Sous les pixels, la plage !

Realsports Volleyball

La sobriété heureuse

De sable et d’eau fraîche

Dès 1982, Atari avait cherché à retranscrire les joies du volley de plage par le biais de Realsports Volleyball sur sa rudimentaire VCS. Le minimalisme technique y était évidemment de mise : un grand rectangle jaune faisant office de terrain, deux bandes oranges symbolisant la plage alentours, une alternance de pixels bleus pour représenter le filet, quelques lignes mouvantes qui s’attèlent à simuler des vagues, un rond jaune aliasé pour le soleil. Les yeux du joueur n’ont pourtant rien à craindre : par sa simplicité, ce paysage retranscrit parfaitement la virginité d’une plage. On en oublierait presque la présence humaine.

Le jeu lui-même est d’ailleurs à l’image de son décor, peu développé mais exploitant astucieusement les faibles possibilités ergonomiques de la VCS. Si la partie se prolonge, la nuit fera son apparition, et un requin pointera même le bout de son museau. On ne pouvait rêver mieux : le temps n’importe plus, la chaleur s’invite jusque dans l’eau. Mais le point le plus marquant réside peut-être dans la bande-son, si on peut l’appeler ainsi : loin de l’indigence habituelle qui en faisait un PC speaker interne puissance -10, le processeur sonore expire des échantillons crypto-noise qui simulent le bruit des vagues avec une étonnante crédibilité. Seuls les bruitages de jeu, ponctuels et peu envahissants, viennent se manifester par-dessus. Il s’en dégage une réelle sérénité, un parfum d’apaisement que tout vacancier citadin en partance vers un bord de mer cherche à humer.

En définitive, Realsports Volleyball expose une vision très douce de la plage : le bonheur de se retrouver entre amis pour s’oxygéner l’esprit, ne faire qu’un avec le paysage, la chaleur, et les bruits environnants, sans se soucier du temps qui passe. Une condition doit cependant être respectée : bien choisir ses partenaires, le vrai beach volley se jouant à quatre. Au-delà, il paraît qu’on est une bande de cons.

Voir aussi :

Beach Spikers (Sega, arcade puis GC, 2000) bien plus pétaradant, mais lui non plus n’agressera pas vos yeux. Vous pourrez même vous les rincer.

Il y a 4 Messages de forum pour "La sobriété heureuse"
  • killscores2600 Le 16 juillet 2012 à 09:24

    Pour avoir passer de longues heures sur la série des Realsports d’Activision (Volley et Soccer) j’abonde dans votre sens : ces jeux exploitaient magnifiquement la console pour proposer des jeux rapides et réalistes (même si ces notions paraissent incongrues lorsqu’on les regarde à l’aune des productions actuelles)

  • David Barbosa Le 16 juillet 2012 à 10:18

    Je n’ai jamais véritablement essayé le jeu de foot, mais Realsports Volleyball est certainement l’un des meilleurs jeux de sport de la VCS : le système de jeu était intelligent et permettait une véritable construction des actions et un minimum de variété pour ces dernières, la gestion des fautes était tout à fait satisfaisante, le choix entre smash et tentative de lob était lui aussi très bien vu. Seuls quelques soucis de perspective ternissaient légèrement le tableau (il n’était pas toujours évident de voir où la balle allait atterrir). A deux joueurs maîtrisant bien le gameplay, les parties doivent être pleines de suspense. Au passage, le fossé thématique qui sépare le jeu de sa jaquette est particulièrement tordant.

    En revanche, après vérification sur AtariAge, c’est bien Atari et non Activision qui l’a développé.

  • killscores2600 Le 18 juillet 2012 à 09:53

    Gaaasp, je me remémore la jaquette et il me semble bien qu’Activision soit mentionné en gros dessus.
    Peut-être en tant que distributeur ? (mais cela me semble étonnant)
    Ou une mémoire défaillante...

  • Martin Lefebvre Le 18 juillet 2012 à 10:01

    Aussi bien Wikipédia que Mobygames citent Atari comme développeur.

Laisser un commentaire :

Qui êtes-vous ? (optionnel)
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

© Merlanfrit.net | À propos | web design : Abel Poucet