottes de nez, occupez-vous, mais en silence.

Bref.

Vous connaissez cette manie qu’ont les jeux Nintendo de s’adresser à leur joueur comme s’il avait six ans et qu’il découvrait, les yeux pleins de rêve, le principe du bouton ? Tant pis pour les vieux enfants qui en sont à leur cinq-cent-vingt-cinquième Zelda — j’ai compté — ou leur deux-cent-soixante-dix millième Mario — j’en oublie peut-être deux ou trois —. Ils entendront à nouveau qu’une petite clef permet d’ouvrir une porte, des fois qu’ils auraient oublié, et qu’en sautant au bon moment, shazam, ils éviteront l’attaque, si si je vous assure.

Fig. 2 : flaccide petit raseur à oreilles de renard

Et bien Mario & Luigi onaépuisétouslessoustitres suit ce modèle. Mais avec un raffinement qui montre toute l’expérience d’un développeur passé maître dans l’art du torturiel. Assez régulièrement, la petite étoile à la con ou le prince de mes fesses te demandent si tu veux passer les explications. Quand tu réponds oui, ils t’expliquent tout de même deux fois que tu peux sauter en appuyant sur A pour éviter les attaques. Et après ils te montrent comment faire. A trois ou quatre reprises.

Je ne sais pas ce qu’il se passe si tu leur réponds "non, petite étoile jovialement brenneuse, je n’ai pas encore saisi toutes les nuances, vraiment, je suis en déficit de compréhension, explique-moi à nouveau pour la millième fois que je peux appuyer sur A pour sauter je te prie". J’ai peur d’essayer, mais je vous laisse faire l’expérience, vous nous raconterez.

Le plus bête dans tout ça, c’est que l’enfant de six ans moyen, il ne sait pas bien lire. Et comme nous sommes sur 3DS, et que le père Nintendo a des fins de mois difficiles, il a pas les moyens le pauvre de faire un doublage avec des acteurs qui lui demanderaient de l’argent. Du coup, l’enfant de six ans il entrave queudalle aux flots de parlote qui s’impriment sur l’écran, et patati, et patata. Remarque j’imagine même pas qui ils auraient engagé pour lire les textes... Chantal Goya et Jordy ? Déjà que le pauvre Charles Martinet, t’as envie de pleurer dès que tu l’entends baragouiner ses sempiternels salamigondis. On va se passer de doublage.

Fig. 3 : pompeuse ferraille moustachue

Du coup, un gentil parent est obligé de lui faire la lecture au bambin. Tu prends ta plus belle voix d’Etoile d’or. "Oh, youhou, Mario, il faut que je te dise : tu peux appuyer sur le bouton R pour utiliser ton marteau. Tu sais ce qu’est un marteau ? C’est comme un tournevis, mais pour les clous, hihihihi... aaaargh". Il imite le prince polochon loqueteux : "Ah ah, Luigi, si ça ne te dérange pas trop je vais te raconter une légende dont tu n’as rien à carrer, mais commence par brancher ta console à un adaptateur secteur officiel Nintendo (TM), oui celui que tu as dû acheter en plus de la console, parce que ça va être un peu long".

Le gosse, enfin le mien, il crie en coeur avec moi : "laisse-moi jouer, fichu jeu !"

Alors voilà, foutue petite étoile scintillante, et toi, prince doudou torchecul, et toi aussi la ferraille moustachue en forme de bac à ordures, gentils crétins, mignons petits merdeux, barrez-vous de notre jeu.

Il y a 6 Messages de forum pour "Mignons petits merdeux"
  • Remi Le 27 août 2013 à 17:50

    J’aime pas trop le ton de l’article, mais dans l’ensemble je suis d’accord .

  • cKei Le 27 août 2013 à 18:25

    Je vois la scène d’ici XD

    Franchement c’est ce qui me déplait souvent dans les jeux BigN ces dernières années, l’impression qu’ils te prennent pour un gamin ou juste pour un abruti. Faudrait qu’ils pensent à mettre une fonction de désactivation de toutes ces pseudo-aides, voir un saut pur et simple des tutos. Parce que je ne suis pas sûr que les mecs de plus de 15 ans qui jouent à leur troisième pokemon ou plus aient très envie qu’on leur explique à chaque fois le concept de la pokeball.
    Le pompon étant dans le dernier Zelda où on te réexplique à chaque chargement de partie ce que sont chaque objet, franchement c’est bien lourd. Sans parler évidemment de Fay, la Navi^10.

    Quand on était gamin, on n’était pas autant tenu par la main, on apprenait sur le tas à jouer à des jeux souvent plus durs et on finissait pas y arriver. Donc pourquoi pas les joueurs de maintenant ?

  • MarsupiLama Le 27 août 2013 à 19:11

    Craquage made in Nintendo <3

  • BlackLabel Le 28 août 2013 à 15:08

    Martin Lefebvre :"Le gosse, enfin le mien, il crie en coeur avec moi : "laisse-moi jouer, fichu jeu !"

    Je me dis ça tellement souvent... Entre les tutos évidents et les poussages de stick émotionnels ("Vis l’agonie de Toto en gardant le stick poussé vers le haut ! La narration à son meilleur !"). Ou comme Max Payne 3 et ses fichues cinématiques TOUTES LES 2 MINUTES !

  • Bengali Le 2 septembre 2013 à 11:25

    Le gosse, c’est celui qui restera à jamais dans nos têtes, corps et âmes ?
    Parce-qu’une réponse dans la négative reviendrait à affirmer que ... ah oui mais non. Rien.
    Nous sommes poussières d’étoiles. Tous des enfants des étoiles.

  • Gren Le 2 septembre 2013 à 19:06

    Je compatis. Avec une Wii & une DS, je préfère de plus en plus jouer sur PC -_- ;
    Les licenses Nintendo me laissent de plus en plus indifférentes, tellement d’étapes à valider pour toujours trouver autant de redite. Je crois que le seul auquel j’ai joué ces derniers mois c’était The Lost Levels, là y a de la difficulté et des tricks à découvrir tout seul. M’enfin ça commence à dater comme jeu...

Laisser un commentaire :

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

© Merlanfrit.net | À propos | web design : Abel Poucet